L'Histoire d'Évreux

1800 - 1802

L'Histoire d'Évreux où l'on verra entre autres...
que l'horloger Rouillon rachète l'église Saint-Pierre pour deux mille francs.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1800


En 1800
An VIII

La ville d'Évreux compte désormais 8 426 habitants selon le dernier recensement.


La même année (1800)

Mort de Michel Antoine Le Cousturier de Courcy, membre d'une illustre famille locale, avocat au parlement, notaire royal et apostolique de la ville et diocèse d'Évreux en 1776, et domicilié paroisse Saint-Denis en 1784.


La même année (1800)

Les archives départementales sont établies à la préfecture installée dans l'ancien palais épiscopal (actuel Musée d'art, histoire et archéologie d'Évreux).

Photo

L'évêché à la tombée de la nuit en hiver 2012
© ND / evreux-histoire.com
Libre de droits avec mention du site


La même année (1800)

La Société libre d’agriculture et de commerce du département de l’Eure est réorganisée.


Le 28 janvier 1800
8 Pluviôse an VIII

Naissance à Évreux de Jules Théodore Patot de Grancourt, géomètre, employé aux domaines, conducteur des ponts et chaussées et architecte voyer de la ville d'Évreux.


Le 2 mars 1800
11 Ventôse an VIII

Prêtre et administrateur du Directoire, Bernard Lannes est nommé préfet de l'Eure mais n'est pas installé dans ses fonctions, refusant ce poste.


Le 3 mars 1800
12 Ventôse an VIII

Naissance au domicile de ses parents situé rue de l'Échiquier d'Alfred Daviel, juriste, avocat, homme politique, sénateur du Second Empire, bref ministre de la Justice et commandeur de la Légion d'honneur.


Le 9 mars 1800
18 Ventôse an VIII

Jadis conseiller de feu Louis XVI, Claude Masson de Saint-Armand est nommé préfet de l'Eure et succède à Bernard Lannes qui n'aura jamais pris ses fonctions.


Le 26 mars 1800
5 Germinal an VIII

Propriétaire de quinze hectares de terre acquis l’année précédente auprès des époux Le Doulx, l’agriculteur Signol poursuit les vendeurs devant le tribunal de première instance d’Évreux après qu’ils ont vendu ces mêmes terres, une seconde fois, au citoyen Charpentier.


Le 28 mars 1800
7 Germinal an VIII

Arrivé à Évreux, le nouveau préfet Claude Masson de Saint-Armand met en application la nouvelle loi sur les militaires réquisitionnés. Celle-ci oblige les conscrits antérieurement reconnus infirmes à payer une indemnisation de 300 livres ou à rejoindre un corps de l'armée.


Le 4 avril 1800
14 Germinal an VIII

Depuis son quartier général de Rouen, le général de brigade de Lestrange rédige un courrier à l’adresse des Chouans des départements de la Seine-Inférieure (actuelle Seine-Maritime), de la Somme et de l’Eure et leur conjure de se soumettre à la République en se rendant devant le commandant de la garnison de Rouen, Verneuil ou Évreux.


Le 13 avril 1800
23 Germinal an VIII

Malgré l'obligation qui leur a été signifiée et la présence du commissaire de police, les commerçants refusent d'ouvrir boutique ce dimanche.


Le 18 avril 1800
28 Germinal an VIII

Pierre Alexandre Lesage est nommé juge au tribunal de première instance d'Évreux.


Le 21 mai 1800
1er Prairial an VIII

Lieutenant au régiment d'Anjou puis gendarme du roi, Guillaume Michel Dureau de La Buffardière est nommé maire d'Évreux.

Photo

Guillaume Michel Dureau de La Buffardière
© Les Amis du Patrimoine Napoléonien
Avec l'aimable autorisation de Jean-Yves Labadie


Le 30 mai 1800
10 Prairial an VIII

Élu le 21 mai précédent, Guillaume Michel Dureau de La Buffardière prend ses fonctions de maire d'Évreux.


Le 9 juin 1800
20 Prairial an VIII

Guichetier de la prison d'Évreux, Pierre François Bruno Piel parvient à enfermer le gardien principal dans la cuisine, récupère les clés des cellules, libère six détenus dont deux condamnés à mort puis s'enfuit dans la nuit avec les évadés.


Le 11 juin 1800
22 Prairial an VIII

Évadés l'avant-veille grâce au guichetier Pierre François Bruno Piel qui s'était ensuite enfui avec eux, deux condamnés à mort et quatre condamnés aux fers sont arrêtés avec leur bienfaiteur à Dardancourt, puis reconduits à la prison d'Évreux.


Le 22 juin 1800
3 Messidor an VIII

La victoire de Marengo contre les Autrichiens est proclamée au coin des rues et une salve de six coups de canon est tirée.


Le 30 juin 1800
11 Messidor an VIII

La grande chasse aux conscrits déserteurs lancée depuis plusieurs mois est dorénavant financée par l'ensemble des contribuables, afin que les jeunes hommes se dénoncent ou soient dénoncés par leurs proches.


Le 14 juillet 1800
25 Messidor an VIII

Ce jour de fête nationale du 14-Juillet voit l'érection de la colonne départementale sur la place Bonaparte (ancienne place Saint-Léger), vis-à-vis de la rue de la Taillerie.


Le 17 juillet 1800
28 Messidor an VIII

Un arrêté municipal oblige les habitants des quartiers où se trouve un puits communal à le faire réparer et le tenir fermé la nuit pour éviter les accidents.


Le 29 juillet 1800
10 Thermidor an VIII

Les commerçants et les ouvriers travaillent ce jour de décade sans attendre que l'autorisation soit proclamée.


Le 15 août 1800
27 Thermidor an VIII

Évêque constitutionnel d'Évreux depuis 1798, Charles Robert Lamy rédige un courrier de convocation des prêtres du diocèse pour le 24 septembre.


En septembre 1800
Fructidor an VIII

Alors qu'ils prenaient un rafraichissement dans une auberge de la ville, les brigands Lunel, Ponton, Quénel et Vidal, par ailleurs évadés de prison, sont arrêtés par les gendarmes d'Évreux.


Le 2 septembre 1800
15 Fructidor an VIII

Lauréats du pensionnat de l'école centrale de l'Eure à Évreux, deux dessinateurs, deux naturalistes, deux historiographes, deux physiciens et un certain nombre de mécaniciens partent en excursion pour observer les grandes marées d'équinoxe à l'embouchure de la Seine.


Le 22 septembre 1800
5e jour complémentaire an VIII

Arrivant en voiture avec ses principaux officiers et s'annonçant évêque constitutionnel d'Évreux, Charles Robert Lamy crée des troubles autour de la cathédrale en voulant s'y héberger. Mal reçu par les religieux, il finirait par recevoir deux oeufs sur la tête lancés par une foule agitée. La garde et un adjoint au maire sont contraints de se déplacer pour apaiser les esprits.


Le 24 septembre 1800
2 Vendémiaire an IX

Convoqués par un courrier du 15 août par l'évêque constitutionnel d'Évreux, les prêtres du diocèse se réunissent en synode pour établir les nouveaux statuts sur la foi et les sacrements, la discipline et la liturgie, l'extinction du diocèse et la réorganisation de celui-ci.


Fin octobre 1800
Vers Brumaire an IX

L'église Saint-Léger est vendue à l'horloger Rouillon pour la somme de 2 000 francs, obligation lui étant toutefois signifiée d'achever la clôture du grand cimetière.


Le 16 novembre 1800
25 Brumaire an IX

La ville met en vente les bâtiments de l'ancienne prison de la rue Chartraine-Saint-Denis (actuelle rue Chartraine).


Le 24 décembre 1800
3 Nivôse an IX

Plusieurs pièces de canon utilisées pendant les combats contre les Chouans sont regroupées.

1801


Le 13 janvier 1801
23 Nivôse an IX

Soupçonnés de sympathie complotiste, plusieurs Ébroïciens sont arrêtés à leur domicile.


Le 14 février 1801
25 Pluviôse an IX

Une nouvelle proclamation de paix, à laquelle les Ébroïciens ne semblent plus croire, est annoncée par une vingtaine de coups de canon.


Vers mars 1801
Vers Ventôse an IX

En défrichant une haie située le long d'un pré en labour, sur le long du chemin d'Évreux à Bérangeville (actuelle Bérengeville-la-Campagne), un particulier exhume une trentaine de corps placés dans plusieurs cercueils en plâtre d'apparence médiévale.


Le 18 avril 1801
28 Germinal an IX

Le commissaire de police se rend chez tous les prêtres insermentés pour leur interdire tout zèle.


Le 21 avril 1801
1er Floréal an IX

Pour la première fois depuis la chute de la monarchie, un homme d'église est autorisé à assister un criminel avant son exécution.


Le 10 mai 1801
20 Floréal an IX

Maréchal-ferrant à Évreux, M. Lemarchand est à la recherche de deux de ses chevaux, perdus dans une prairie des alentours de la commune de Glisolles.


Le 8 juin 1801
19 Prairial an IX

Première représentation au Théâtre des Arts de Rouen du Locataire, opéra en un acte dans lequel le personnage féminin principal refuse le mariage arrangé par son oncle parisien parce que son coeur va vers un jeune militaire d'Évreux, ville de sa propre enfance de surcroît.


Le 28 juin 1801
9 Messidor an IX

M. Mesnier revend le terrain et les matériaux de l'église Saint-Nicolas qu'il avait achetée en août 1796.


Le 14 juillet 1801
25 Messidor an IX

Le feu d'artifice prévu pour la fête du 14-Juillet ne peut être tiré à cause de la pluie.


Le 11 août 1801
23 Thermidor an IX

Cinq individus, arrêtés sur la base du témoignage du limonadier Colin, sont exécutés pour l'attaque et le vol entre Évreux et Pacy de la diligence de Caen à Paris.


Après le 11 août 1801
Après le 23 Thermidor an IX

Le limonadier Colin, qui avait pu observer les préparatifs des voleurs de la diligence de Caen à Paris et qui avait permis leur arrestation, est nommé commissaire de police.


Le 11 septembre 1801
24 Fructidor an IX

L'organisation judiciaire du département fixe désormais un juge de paix pour chaque arrondissement d'Évreux.


Le 23 septembre 1801
1er Vendémiaire an X

Pour la fête du Premier jour de la République, aucun participant ne parvient à monter, par ses propres moyens, à un mât de cocagne de 50 pieds de haut et enduit de savon glissant.


Le 4 octobre 1801
12 Vendémiaire an X

Les préliminaires de paix avec l'Angleterre sont proclamés au son des cloches et par un coup de canon.


Le 25 octobre 1801
3 Brumaire an X

La municipalité vend pour 1 700 livres la boucherie municipale qui tombe en ruine, faute d'avoir été régulièrement rénovée.


Le 16 novembre 1801
25 Brumaire an X

La municipalité vend les bâtiments de l'ancienne prison de la rue Chartraine.


Le 5 décembre 1801
14 Frimaire an X

Naissance à Évreux de Joseph Jacques Lemercier, tapissier et fondateur de la maison Lemercier.

1802


En 1802
An X

Acquitté l'année précédente dans l'affaire de l'attaque près d'Évreux de la diligence de Caen à Paris, M. Chevalier est tué en duel (?) à la barrière de l'École militaire à Paris.


La même année (1802)
Les diligences de Paris-Caen et de Caen-Paris se croisent tous les jours à Évreux entre 21 et 22 heures, marquant l'arrêt à l'hôtel des Bains, établissement de M. Fournet situé rue de l'Union (actuelle rue Joséphine). Les jours impairs, ce sont les diligences de la maison Longueville qui se retrouvent à l'auberge du Grand-Cerf située rue de l'École-Centrale (actuelle rue de la Harpe), tandis qu'entre Évreux et Poissy, les citoyens Robichon et Quidet proposent quotidiennement voitures et guinguettes à volonté.


Le 12 janvier 1802
22 Nivôse an X

En provenance de Paris, deux grands-vicaires du cardinal Caprara arrivent à Évreux afin de trouver une solution d'apaisement entre les prêtres soumissionnaires et ceux qui ont refusé de prêter serment.


Le 17 février 1802
28 Pluviôse an X

Rivière emblématique de la ville d’Évreux, l’Iton fait l’objet d’un arrêté du préfet de l’Eure Claude Masson de Saint-Amand.


Début mars 1802
Ventôse an X

De nouveaux arbres garnissent désormais la place Bonaparte (ancienne place Saint-Léger).


Le 7 mars 1802
16 Ventôse an X

Le citoyen Larcher fait paraître une annonce dans Le Journal de Rouen :

On désirerait trouver à Évreux une maison à louer pour quatre maîtres et trois domestiques, qui fût composée de quatre pièces à cheminées, au moins, avec leurs dépendances, outre les salon, salle à manger, cuisine, etc.


Le 13 mars 1802
22 Ventôse an X

La municipalité fait faire quelques travaux sur la place du Grand-Carrefour afin que le sang des suppliciés ne s'écoule pas directement dans les eaux de l'Iton.


Le 14 mars 1802
23 Ventôse an X

Condamnés pour meurtre, un horloger et un serrurier de Bourgtheroulde sont guillotinés sur la place du Grand-Carrefour.


Le 29 mars 1802
8 Germinal an X

La paix avec l'Angleterre, dont les préliminaires avaient été annoncés le 4 octobre précédent, est proclamée par plusieurs coups de canon.


Le 9 avril 1802
19 Germinal an X

Condamné à mort pour parricide, Amand Bessin est exécuté sur une place publique d'Évreux.


Le 9 ou 23 avril 1802
19 Germinal ou 3 Floréal an X

Le baron Jean-Baptiste Bourlier est nommé évêque d'Évreux par le Premier consul Napoléon Bonaparte.

Photo

Blason de Jean-Baptiste Bourlier
© Giogo / CC BY-SA 4.0
Voir mentions légales


Le 5 mai 1802
15 Floréal an X

Le pain coûte cinq sous et huit deniers la livre et le pain blanc six sous et trois deniers.


Le 22 mai 1802
2 Prairial an X

Confondu avec un homonyme recherché par la gendarmerie, Pierre Gentès, maître de poste à chevaux de Bolbec, est arrêté à tort puis incarcéré à la prison d'Évreux.


Le 28 mai 1802
8 Prairial an X

Confondu avec un homonyme recherché par la gendarmerie et incarcéré à tort à la prison d'Évreux depuis près d'une semaine, Pierre Gentès, maître de poste à chevaux de Bolbec, est libéré et lavé de tout soupçon par une lettre signée du président du tribunal spécial du département de l'Eure.


Le 29 juin 1802
10 Messidor an X

Nommé évêque d'Évreux le 9 ou 23 avril précédent, Jean-Baptiste Bourlier arrive en ville au son des cloches.


Le 7 juillet 1802
18 Messidor an X

Mort en son domicile de la rue de la Petite-Cité de Marie de Gonfreville, veuve de Jean-Charles Ribouleau qui fut directeur d'une fabrique de draps à Évreux et trésorier de l'ancienne paroisse Saint-Gilles. Elle est ensuite inhumée au cimetière de Saint-Germain de Navarre (actuel quartier de Navarre).


Le 12 juillet 1802
23 Messidor an X

Mort de M. Foudrac, premier Ébroïcien à avoir ouvert les portes de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux après la Terreur.


Le 13 juillet 1802
24 Messidor an X

Le prix du pain ordinaire baisse à 35 sous les 8 livres.


Le 14 juillet 1802
25 Messidor an X

Refusant adroitement d'assister à la fête du 14-Juillet, l'évêque d'Évreux Jean-Baptiste Bourlier parvient à ne pas être inquiété par les autorités.


Le 5 août 1802
17 Thermidor an X

Arrêté avec plusieurs de ses compagnons lors de l'attaque ratée de la diligence Paris-Caen puis condamné à mort, le chouan Le Pelletier est guillotiné à Évreux.


Le 15 août 1802
27 Thermidor an X

Le consulat à vie de Napoléon Bonaparte est solennellement proclamé sur les places publiques, célébré par un Te Deum dans l'après-midi, puis par une illumination et un feu d'artifice dans la cour de la maison du préfet.


Le 5 octobre 1802
13 Vendémiaire an XI

Le tirage au sort détermine les 22 hommes que la ville doit fournir à l'armée d'active et à celle de réserve.


Le 9 octobre 1802

17 Vendémiaire an XI

La municipalité exige des commerçants du marché qu'ils ne s'étalent pas exagérément afin de faciliter le passage des voitures.


Le 27 ou 29 octobre 1802
5 ou 7 Brumaire an XI

Accompagné de Joséphine de Beauharnais, le Premier consul Napoléon Bonaparte se rend à Évreux qui le reçoit comme un héros. La ville est en liesse et un feu d'artifice est tiré le soir sur la place du château (actuelle place du Général-de-Gaulle).


Fin octobre 1802
Brumaire an XI

Ancienne propriété des ducs de Bouillon, le domaine de Navarre est mis sous séquestre par l'État.


Le 3 novembre 1802
12 Brumaire an XI

Alors qu'elles sont attendues dans les allées d'Évreux depuis novembre 1798, le préfet de l'Eure adresse enfin au maire de Vernon l'autorisation de transport de quatre statues en bronze provenant de la vente du mobilier du château de Bizy : Antinoüs, Hercule Commode, Diane chasseresse et Appolon du Belvédère.


Le 20 décembre 1802
29 Frimaire an XI

Le conseil municipal adopte le projet d'établissement d'une école secondaire.

< avant après>