L'Histoire d'Évreux

1759 - 1768

L'Histoire d'Évreux où l'on verra, entre autres, que la maintenance des onéreuses pompes à incendie est assurée par trois bourgeois.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1759


Le 25 avril 1759
Commendataire de l'abbaye Notre-Dame de Bellevaux et doyen de l'Église métropolitaine de Lyon, Louis Albert de Lezay-Marnésia est nommé évêque d'Évreux par le roi Louis XV.

Le 30 avril 1759
Nommé archevêque d'Albi, Léopold Charles de Choiseul-Stainville quitte les fonctions d'évêque d'Évreux qu'il occupait depuis l'année précédente.

Le 24 septembre 1759
Nommé le 25 avril par le roi Louis XV, Louis Albert de Lezay-Marnésia est confirmé dans ses fonctions d'évêque d'Évreux.

Le 14 octobre 1759
Louis Albert de Lezay-Marnésia est sacré évêque d'Évreux par Nicolas de Bouillé de Saint-Géran, premier aumônier du roi et évêque d'Autun.

1760


En 1760
Le meunier du moulin de l'abbaye Saint-Taurin pêcherait plus de 500 anguilles en une seule prise sur la zone de pêcherie à sec.

La même année (1760)
Le poids des cloches de la cathédrale Notre-Dame d’Évreux est mentionné dans les archives du chapitre : 18 000 livres pour le Pardon, 15 000 pour le le Gros-Guillaume, 14 000 pour la Gabrielle, 5 500 pour le Gros-Pierre et 4 000 pour la Marie.

La même année (1760)
Dom Jacques Marchand est élu prieur de l'abbaye de Saint-Taurin d'Évreux.

La même année (1760)
Peintre officiel de Charles-Godefroy de La Tour d'Auvergne, duc de Bouillon et comte d'Évreux, Louis-Antoine, connu sous le nom de « chevalier Sixe », réalise Saint Jean prêchant dans le désert, oeuvre destinée au couvent des Capucins d'Évreux.

Le 20 janvier 1760
Mort en la paroisse Saint-Nicolas d'Évreux de Gilles Delahaye de La Gonière, ancien receveur des aides et gabelles de Lyons-la-Forêt puis de celles d'Évreux.

Le 1er mars 1760
Naissance à Évreux de François Nicolas Léonard Buzot, avocat, membre de l’Assemblée nationale constituante de 1789 à 1791, député girondin à la Convention nationale et membre du Comité de défense générale en 1793.

Le 13 mars 1760
Naissance à Évreux de Nicolas de Bonneville, fils d'un procureur de la ville, petit-neveu du dramaturge Jean Racine, poète, traducteur, publiciste, cofondateur de la gazette Bulletin de la Bouche de fer et La Chronique du jour, cofondateur du Cercle social et directeur de la librairie-imprimerie de cette société, ancien président d'un district de Paris et franc-maçon.
Photo

Le "Bulletin de la Bouche de Fer", revue dont Nicolas de Bonneville est le directeur de publication à la fin du XVIIIe siècle
© BNF-Gallica, Département Littérature et art, 5898
Domaine public

1761


Le 31 janvier 1761
Naissance en la paroisse Saint-Thomas d’Évreux de Martin Raoul Ruault de Beaulieu, avocat et premier conservateur de la bibliothèque de la ville.

Le 20 juin 1761
Naissance en la paroisse Saint-Denis d'Évreux de Marie-Geneviève de Clinchamp-Bellegarde, demoiselle de Saint-Cyr.

1762


En 1762
L'évêque d'Évreux Louis Albert de Lezay-Marnesia enrichit la cathédrale des reliques de saint Taurin, évangélisateur historique de l'Évrecin autour du Ve siècle.

La même année (1762)
Mort de Mathurin Le Blanc, président du grenier à sel d'Évreux et trésorier de la paroisse Saint-Thomas.

La même année (1762)
Ancienne possession du maire Mathurin Le Cousturier puis de ses enfants, le demi-fief de La Poterie revient à Fulgence Le Blanc, marchand bourgeois de la ville, à la mort de son parent Mathurin Le Blanc.

Le 2 juin 1762
Mort de Pierre Lefébure, marchand de toiles, officier de la grande vénerie et maire d'Évreux (?).

Le 11 août 1762
Naissance en la paroisse Saint-Pierre d'Évreux de Louis Taurin Verdière, notaire, juge d'instruction au tribunal de première instance de l'arrondissement de Rouen, avocat au parlement de Paris, conseiller à la cour de Rouen et chevalier de la Légion d'honneur.

Le 26 août 1762
Naissance à Évreux de Joseph de Clinchamp, militaire, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis et chevalier de la Légion d'honneur. Il fera l'acquisition du château de Jersey à Illiers (actuelle Illiers-l'Évêque), fief relevant de l'évêque d'Évreux depuis Philippe de Chaourse au XIIIe siècle.

Le 5 décembre 1762
Naissance à Évreux de Pierre-Nicolas Hésine, figure révolutionnaire et commissaire exécutif auprès de l'administration municipale et cantonale de Vendôme.

1763


Le 22 décembre 1763
Marchand bourgeois ébroïcien ayant reçu le demi-fief de La Poterie l'année précédente, Fulgence Le Blanc rend foi et hommage à Charles-Godefroy de La Tour d'Auvergne, comte d'Évreux et duc de Bouillon.

1764


En 1764
L'ouverture de la grande route de Rouen rend obsolète l’ancienne voie, impraticable et boueux, qui passait par Gravigny et le chemin de Caër.

La même année (1764)
À la tête de l’atelier d’imprimerie depuis la mort de son mari, la veuve de Jean Malassis possède deux presses.

La même année (1764)
Issu d'une famille d'organistes parmi lesquels figurent son père, sa mère, sa soeur et des oncles maternels, le jeune Jean-Jacques Dulong est reçu enfant de choeur par le chapitre de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux, pour dix années de psallette au terme desquelles il bénéficiera de la gratification attendue de 100 livres.

La même année (1764)
L'évêque Louis Albert de Lezay-Marnesia fait achever, dans la chapelle de la Mère de Dieu de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux, un caveau destiné à la sépulture des évêques du diocèse.

La même année (1764)
Les habitants de la ville d'Évreux assignent peut-être en justice le maire, les échevins, le chapitre de la cathédrale et les officiers du bailliage et de l'élection pour un contentieux portant précisément sur l'élection du maire.

Le 24 février 1764
Respectivement chirurgien et libraire à Évreux, M. Duprey et Jacques-Antoine Magner font paraître une annonce dans Le Journal de Rouen relative à un bien qu'ils possèdent dans la paroisse de la Ronde :
« Vendre ou à louer, une jolie maison, bâtie depuis 18 ans, jardin ; terrasses, sis à Évreux, rue S.Louis, paroisse de la Ronde, en bon air ; en belle vue. La maison est composée de tous les apartements nécessaires à la commodité ; le jardin consiste en quatre carrés légumiers ; deux à fleurs, les murs  espaliers sont garnis de plus de 200 pêchers de la meilleure espèce (...) »
En mai 1764
Ancien notaire, M. de Calbrie (ou de Calbrye) met en vente sa grande maison de la rue des Cordeliers, laquelle comporte pas moins d'une vingtaine de pièces, deux greniers et trois caves.

Le 29 mai 1764
Dans le cadre du projet de pavage des rues, la ville fait l'acquisition de blocs de grès extraits des carrières de Miserey et de Cierrey.

1765


Le 1er février 1765
Le chirurgien Cheval fait paraître une annonce dans Le Journal de Rouen relative à plusieurs biens qu'il possède à Évreux : une maison de la paroisse Saint-Pierre possédant cour et jardin au bord de l'Iton, une autre maison située rue Grande et occupée par M. Vastel, ainsi que 27 livres de rente sur l'auberge de la Biche.

Le 11 mars 1765
Lieutenant-général du gouvernement général de la province de Normandie, François-Henri d'Harcourt reçoit 12 flambeaux d'appartement et 24 vins de Bourgogne à son arrivée dans la ville d'Évreux.

Le 12 avril 1765
L'inspecteur de police parisien de La Villegaudin et Mme de Calbrie (ou de Calbrye) font paraître une annonce dans Le Journal de Rouen relative à plusieurs biens qu'ils possèdent à Évreux : une grande maison à étages, située paroisse Saint-Nicolas et composée d'un grand nombre de pièces pour maîtres et domestiques, et une autre maison contruite en 1751 et située rue des Cordeliers dans la paroisse Saint-Denis.

Le 19 avril 1765
Charles-Godefroy de La Tour d'Auvergne, comte d'Évreux, duc de Bouillon et propriétaire du domaine de Navarre, abandonne à l'évêque Louis Albert Lezay de Marnésia, à titre de fief, le fossé des Pringales qui se trouve derrière le palais épiscopal.

Le 7 septembre 1765
Naissance à Évreux de Nicolas Pierre Christophe Rogue, auteur de Souvenirs et journal d'un bourgeois d'Évreux.
Photo

Édition datée de 1850 de "Souvenirs et journal d'un bourgeois d'Évreux : 1740-1830", de Nicolas Rogue par l'imprimerie Hérissey
© BNF-Gallica, Département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-LK7-2707
Domaine public


Le 7 octobre 1765
L'arrivée à Évreux du régiment de hussards du marquis André-Claude de Chamborant de La Clavière bouleverse l'organisation du quartier militaire de la ville. Les écuries d'une douzaine d'auberges sont mises à la disposition des cavaliers.

1766


En 1766
Il est fait mention de la rue du Calvaire, nom alternatif de la rue Saint-Taurin (partie de l'actuelle rue Joséphine).

La même année (1766)
Dom Laurent François Dergny est élu prieur de l'abbaye de Saint-Taurin d'Évreux. Il succède probablement à dom Jacques Marchand.
Photo

Intérieur de l'église Saint-Taurin en hiver 2016
© Christophe Amounie / Facebook
Avec l'aimable autorisation du photographe


Le 6 juin 1766
Avocat au bailliage d'Évreux, M. Rossignol fait paraître une annonce dans le Journal de Rouen :
« À louer à Évreux une maison, rue de la Géole, propre à un marchand ou autre ; il y a un salon, jolie salle, cour, bûcher, cuisine, cour avec un autre bâtiment. »
Le 6 juillet 1766
La ville fait l'acquisition de deux pompes à incendie pour un montant de 1 850 livres.

Le 12 septembre 1766
Le prince Louis Joseph de Bourbon-Condé se rend chez Charles-Godefroy de La Tour d'Auvergne au château de Navarre, à l'ouest de la ville.

Le 12 décembre 1766
Titulaire actuel, M. Le Couturier de Pithienville fait paraître une annonce dans le Journal de Rouen pour la vente de sa charge de lieutenant criminel du bailliage et présidial d'Évreux.

Le 26 décembre 1766
En collaboration avec un confrère rouennais, le notaire ébroïcien Guillotte fait paraître une annonce dans le Journal de Rouen :
« À vendre ou louer deux maisons l'une près de l'autre, sises à Évreux, paroisse Saint-Léger, près l'église ; elles consistent en salles, chambres, cabinets, cuisines, caves, bûchers, écuries, greniers, grande porte sur la rue, servant de remise, cour, puits, jardins arrêtés par une rivière très poissonneuse ; il y aura facilité et sûreté pour les acquéreurs. »

1767


En 1767
Les notaires d'Évreux réalisent une copie de la charte de Richard Coeur de Lion, jadis roi d'Angleterre, seigneur d'Irlande, duc des Normands et des Aquitains.

La même année (1767)
Il est fait mention du triège du Chemin vert qui deviendra la rue des Murs-Saint-Louis (actuelle rue Lepouzé).

La même année (1767)
Le Petit cartulaire de Saint-Taurin, qui « étoit couvert de planches, ycelles couverte en veau », est relié à neuf par Gilles Biard, feudiste ébroïcien et arpenteur royal.

La même année (1767)
D'importants travaux à la tour de l'Horloge commencent par la réfection urgente de la charpente.

La même année (1767)
Les habitants demandent à Charles-Godefroy de La Tour d'Auvergne, duc de Bouillon et comte d'Évreux, l'autorisation de démolir la Porte-Peinte (du côté de l'actuelle place Sepmanville), s'appuyant sur la disparition des portes de Notre-Dame et aux Fèvres.
Photo

Panneau culturel rappelant la présence jadis de la Porte Peinte, sur le chantier Sepmanville en 2016
© OTC Grand Évreux
Voir Mentions légales


Le 13 février 1767
Lieutenant général du bailliage et siège présidial d'Évreux, Jean-Baptiste Bosguérard de Garembourg prend ses fonctions de maire d'Évreux.

Le 15 mars 1767
Trois bourgeois de la ville sont chargés de la maintenance des pompes à incendie, acquises en juillet 1766 pour la somme de 1 850 livres.

Le 28 avril 1767
Naissance en la paroisse Notre-Dame-de-la-Ronde d'Évreux de Jean Denner, soldat de l'armée de Moselle, maréchal des logis à la compagnie de gendarmerie royale du département de l'Eure et chevalier de la Légion d'honneur.

Le 11 juillet 1767
Des lettres patentes royales accordent à Charles-Godefroy de La Tour d'Auvergne, duc de Bouillon et comte d'Évreux, le droit de nommer un maire pour cette ville ainsi que dans d'autres places du comté.

Le 17 juillet 1767
Les autorités civiles d'Évreux se plaignent auprès de l'intendant de la généralité de Rouen des difficultés logistiques occasionnées par le régiment de hussards du marquis André-Claude de Chamborant de La Clavière, installé en ville depuis octobre 1767.

Le 13 octobre 1767
Naissance en la paroisse Saint-Thomas d'Évreux de Nicolas Dumoutier, lieutenant au 96e régiment d'infanterie de ligne, engagé dans les campagnes de la Révolution française puis de l'Empire et chevalier de la Légion d'honneur.

En novembre 1767
Mort de Mathieu Ruault, avocat au siège présidial d’Évreux puis possible maire de la ville.

Le 15 novembre 1767
Les tours de la Porte-Peinte sont abattues, ce qui avait été maintes fois demandé par les habitants après la disparition de celles de Notre-Dame et aux Fèvres.

1768


En 1768
B. Besselièvre est nommé premier supérieur du grand séminaire d'Évreux et succède à Thomas Drouët.

La même année (1768)
Les travaux de construction du petit séminaire des Eudistes sont entamés. Le budget du chantier dépassera les 60 000 livres initialement alloués.

Le 9 mars 1768
À l’issue de son procès, Michel de Saint-André, frère questeur des pénitents de Louviers, est innocenté par l’officialité d’Évreux de l’accusation de vols commis dans les murs de l’abbaye de Saint-Taurin d’Évreux.

Le 13 avril 1768
Naissance à Fontaine-sous-Jouy dans l'Eure de Jean-Baptiste Justin Ancquetin, enfant de choeur puis joueur de serpent et de violoncelle attaché au chapitre de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux.

Le 19 août 1768
Les héritiers de Mme Devaucel font paraître une annonce dans le Journal de Rouen pour la mise en vente de la maison de la défunte, située rue de la Prison et constituée de trois bâtiments attenants.

< avant après>