L'Histoire d'Évreux

1940

L'Histoire d'Evreux depuis la coupure de 390 lignes téléphoniques provoquée par le gel jusqu'à la photographie en première page du quotidien Paris-Soir d'un bébé inconnu trouvé en gare d'Evreux.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1940


Le 27 janvier 1940
Secrétaire général de la section des jeunes de la branche ébroïcienne de l'Union nationale des combattants, Albert Picoreau cherche à entrer en contact, de façon méthodique, avec des camarades d’autres sections, évacués de leurs communes d’origine et provisoirement réfugiés à Evreux.

Le 27 janvier 1940
Obsèques à Evreux de Conrad-Joseph Prévost de Sansac de Traversay, employé d'agent de change, administrateur des Amis du soldat aveugle, président du comité d'action de l'Union des aveugles de guerre, chevalier de la Légion d'honneur et natif de la ville.

Le 1er février 1940
Le directeur des postes et télégraphes du département annonce que l'accumulation de givre des derniers jours a provoqué la coupure de 390 lignes téléphoniques sur Evreux.

Le 11 février 1940
Les chevaux Neva et Nac Namara sont les favoris du prix d'Evreux qui se tient à l'hippodrome de Vincennes.

Le 25 février 1940
Les horaires de la ligne ferroviaire Evreux-Laigle sont modifiées par la Société nationale des chemins de fer français.

Le 28 février 1940
Sur la requête de l'administration des domaines, le tribunal de première instance d'Evreux ordonne la publication dans le Journal officiel des textes réglementaires relatifs à la succession en déshérence d'Adolphe Eugène Sément, de Nicolas Joseph Poirot, du journalier Jean Marie Alexis Petit, du cantonnier Célestin Jean Louis Marie Brandily, du boucher Pierre Marie Salmagne, et de l'ouvrier agricole Gratien Léopold Dreux ; tous étant décédés à l'hospice du 17 rue Saint-Louis à Evreux, au cours des quatre années précédentes.

Le 1er mars 1940
La section Evreux-Acquigny sur la ligne d'Evreux-Embranchement à Acquigny est fermée aux voyageurs.

Début mars 1940
Présentée par le marquis de Chambray, l'évêque d'Evreux bénit la première voiture offerte au département de l'Eure par l'Oeuvre française des sections sanitaires automobiles.

Le 2 mars 1940
Un grave accident de voiture à Louviers implique l'automobile de l'employé de commerce Roland Marie et deux motards de la gendarmerie d'Evreux dont l'un, Emile Leroyer, est tué sur le coup.

Le 9 mars 1940
La Société nationale des chemins de fer français supprime plusieurs trains de la ligne ferroviaire Evreux-Laigle, quelques jours après avoir modifié plusieurs horaires.

Le 23 mars 1940
Le Le Figaro publie une annonce dans ses colonnes :
Dame accepterait avec participation aux frais jeunes gens ou jeunes filles désirant suivre avec ses enfants externat Lycée ou Collège Evreux. Vie de famille. Tout confort. Ecrire n°3955.

Le 25 mars 1940
Mort à Evreux d’Ernest Caplain, chevalier de l’Ordre de Saint-Grégoire-le-Grand et président du conseil d’administration des établissements ébroïciens Malatiré et Lecoeur.

Le 28 mars 1940
Obsèques en la cathédrale Notre-Dame d'Evreux d’Ernest Caplain, chevalier de l’Ordre de Saint-Grégoire-le-Grand et président du conseil d’administration des établissements ébroïciens Malatiré et Lecoeur.

Le 24 avril 1940
Le Journal officiel publie une liste de jeunes gens ayant obtenu, au titre de l’infanterie et des charts de combat, le brevet de préparation militaire supérieure et qui sont susceptibles d’être nommés aspirants de réserve lors de leur incoporation. Y figurent plusieurs étudiants ébroïciens : Raymond Dalongeville, Jean Denarcq, Gaston Dubois, Jean Fermanel, Roland Gallot, Marcel Kerboriou, Jean Le Denmat, Marcel Maillard, André Menard, Georges Ouilleau et Charles Roger, tous de l’école normale d’instituteurs d’Evreux.

Le 30 avril 1940
Mort dans l'explosion de son avion en combat aérien au-dessus de Méréville dans l'Essonne de Paul Germain Fernand Lemée, sous-lieutenant de la base aérienne 251, chevalier de la Légion d'honneur, titulaire de la croix de guerre et pilote historique de l'aéroclub de l'Eure, à Evreux.
voir partie icono >

En mai 1940
Chef des rexistes belges et proche de l'idéologie nazie, Léon Degrelle est incarcéré pour une courte période à la maison d'arrêt d'Evreux, où il se dira être maltraité par des surveillants.

Le même mois
Le conseil général de l'Eure étudie la demande de crédit de l'architecte départemental pour la réfection complète des peintures et papiers de tenture du logement d'un adjudant de la caserne d'Evreux, dont les deux prédécesseurs sont morts de maladie contagieuse.

Le 12 mai 1940
La course cycliste Paris-Evreux est annulée en raison de l'invasion de la France, depuis la Belgique, par les troupes allemandes.

Le même jour
Mort à Roubas en Moselle des suites de blessures reçues au combat de Roland Jean Marie Prévot, soldat au 34e régiment d'artillerie et probablement domicilié à Evreux.

Le 13 mai 1940
Mort au combat à Rostenne en Belgique d'André Collenot, sergent au 39e régiment d'infanterie, titulaire de la Croix de guerre et domicilié à Evreux.

Le 14 mai 1940
Mort au combat à Warnant en Belgique de Paul Dandurand, soldat au 129e régiment d'infanterie motorisée et natif d'Evreux.

Le même jour
Mort au combat à Yvoir en Belgique d'Eugène Léon Hugon, soldat au 129e régiment d'infanterie motorisée et natif d'Evreux.

Le même jour
Ebroïcien mobilisé au 32e régiment régional de travailleurs, René Alphonse de Bouclon est tué lors d'un bombardement allemand sur la gare de Tergnier dans l'Aisne, alors qu'il se trouvait à bord d'un train de permissionnaires.

Le 16 mai 1940
Mort pour la France de Raymond Liaigre, sergent au 36e régiment d'infanterie et probablement originaire d'Evreux.

Le 17 mai 1940
Mort au combat à Stonne dans les Ardennes d'Alexis Béranger Colbert Delabarre, soldat au 31e régiment d'infanterie et domicilié à Evreux.

Le 20 mai 1940
Mort de Joseph Chapron, soldat du 1er groupe de reconnaissance de division aérienne. Il sera inhumé au cimetière d'Evreux.

Le même jour
Arrivé en gare d'Evreux en provenance de Beauvais, un enfant de deux mois est récupéré par l'assistance publique qui croit savoir que sa mère s'était absentée du train dans les environs de Rouen, avec l'espoir de retrouver un autre membre de sa famille, mais n'avait pu remonter dans le wagon.

Le 22 mai 1940
Commandant du 4e peloton du 3e escadron du 2e groupe de reconnaissance de corps d'armée et domicilié à Evreux, l'adjudant-chef Robert Delugin est mortellement blessé alors qu'il mène une délicate mission de reconnaissance, au plus près des lignes allemandes, à Méricourt-sur-Somme dans la Somme.

Le 23 mai 1940
Mort à Evreux de Fernand-Etienne Rimbert, armateur, député, maire de Dieppe, membre de la chambre de commerce de cette même ville et officier d'Académie.
voir partie icono >

Le 25 mai 1940
De nationalité belge, un certain Léon Job Raphaël Brugghe est aperçu une dernière fois à Evreux.

Le même jour
Une patrouille du 1er escadron du 2e groupe de reconnaissance de corps d'armée trouve le corps de l'adjudant-chef ébroïcien Robert Delugin, mortellement blessé le 22 précédent, alors qu'il menait une délicate mission de reconnaissance au plus près des lignes allemandes. Avant de rendre son dernier souffle, le sous-officer a minutieusement disposé autour de lui des photographies de sa famille et de ses camarades.

Le 28 mai 1940
Mort au combat à Saint-Omer dans le Pas-de-Calais d'Albert Emile Stalin, soldat au 128e régiment d'infanterie et natif d'Evreux.

Le 30 mai 1940
Mort au combat dans les Ardennes d'André Gabriel, soldat au 119e régiment d'infanterie et domicilié à Evreux.

Le 31 mai 1940
Condamné à mort pour espionnage au profit du service de renseignement allemand après être entré en France en se mêlant à un convoi de réfugiés, le dénommé Frantizek Farik est fusillé à la prison d'Evreux.
voir partie icono >

Le même jour
Mort en mer lors du naufrage du Siroco d'Henri Louis Marie René Doynel de La Sausserie, du 19e escadron du train et domicilié à Evreux.

Le 2 juin 1940
Mort pour la France de Marcel Huet, soldat au 211e régiment d'artillerie lourde divisionnaire et agent SNCF à Evreux.

Le 4 juin 1940
Mort pour la France de Fernand Lafosse, soldat au 3e escadron de train et probablement domicilié à Evreux.

Le même jour
Mort pour la France dans le naufrage de son navire au large de Dunkerque dans le Pas-de-Calais de Gaston Philippe, soldat au 3e escadron des équipages militaires et probablement domicilié à Evreux.

Le 7 juin 1940
L’avant-veille du bombardement allemand dévastateur, les oeuvres majeures du patrimoine ébroïcien – dont les précieux vitraux de la cathédrale Notre-Dame – sont acheminées par voie ferroviaire à Niort, pour être mis en sécurité.

Le 8 juin 1940
Quittant par train la ville d'Evreux où il habite, Maurice Davouges est aperçu une dernière fois à Verneuil-sur-Avre.

Le même jour
Agée d'un peu plus de deux ans et malade, la petite Jacqueline Gerbaz qui était placée en nourrice est déposée à l'hôpital d'Evreux.

Le 8 juin 1940
Mort à son poste à Evreux de Ferdinand Célestin Buhot, soldat dépanneur d'un escadron du 29e régiment de dragons.

Le 9 juin 1940
Une trentaine de Messerschmitt allemands bombardent la ville en quatre raids successifs jusqu'à la nuit : onze hectares d'habitations sont détruits ou gravement endommagés. La gare, les tours nord et sud de la cathédrale ainsi que la chambre de commerce sont gravement endommagées et l’ancien petit séminaire de Saint-Aquilin situé 1 rue Saint-Taurin est totalement pulvérisé. Outre 463 immeubles détruits et 476 autres rendus inutilisables, la ville compte plus de 300 blessés et 560 morts dont Hélène Almon, Jacques Balaine, Jean-Baptiste Beaudoin, Andrée Bourgeois, Raymond Carmoin, Madeleine Chevallier, Simonne Depoilly, Pierre Domont, Marcel Dugombert, Marie Gervais, Jules Gouget, Eugénie Grenier, Louis Guillaume, Denise Guiomar, Fernand Jardin, Raymond Jarossay, Hélène Latouche, André Le Bouder, Albertine Le Roy, Lucette Lecourt, Lucien Lecourt, Michel Lecourt, Marie Lefrançois, Hélène Mallet, Germaine Martin, Louise Nicolard de Barmont, Alice Pallix, Valentine Parmentier, Roberte Pézier, Germaine Planchon, Suzanne Pradon, Paul Souty, Joséphine Texier, Marie Vazard et Eugénie Versal.
voir partie icono >

Le même jour
Mort pour la France à Evreux du médecin et commandant de réserve André Minon.

Le même jour
Cannonier au 221e régiment d'artillerie colonial, Yves Rouzic est grièvement blessé par des éclats de bombes alors qu'il assure la défense de la ville d'Evreux, pilonnée par l'aviation allemande.

Le même jour
Sergent au 236e régiment d'infanterie, Paul Delautre est grièvement atteint par des éclats d'obus alors qu'il se trouve à son poste de combat à Evreux.

Le 10 juin 1940
Mort au combat à Blanzy-la-Salonnaise dans les Ardennes de Kléber Désiré Famette, cavalier au 15e groupe de reconnaissance de division d'infanterie et natif d'Evreux.

Le même jour
Mort d'Emile Launon, victime civile ébroïcienne du bombardement allemand de la nuit précédente.

Le 11 juin 1940
Les Allemands entrent dans Evreux dont l'incendie n'est toujours pas circonscrit, et où il ne reste plus que 172 habitants.

Le même jour
L'incendie provoqué par le bombardement de l'avant-veille n'est pas circonscrit et se propage à la cathédrale, détruisant ce qui reste du grand orgue de Jean-Baptiste Nicolas Lefèvre.

Le même jour
Mort à Evreux de Georges Marais, victime civile du bombardement allemand de l'avant-veille.

Après le 11 juin 1940
André Guédron, artiste et professeur de dessin au lycée d'Evreux, réalise plusieurs aquarelles de la ville détruite par les bombardements allemands.
voir partie icono >

Le 12 juin 1940
Dans un climat de débâclé généralisée, la retraite vers l'ouest de la Xe armée française vulnérabilise dangereusement la ville d'Evreux.

Le même jour
Soldat de la 11e section de commis et ouvriers d'administration, Clément Guédou est très grièvement blessé par des éclats de grenade, alors qu'il assure le transport du personnel de son unité à Evreux.

Le même jour
Mort d'Emilienne Lucas, victime civile ébroïcienne du bombardement allemand du 9 du mois.

Le même jour
En provenance de la gare d'Evreux, un petit Polonais âgé de deux ans est recueilli par les services d'assistance du département de l'Orne.

Le 13 juin 1940
Mort pour la France de Marcel Leroy, soldat au 6e régiment du génie et probablement originaire d'Evreux.

Le 14 juin 1940
Mort à Sézanne dans la Marne des suites de blessures reçues au combat de Pierre Antoine Reuter, aspirant au 71e régiment d'artillerie divisionnaire et domicilié à Evreux.

Le 15 juin 1940
Le communiqué officiel n°571 du gouvernement français commence par les mots : « En Normandie, la lutte se poursuit dans la région à l'ouest de Louviers et dans celle d'Evreux », tandis que l'édition nantaise de L'Ouest-Eclair mentionne en accroche : « ON SE BAT DANS LES RÉGIONS DE LOUVIERS ET D'EVREUX ».

Le 16 juin 1940
Une fillette de quatorze mois est retrouvée dans les ruines d'Evreux, près du cadavre de sa mère, originaire du département de la Vienne.

Le même jour
Sous-officier médaillé militaire, titulaire de la Croix de guerre 1914-1918 et secrétaire à l'état major de la subdivision d'Evreux, le sergent Gaston Léopold Letard est tué au cours d'une opération de liaison dans la région.

Le 17 juin 1940
Mort au combat à Sully-sur-Loire dans la Loire de Maurice Henri Renard, soldat à la 3e compagnie régionale du train et probablement domicilié à Evreux.

Le 18 juin 1940
Marcel Baudot, archiviste départemental de l'Eure, entre dasn les réseaux de résistance contre l'occupant allemand et le régime de Vichy, sous le nom de Beaumanoir.

Le même jour
Mort au combat à Pagny-sur-Meuse dans la Marne de Roger Gaston Alexandre Lohier, maréchal des logis au 73e groupe de reconnaissance de division d'infanterie et probablement domicilié à Evreux.

Le même jour
Mort au combat de Charles Georges Pascal, adjudant au 73e groupe de reconnaissance de division d'infanterie et probablement domicilié à Evreux.

Le 20 juin 1940
Maréchal des logis au 7e régiment de dragons d'Evreux transféré au 1er groupe franc motorisé de cavalerie, Honoré Julien Lechat est grièvement brûlé à bord de son char d'assaut 4851, dans les combats de la ferme d'Aunis, à Dampierre dans le Maine-et-Loire.

Le 21 juin 1940
Mort de l'Ebroïcien René Dessomes, victime civile de guerre.

Le 25 juin 1940
Mort pour la France à Nancy en Meurthe-et-Moselle de Roger Hippolyte Alexandre Pierre Poisson, lieutenant au 201e régiment d'infanterie et originaire d'Evreux.

Le 30 juin 1940
Mort au combat d'Alphonse Hamon, adjudant-chef au 3e groupe de reconnaissance de division d'infanterie et domicilié à Evreux.

Le même jour
Les premiers habitants partis au moment de l’Exode commencent à revenir à Evreux, et découvrent une ville durement touchée et un centre totalement dévasté.

En juillet 1940
Le château de l'institut de l'Immaculée conception est investi par l'occupant allemand.

Le même mois
Les autorités allemandes d'occupation ouvrent à Evreux le Frontstalag 200, lequel sera transféré à Verneuil au mois de décembre.

Le 11 juillet 1940
Maréchal des logis au 7e régiment de dragons d'Evreux grièvement brûlé à bord de son char d'assaut 4851 dans les combats de la ferme d'Aunis à Dampierre dans le Maine-et-Loire, Honoré Julien Lechat meurt de ses blessures.

Le 14 juillet 1940
Perdue lors du bombardement d'Evreux, Mme Ramon est recherchée par des proches qui font passer une annonce dans la presse régionale.

Le 15 juillet 1940
Dans le cadre d'une opération de grande envergure sur plusieurs aérodromes français, des formations de la Royal Air Force bombardent celui d'Evreux.

Le même jour
Après avoir mis leur fils Charles en sécurité à Evreux, Zelman et Pesa T. sont arrêtés à Paris au cours de la rafle du Vélodrome d'Hiver, organisée conjointement par les autorités françaises et allemandes.

Le 31 juillet 1940
Réfugiés ébroïciens, Mme D. et son fils sont recherchés par des proches qui font passer une annonce dans la presse régionale.

Le 1er août 1940
Le quotidien Le Matin fait paraître l'annonce suivante :
RECOMPENSE. Renseign. Citroën 5083YC1 dispar. garage Cristallin, Evreux, Leprévost, 1, quai Voltaire, Le Pecq.

Le 6 août 1940
Réfugiées parties en compagnie de Romwald Carlier, cavalier au dépôt n°3 d'Evreux, Mme Carlier et sa fille Ghislaine sont recherchées par des proches qui font passer une annonce dans la presse régionale.

Le 15 août 1940
Les Allemands quittent le château de l'Institut de l'Immaculée conception.

Le même jour
Les ouvriers ébroïciens, attelés au déblaiement des ruines, font l'objet d'une photographie en première page de l'édition nantaise de L'Ouest-clair.

Le 28 août 1940
Mort des suites d’une opération à Reichenbach en Allemagne de Roger Arnaud Bieth, natif d’Evreux et soldat au 341e régiment d’infanterie.

Le 1er septembre 1940
Reprenant une étude de L'Effort, le Journal des débats politiques et littéraires revient sur le bombardement allemand destructeur du mois de juin :
A Evreux, le lycée, l'Hôtel du Grand-Cerf sont en ruines, la gare et la préfecture sont endomagées. Rue Chartraine et rue Grande, ce ne sont qu'éboulis. Le clocher de la cathédrale a été atteint.

Début septembre 1940
Inspecteur d'académie à Avignon, M. Chardin est muté à Evreux en replacement de Charles Cockempot, tué lors du bombardement allemand du 9 juin.

Le 10 septembre 1940
La section de placement d'enfants de la Croix-Rouge n'a toujours pas de nouvelles de la famille de la petite Jacqueline Gerbaz qui avait été déposée, alors âgée d'un peu plus de deux ans, à l'hôpital d'Evreux, la veille du bombardement de la ville par l'aviation allemande.

Le 14 septembre 1940
Il est annoncé par Le Figaro qu'Antoine de Lévis-Mirepoix écrira sur la débâcle de juin et le bombardement d’Evreux.
voir partie icono >

Le 17 septembre 1940
Camille Alcide Elie Pierre Vernet succède à Paul Chiraux à la préfecture de l'Eure.

Le 20 septembre 1940
Le Journal officiel publie le décret suspendant jusqu'à la cessation des hostilités le conseil municipal d'Evreux.

Fin septembre 1940
Trois mois après l'armistice, le trafic ferroviaire reprend peu à peu et les voyageurs disposent d'un nouvel express quittant la gare Saint-Lazare à 16h40, passant par Evreux, et arrivant à Caen à 21h17.

Le 1er octobre 1940
Charles Cockempot, inspecteur d'académie, tué dans l'exercice de ses fonctions lors du bombardement allemand du 9 juin dernier, est cité à l'ordre de la Nation.

Le 10 octobre 1940
Les autorités allemandes d’occupation font part de menaces à l’égard de la population ébroïcienne en raison de plusieurs sabotages sur des câbles électriques et télégraphiques.

Le 25 octobre 1940
Sur les 517 ouvrages d’art du réseau ferroviaire français détruits par la guerre, 191 ont été provisoirement reconstruits et seul 24 le sont définitivement, dont celui d’Evreux.

En novembre 1940
La prison d'Evreux regorge de gens détenus pour des faits de vols et pillages commis pendant l'exode des populations civiles.

Le 4 novembre 1940
Mort en captivité à Golbey dans les Vosges d'Armand René Roger, canonnier au 402e régiment d'artillerie de défense contre aéronefs et natif d'Evreux.

Le 7 novembre 1940
Médecin légiste à Evreux, le docteur Bettinger se rend dans le bois de la Harelle, situé à la limite de la Seine-et-Oise, où le cadavre d'une femme a été découvert. Morte depuis plusieurs mois, l'inconnue porte un chandail, une courte chemise américaine et une combinaison.

Le 15 novembre 1940
Naissance à Evreux d'Alain Billouin, journaliste sportif et écrivain.

Le 19 novembre 1940
Sous le prétexte que le maire Georges Chauvin aurait dissimulé du matériel qui aurait pu intéresser les Allemands, le conseil municipal est suspendu par les autorités de Vichy. La délégation spéciale, présidée par le pharmacien Raymond Thierry, est mise en place et ce dernier se voit attribuer la charge de maire.

Le 28 novembre 1940
Secrétaire d'Etat aux communications, Jean Berthelot constate les dégâts du bombardement de juin dernier à Evreux où les opérations de déblaiement sont toujours en cours.
voir partie icono >

En décembre 1940
Dans La Revue des deux Mondes, le duc de Lévis-Mirepoix évoque la tragédie humaine du bombardement allemand de la ville d'Evreux :
Dans les premières secondes d'un réveil foudroyant, il eut la sensation d'un tremblement de terre. Avec un bruit sourd, un mouvement convulsif secouait la maison. (...) Au second bâtiment, le sang avait coulé. Deux hommes exsangues, les membres disloqués, gisaient sans vie sur les pentes d'un des profonds entonnoirs que les bombes avaient creusés ça et là. Des chevaux agonisaient dans leurs stalles, les membres broyés, les entrailles ouvertes.

Le 10 décembre 1940
La photographie d'un bébé de deux mois, probablement venu de Beauvais via Rouen et trouvé en gare d'Evreux au mois de mai, fait la une du quotidien Paris-Soir pour permettre son identification. Il retrouvera sa mère en septembre 1941.

Le 11 décembre 1940
Depuis ses bureaux de Vichy, le ministre de la Justice Raphaël Alibert révoque de ses fonctions Henri Saint-Jean, surveillant de troisième classe à la maison d'arrêt et de correction d'Evreux.

Le 27 décembre 1940
Le président du tribunal civil d’Evreux dessaisit le receveur de l’enregistrement de ses fonctions de séquestre chargé de la liquidation des biens des loges maçonniques d’Evreux et de Pacy-sur-Eure, et en confie la gestion à l’administration des domaines.

Le 30 décembre 1940
Depuis ses bureaux de Vichy, le ministre de la Justice Raphaël Alibert nomme le docteur Bettinger membre du tribunal départemental des pensions d’Evreux pour l’année 1941.

< avant après>