L'Histoire d'Évreux

1943

L'Histoire d'Evreux depuis la dénonciation par un ouvrier licencié du camouflage minutieux par la direction des usines de Navarre de 500 tonnes de métaux jusqu'à la mort en déportation du résistant Henri Emile Vattier.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1943


En 1943
Concessionaire Citroën du garage de l'avenue Foch, M. Duchesne entreprend des travaux sur la toiture, fait installer le chauffage, les sanitaires, et met aux normes l'installation électrique.

La même année
Nommée à l'école de Nétreville, l'institutrice Solange Castagné s'installe à Evreux pour plusieurs décennies.

En janvier 1943
Un ouvrier licencié pour vol des usines de Navarre dénonce le camouflage par la direction d'un stock de métaux dans l'Iton et dans les murs, soit environ 500 tonnes.

Le même mois
Agent de renseignement du réseau Turma opérant sous les pseudonymes Noé ou Narcisse, l'Ebroïcien Bernard Jean Lauvray est transféré au corps franc Vengeance.
voir partie icono >

Le 7 janvier 1943
Dans les environs proches de la ville, la gendarmerie d'Evreux découvre un abattoir clandestin où gisent encore neuf carcasses de boeuf. La propriétaire des lieux est arrêtée.

Vers le 10 janvier 1943
Le plan de reconstruction d'Evreux conçu par l'architecte et urbaniste Paul Danger est présenté en mairie aux habitants.

Le 1er février 1943
L'octroi concernant le boulevard Jules-Janin est supprimé.

Le 9 février 1943
La dénonciation au mois de janvier du camouflage de stocks de métaux entraîne la fermeture des usines de Navarre, la déportation immédiate au STO de 12 ouvriers, et l'incarcération de plusieurs responsables comme Louis Paris et Raymond Pâris.

En mars 1943
Menacé depuis la découverte de plusieurs centaines de tonnes de métaux aux usines de Navarre en janvier précédent, le cadre Bertrand du Pouget s'enfuit.

Le même mois
La publicité fait son apparition dans les pages de La Semaine Religieuse, la revue officielle du diocèse d'Evreux et dont la direction est assurée par le vicaire général.

Le 25 mars 1943
Des terrassiers trouvent sous des gravas le cadavre du petit Daniel R., très probablement assassiné il y a de nombreuses semaines.

Le 1er avril 1943
La mère et le beau-père du petit Daniel R., dont le corps avait été retrouvé le 25 mars sous des gravats par des terrassiers, sont arrêtés par la police.

En avril 1943
L'équipe de rugby du lycée d'Evreux bat 10 à 0 l'école Livet de Nantes au Championnat inter-académies.

Le même mois
Les élus grenoblois adressent à la municipalité d'Evreux un troisième chèque de 250.000 francs pour permettre sa reconstruction après le bombardement allemand de juin 1940.

Le même mois
Le médecin ébroïcien Cailleret propose à ses confrères d’employer au plus vite praticiens à la retraite et jeunes diplômés non installés pour faire face aux problèmes sanitaires et médicaux que posent les bombardements aériens.

Le 15 avril 1943
La cour d'assises de l'Eure siégeant à Evreux condamne Maurice Leroux à 20 ans de travaux forcés pour avoir assassiné un débitant de Grosville.

Le même jour
La cour d'assises de l'Eure siégeant à Evreux condamne le domestique agricole François Catois à 10 ans de travaux forcés pour avoir volontairement incendié la grange de sa patronne, détruisant ainsi une très importante quantité d'avoine et de farine.

Le 18 avril 1943
Jean Ferrand remporte la course cycliste Paris-Evreux devant Pierre Jodet et Albert Dolhats.

Le 25 avril 1943
Naissance à Evreux de Marie-France Hérissey, épouse Tricornot de Rose, femme politique et député européenne.
voir partie icono >

Le 1er mai 1943
Eugène Dupuis, contremaître aux usines de Navarre, est fait chevalier de l'ordre national du Travail.

En mai 1943
Les grands-parents de Philippe A., enfant juif âgé de six ans, le confient à Emile Dallière, pasteur de la communauté protestante d'Evreux, pour le mettre à l'abri d'une arrestation imminente.

Le même mois
Le vol d'un panier de beurre à Evreux par un soldat allemand est rappelé dans Le Patriote de l'Eure, journal clandestin de Louviers édité par la Résistance euroise :
(...) les Messieurs chargés de rendre la justice auraient pu d'un air absent entendre la plaidoirie d'un avocat fougueux. Hélas Messieurs, gardez vos foudres pour les patriotes, le délinquant n'était qu'un soldat allemand.

Le 9 mai 1943
Respectivement conducteur et mécanicien de locomotive et domiciliés à Evreux, Joseph Flouriot et Henry Leclère sont tués au Neubourg lors du mitraillage de leur train par un raid aérien britannique.

Le 14 juin 1943
Mort de Simone Noyer, Ebroïcienne victime civile de guerre.

Le même jour
Mort de Georges Maurey, Ebroïcien victime civile de guerre.

En juillet 1943
Après s'être présenté à l'office de placement allemand d'Evreux pour y recevoir de l'équipement et sa feuille de route pour l'Allemagne, Louis Beaufour décide de s'engager dans la Résistance et intègre le mouvement Turma-Vengeance.

Le 1er juillet 1943
Juge suppléant rétribué du ressort de la cour d’appel de Paris, M. Ruhot prend ses fonctions de juge de troisième classe au tribunal de première instance d’Evreux, en remplacement de M. Bonduaire, nommé juge au tribunal d’Avesnes dans le Nord.

Le 11 juillet 1943
Le médecin ébroïcien Louis Bergouignan signe, dans la revue professionnelle Concours médical, un article portant sur la récente loi relative aux chambres particulières et les cliniques annexes.
voir partie icono >

Le 22 juillet 1943
Dénoncé le 3 juin précédent pour sabotage de voies ferrées, le forgeron et Résistant eurois Emile Auguste Henri Beaucousin est fusillé dans la cour de la prison d'Evreux.

Fin juillet 1943
L'agent auxiliaire de police Arthur et son complice Roger Chaintron volent 14.500 tickets d'alimentation dans les bureaux de l'hôtel de ville puis quittent la ville.

Le 9 août 1943
Au tribunal correctionnel d'Arras comparaît Elodie Devrièze qui, dans plusieurs départements, avait monté une escroquerie envers les débitants de boissons en faisant croire qu'elle était en relation avec M. Détève dont la distillerie est située aux 57 et 63 rue Isambard à Evreux.

Le 24 août 1943
La base aérienne d’Evreux est bombardée par quinze forteresses alliées.
voir partie icono >

Le même jour
Au moment où le gardien Matrichet vient réveiller deux détenus de la prison d'Evreux, il est maîtrisé puis ligoté par sept autres prisonniers d'un même dortoir qui parviennent ensuite à s'échapper.

Le 10 septembre 1943
Les gendarmes d'Evreux procèdent à l'arrestation de neuf membres de la Résistance et saisissent munitions, matériel de sabotage et tracts.

Le 21 septembre 1943
Dénoncé le 3 juin précédent pour sabotage de voies ferrées, le charcutier et Résistant eurois Fernand Louis Ernest Thorel est fusillé dans la cour de la prison d'Evreux.
voir partie icono >

En octobre 1943
Agent du corps franc du réseau Vengeance, l'Ebroïcien Bernard Jean Lauvray est arrêté après avoir procédé à plusieurs opérations de sabotage.

Le 22 octobre 1943
Les autorités vichystes et d'occupation procèdent à l'arrestation de trente-sept juifs français et étrangers sur l'ensemble du département de l'Eure.

Le 28 octobre 1943
Le secrétariat d’Etat à la Santé et à la Famille autorise l’hôpital d’Evreux à  :
(...) réduire les charges de fondations susvisées faites par la dame Huet, veuve Jules Janin, la demoiselle de Gillain de Cernay, la dame Dedun, veuve de Sepmanville, la dame du Meillet, veuve l’Hôpital, les sieurs Chauvel, Rohaux et la dame Gambe, veuve Ruelle.

Le 4 novembre 1943
Contrôleur principal aux Andelys, M. Monier est promu chef de section aux servicex extérieurs des Postes, Télégraphes et Téléphones d'Evreux.

Le 17 novembre 1943
Mort d'André Pézard, victime civile de guerre et agent SNCF originaire d'Evreux.
voir partie icono >

Le 29 novembre 1943
Le chef du gouvernement Pierre Laval signe un décret supprimant la chambre de commerce de Pont-Audemer, et attribue en conséquence l'ensemble des biens de cette dernière à celle d'Evreux, dont le nombre de membres est par ailleurs porté de quinze à vingt et un.

Le 10 décembre 1943
Mort des suites de maladie d'Arsène Laurent, soldat au 330e régiment d'infanterie et natif d'Evreux.

Le même jour
L'Etat accorde à M. Jouenne la remise totale des 3.315 francs dont était redevable envers le Trésor public son épouse, ancienne élève démissionnaire de l'école normale d'institutrices d'Evreux et décédée quelques mois auparavant.

Le 20 décembre 1943
Mort en déportation à Mauthausen en Autriche d'Henri Emile Vattier, résistant probablement ébroïcien des Forces françaises combattantes.

< avant après>