L'Histoire d'Évreux

1400 - 1419

L'Histoire d'Évreux où l'on verra, entre autres, que les Ébroïciens doivent 20 queues de vin au duc de Lancaster.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1400


Le 23 avril 1400
Mort de Guillaume IV de Vallan, confesseur de Philippe le Hardi puis de Charles VI et évêque d'Évreux depuis 1388.

Après le 23 avril 1400
Conseiller-clerc au parlement de Paris et chanoine d'Évreux, Guillaume V de Cantiers est élu évêque et succède à feu Guillaume IV de Vallan.
Photo

Reproduction d'un des deux sceaux de Guillaume V de Cantiers, dans "Recueil de pièces, la plupart en copies ou en extraits, avec des dessins de sceaux et de tombeaux, pour servir à l'histoire des archevêques et des évêques de France", par Roger de Gaignières 1650-1700
© BNF-Gallica, Département des Manuscrits, Latin 17034
Domaine public


Le 21 juillet 1400
Les travaux effectués par le maçon ébroïcien Jean Le Picart et ordonnés par Yon de Garencières, maître d'hôtel du roi, sur les hôtels où ont été logés le Dauphin, la duchesse de Bretagne et Michelle de France, font l'objet d'une quittance d'un montant de 119 sous tournois.

1401


En 1401
Une concession sur le droit d’usage de la forêt d’Évreux est accordée au village de Saint-Éloy de Ventes (actuelle commune des Ventes).

Le 25 février 1401
L'évêque d'Évreux Guillaume V de Cantiers siège au conseil du roi de France Charles VI.

1403


En 1403
Une assemblée générale des bourgeois de la ville décide la construction d'une tour de guet, en bois et dotée d'une grande horloge, près d'une des portes de la muraille d'enceinte.

La même année
Il est décidé de clore la plus grande partie des faubourgs de Saint-Pierre et Saint-Denis, et de fortifier les deux boulevards de la Porte-Peinte et de celle aux Fèvres.

La même année
Destinée à accueillir les assemblées de ville, la Salle-aux-Bourgeois est achevée à l'hôtel-Dieu.

Le 15 août 1403
Un certificat est établi pour l'achèvement des travaux effectués à Conches (Conches-en-Ouches) par Nicolas Le Féron, maître des oeuvres à Évreux.

Le 20 août 1403
Les maîtres drapiers établissent la règlementation des « mestiers » de la draperie d’Évreux, activité florissante de la cité grâce à ses très nombreux canaux.

1404


En 1404

Guillaume de Crâne occupe probablement la charge de bailli d’Évreux, représentant judiciaire de l’autorité royale sur des questions d’ordre administratif, fiscal et criminel. Il succède peut-être à Jacques Dableiges.

La même année
Il est fait mention de la maison du Porc-Sanglier, située près de la porte aux Febvres.

La même année
Jehan Tardif occupe la charge de vicomte d'Évreux, équivalent normand du prévôt et responsable d'une subdivision du bailliage. Il succède probablement à Renier Le Coutelier.

Le 25 janvier 1404
La fourniture en fer par Roger Rosselin, marchand ébroïcien de clous et de ferronerie, destiné au pont de la porte Bande et aux moulins à foulon de la ville, fait l'objet d'une quittance d'un montant de 58 sous et six deniers tournois, adressée à Jean Tardif, receveur et vicomte d'Évreux.

Le même jour
Les travaux effectués au moulin Maréchal par le charpentier Guillaume d'Etourville font l'objet d'une quittance d'un montant de huit livres tournois adressée à Jean Tardif, receveur et vicomte d'Évreux.

Le 9 juin 1404
Par traité, le roi de Navarre Charles III, dit « le Noble », fils de l'intrigant Charles le Mauvais, est contraint de céder, au roi de France Charles VI, la place forte d'Évreux et tous les biens qu'il possède dans le comté, en échange d'un revenu de 12 000 livres.
Photo

Gisant de Charles III de Navarre, comte d'Évreux
© Yiorsito / CC BY-SA 4.0
Voir mentions légales

1405


Vers 1405
Robert Rioult reçoit ses gages de verdier de la forêt d'Évreux.

Le 26 juin 1405
Les travaux effectués par le maçon Guillaume d'Etourville au pont situé près du moulin du château, au pont Landry et à celui de la Planche, tous trois dangereusement fragilisés par les eaux de l'Iton, font l'objet d'une quittance d'un montant de treize livres et dix sous tournois adressée à Jean Tardif, vicomte d'Évreux.

1406


En 1406
Le fondeur Le Beau des Is réalise La Louyse, cloche destinée à la future tour de l'Horloge.

1407


En 1407
Le démembrement des halles du grand carrefour permet la création d'une boucherie et d'une poissonnerie.

1408


En 1408
Votés en 1403 par l'assemblée générale des bourgeois, les travaux d'un beffroi en bois, doté d'une grande horloge, sont entamés contre le mur d'enceinte.
Photo

Le beffroi ou tour de l'Horloge d'Évreux, construite par l'architecte ébroïcien Pierre Mortain
© Félix Potuit / Wikimedia Commons
Domaine public


La même année
Philippe II Prunelé est nommé abbé de Saint-Taurin d'Évreux et succède probablement à Simon II Chauvin.

La même année
L'évêque d'Évreux Guillaume V de Cantiers et son homologue de Lisieux sont délégués par le concile général de l'église de France pour adjuger l'évêché de Rouen que se disputent Louis Ier d'Harcourt et Jean d'Armagnac.

La même année
Jacques Le Renvoisié occupe la charge de vicomte d'Évreux, équivalent normand du prévôt et responsable d'une subdivision du bailliage. Il succède à Jehan Tardif.

Le 25 novembre 1408
Les travaux effectués par le couvreur Guiot à l'hôtel des comptes, bâtiment de la ville sous autorité royale, font l'objet d'une quittance d'un montant de huit livres et dix sous tournois adressée à Jacques Le Renvoisié, vicomte d'Évreux.

1409


Le 18 février 1409
Les travaux effectués au bras de l'Iton, près du pont Landry, par Gillot Le Dam font l'objet d'une quittance d'un montant de soixante sous tournois adressée à Jacques Le Renvoisié, vicomte d'Évreux.

1410


Vers 1410
Sur le point d'ouvrir leur procès, Guillaume de Crâne, bailli et capitaine d'Évreux, rachète à Pierre Le Sève plusieurs individus que ce dernier avait placés en détention.

En 1410
La muraille de la ville compte désormais 32 guérites de deux toises de long chacune et flanquée de plusieurs tours : aux Pigeons, face au cimetière Saint-Nicolas, près du Trou-Béchet, de la Levrière, de l'Espringale, Crecosse, du Vivier, Cubin, Mauconseil, de la Taverne, des Halles, ainsi que la grosse tour du Châtel.

La même année
L'évêque d'Évreux Guillaume V de Cantiers est en conflit avec son chapitre au sujet de la juridiction, de l'exemption, et d'autres sujets.

La même année
La cloche la Louyse, sortie 4 ans auparavant de la fonderie d'un certain Le Beau des Is, est installée dans le beffroi, actuelle tour de l'Horloge.

Le 18 mai 1410
Le roi de France Charles VI permet aux moines bénédictins de l'abbaye de Saint-Taurin de prélever en forêt d'Évreux le bois nécessaire à la rénovation de leur édifice.
Photo

Chemin de la forêt d'Évreux
© X-Javier / CC BY-SA 4.0
Voir mentions légales


Le 23 octobre 1410
Le duc Jean V de Bretagne établit une quittance pour les 100 livres que lui a réglées Jehan Le Vavasseur, receveur royal à Évreux, en plus de sa pension. Il est toutefois déduit la somme de 5 000 livres que le roi lui avait accordée sur la recette de la ville.

1412


En 1412
Le tour de guet en bois, bâtie le long de la muraille d'enceinte de la place forte d'Évreux, sonne les heures pour la première fois.

La même année
Fils de feu l'intrigant et infatigable Charles le Mauvais, Charles III de Navarre abandonne toute prétention sur le territoire stratégique du comté d’Évreux.

1413


Le 7 mars 1413
Des généraux conseillers des Aides font savoir à Pierre d'Espaigne, receveur de Coutances, qu'il faut rétribuer la somme de 20 livres tournois au « chevaucheur » Colin Perrot, pour avoir porté du courrier royal ou d'importantes lettres cachetées aux villes d'Arques, Avranches, Bayeux, Caen, Coutances, Évreux, Gisors, Lisieux, Mantes, Montivilliers, Rouen, et Séez.

Après mars 1413
Jacques Poignant occupe la charge de vicomte d'Évreux, équivalent normand du prévôt et responsable d'une subdivision du bailliage. Il succède à Jacques Le Renvoisié.

Le 23 mars 1413
Les travaux effectués à la cohue du roi par le charpentier Chardin de Malpalu, maître des oeuvres aux bailliages d'Évreux et de Nogent-le-Roi, font l'objet d'une quittance d'un montant de onze livres tournois adressée à Jacques Le Renvoisié, receveur d'Évreux.

1414


Le 19 juillet 1414
Les travaux effectués par Chardin de Malpalu, maître charpentier à Évreux, font l'objet d'une quittance.

Le 10 novembre 1414
Chargé d'une mission par le concile de Constance et par l'empereur germanique Sigismond, l'évêque d'Évreux Guillaume V de Cantiers et ses accompagnateurs sont mis aux arrêts, puis retenus en captivité dans le duché de Bar, par Henri de La Tour, avant d'être libérés.

1416


En 1416
Jean du Torp et son épouse Robine fondent la chapelle des saints Innocents en la cathédrale Notre-Dame d’Évreux.

La même année
Cosmes de Bavery apparaît comme commis à la recette d'Évreux.

La même année
L'évêque d'Évreux Guillaume V de Cantiers fait ouvrir la châsse de saint Gaud (Waldus), évêque incertain du Ve siècle, pour en reconnaître les reliques.

Le 4 janvier 1416
La démolition d'une maison en bois à La Bonneville, effectuée par le maître charpentier ébroïcien Chardin de Malpalu, fait l'objet d'une quittance d'un montant de douze livres et six deniers adressée à Cosmes de Bavery, commis à la recette de la ville.

En mars 1416
Procureurs et gouverneurs d'Évreux, Guillaume Le Franc, Roullant Le Héru et Noël Le Françoys adressent, au receveur Henry Le Franc, un mandement de paiement au bénéfice de Guillaume de Chaumont, chevalier et seigneur de Guitry, à qui la somme de douze écus, treize livres et dix sous tournois pour des travaux d'écritures n'a toujours pas été réglée.

En avril 1416
Quittant ses fonctions de capitaine d'Évreux, Jehan d'Ivry reçoit la somme de 100 livres tournois des mains du receveur Henry Le Franc.

Le 4 juin 1416
Le lieutenant général du bailliage ordonne aux sergents d’aider le chapitre à entrer en possession des biens donnés jadis par feu Jean Le Parmentier, chanoine d’Évreux, afin de fonder une chapelle perpétuelle dévouée à saint Jean-Baptiste.

Le 8 août 1416
Seigneur du fief de Maisons-sur-Seine et bailli de Rouen, Raoul de Gaucourt verse la somme de quatre livres et quinze sous, au vicomte de Pont-de-l'Arche, pour avoir conduit depuis cette ville un certain « Huet de Lamare », soupçonné d'agression sexuelle sur une jeune femme à Évreux. Le malfaisant était également depuis son évasion des geôles d'Évreux où il avait été incarcéré après son crime.

1417


En 1417
Il est question de percer des trous aux murs de la porte Saint-Pierre, à l'extrémité de la rue des Lombards, pour permettre de passer la gueule des canons.
Photo

Partie de la rue des Lombards de nos jours
© ND / evreux-histoire.com
Libre de droits avec mention du site


La même année
Il est fait mention de l'Hostellerie de la Couronne et de la porte du « Faulx bourg » du Bois-Jollet, situé près du pont éponyme actuel.

Le 2 juin 1417
Les réparations effectuées sur la forteresse de Conches sous la surveillance de Morelet de Carville, capitaine de la ville, font l'objet d'une quittance d'un montant de 200 livres tournois adressée à Jean Gillot, commis à lever l'aide mise sur l'élection d'Évreux.

Le 20 août 1417
L'écuyer Colin de La Bigne est nommé à la charge de capitaine d'Évreux, en remplacement de Jehan d'Ivry.

Le 2 octobre 1417
Des barrières sont installées aux faubourgs de la ville, notamment sur la voie de l'actuelle rue Saint-Louis.

Fin 1417
Proche de la couronne d'Angleterre, le baron de Duim occuperait la charge de bailli, représentant judiciaire de l’autorité royale sur des questions d’ordre administratif, fiscal et criminel. Il succèderait à Guillaume de Crâne.

1418


Le 25 mars 1418
Les travaux effectués aux grandes halles aux bouchers, par le charpentier ébroïcien Richart de La Grandière, font l'objet d'une quittance d'un montant de 110 sous tournois adressée à Colart Anquetin, vicomte d'Évreux.

En mai 1418
Déjà maître des faubourgs, vulnérables par nature, les troupes anglaises conduites par Thomas Beaufort, duc d'Exeter, font le siège de la cité d'Évreux.
Photo

La prise de Dieppe par les troupes anglaises de Talbot au cours de la guerre de Cent ans, dans les "Chroniques" de Jean Chartier
© BNF-Gallica, Département des manuscrits, Français 2691, fol.131
Avec l'aimable autorisation de la BNF


Le 20 mai 1418
Dans l'impossibilité de résister à l'assaut final des troupes anglaises du duc d'Exter, Thomas Beaufort, la cité ébroïcienne signe l'acte de reddition. Les vainqueurs festoient en pillant la maison épiscopale.

Le 12 juin 1418
Jeté en prison sur l'ordre des Bourguignons, qui ont la main sur Paris et le soupçonne d'être un partisan des Armagnacs, le malheureux Guillaume V de Cantiers, évêque d'Évreux depuis 1400, serait assassiné dans de terribles circonstances.
Photo

Reproduction d'un des deux sceaux connus de Guillaume V de Cantiers, dans Recueil de pièces, la plupart en copies ou en extraits, avec des dessins de sceaux et de tombeaux, pour servir à l'histoire des archevêques et des évêques de France, par Roger de Gaignières 1650-1700
© BNF-Gallica, Département des Manuscrits, Latin 17034
domaine public


Le 27 juillet 1418
La ville signe un accord avec le duc Jean de Lancaster (John of Lancaster) qui oblige les Ebroïciens à lui fournir vingt queues de vin lorsqu'il fera son entrée officielle.

Le 19 août 1418
Situé paroisse Saint-Léger, près du pont Perrin, et exploité par Colin Périer, le moulin Maréchal (molendinum Marescalli) est dans un tel état de dégradation depuis la prise de la ville par les troupes anglaises de Thomas Beaufourt, qu'il bénéficie d'une remise partielle de fermage, justifiée par 37 jours d'inactivité.

Le 18 septembre 1418
Désormais maître de la ville, le roi d'Angleterre accorde au chapitre d'Évreux le pouvoir d'élire l'évêque qui succèdera à Guillaume V de Cantiers, assassiné le 12 juin précédent par les Bourguignons.

Le 1er octobre 1418
Le duc Jean de Lancaster (John of Lancaster) fait son entrée officielle dans la ville, totalement soumise aux troupes anglaises depuis le 20 mai précédent.

Fin 1418
L'abbé bénédictin de Saint-Taurin, Philippe II Prunellé obtient des Anglais la permission de lever des aumônes pour la réparation de son monastère.

1419


En 1419
Colart Anquetin occupe la charge de vicomte d'Évreux, équivalent normand du prévôt et responsable d'une subdivision du bailliage. Il succède probablement à Jacques Poignant.

Le 9 août 1419
La vente par Jacques Braon, prieur de Saint-Etienne de Renneville, de quatorze litres de plomb pour les oeuvres du roi, à Évreux, fait l'objet d'une quittance d'un montant de 70 sous et six deniers tournois.
Photo

Avers d'un denier tournoi daté de 1417
© Thierry Dumez Numismatique
Voir Mentions légales


Le 20 août 1419
Les travaux de plombage et de couverture des grandes gouttières des halles au blé, réalisés sous la surveillance de Colin Ruel, maître des oeuvres du roi au bailliage d'Évreux, par Guillaume Le Lou, étainier et plombier ébroïcien, font l'objet d'une quittance d'un montant de quinze livres tournois adressée à Colart Anquetin, vicomte d'Évreux.

Le 22 août 1419
La vente de plomb faite par les procureurs et gouverneur de la ville au maître des oeuvres du roi pour les travaux sur les gouttières des halles au blé de la ville fait l'objet d'une quittance de 22 livres, quatorze sous et six deniers tournois rédigée par le bourgeois Guillaume Le Fèvre et adressée à Colart Anquetin, vicomte d'Évreux.

Le 13 décembre 1419
Le siège épiscopal d'Évreux est toujours vacant depuis l'assassinat par les Bourguignons, en juin 1418 à Paris, de Guillaume V de Cantiers.
Photo

Représentation de Guillaume de Cantiers et sainte Catherine sur un des vitraux de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux
© Giogo / CC BY-SA 3.0
Voir mentions légales

< avant après>