L'Histoire d'Évreux

1939

L'Histoire d'Évreux où l'on verra, entre autres, que la ville compte précisément 782 abonnés au service téléphonique.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1939


En 1939
Une sirène remplace le tocsin à la tour de l'Horloge.

La même année
La ville d'Évreux compte 782 abonnés au service téléphonique.

La même année
L'Association amicale du collège libre Saint-François de Sales d'Évreux et celle de Notre-Dame de Bon Secours de Jersey font paraître le soixante-sixième et dernier numéro de Chez nous à Saint-François, supplément de leur bulletin trimestriel créé en 1887.

La même année
La section des jeunes de la branche ébroïcienne de l'Union nationale des combattants tient une permanence tous les dimanches à dix heures dans ses locaux situés 2 rue Saint-Pierre.

La même année
Inauguration du nouveau bâtiment des Archives départementales de l'Eure, construit sur le site de l'ancienne prison d'Évreux.

Le 3 janvier 1939
Le criminel germano-polonais Kursawinski est transféré de la prison d'Évreux à Paris pour y passer des examens psychiatriques.

Le 4 janvier 1939
L'évêque d'Évreux donne l'absoute à Étienne Michon, membre de l'Institut, conservateur honoraire au musée du Louvre, ancien professeur de l'Ecole du Louvre et officier de la Légion d'honneur.

Le 7 janvier 1939
Un car affrêté par les Jeunes filles de France part d'Ivry en banlieue parisienne pour rendre visite aux jeunes malades du sanatorium d'Évreux.

Mi-janvier 1939
Relayée par la presse de gauche, la vigoureuse protestation des malades du sanatorium d'Évreux contre la mauvaise alimentation et les mesures disciplinaires remontent à la préfecture de l'Eure et au ministère de la Santé publique.

Le 19 janvier 1939
Citoyen polonais, Ludkak Kuypta est mortellement blessé sur la route d'Évreux dans la collision de son vélo avec l'automobile d'un industriel rouennais.

Le 21 janvier 1939
La société des Amis des cathédrales propose une causerie sur Guillaume Costeley et le Puy de musique d'Évreux après son assemblée générale se tenant 5 rue Las-Cases dans le 7e arrondissement de Paris.

Le 22 janvier 1939
Le champion Roger Rochard remporte le cross d'Évreux disputé sur une distance de dix kilomètres.

Le 25 janvier 1939
Le bail de la caserne de gendarmerie d'Évreux passé entre le département de l'Eure et l'État arrivant à expiration le 1er janvier 1940, le ministre de la Défense nationale et de la Guerre Edouard Daladier propose que son renouvellement soit traité par le conseil général de l'Eure.
Photo

Le ministre Édouard Daladier photographié par l'Agence Meurisse
© BNF, département Estampes et photographie, EI-13(2859)
Domaine public

25 janvier 1939



Le 29 janvier 1939
De passage à Évreux, quatre adolescents de Sartrouville dérobent la voiture d’un certain M. Poriol, représentant de commerce, puis sont arrêtés le lendemain près de Mantes.

Le 4 février 1939
Deux trains transportant respectivement 1 117 et 460 réfugiés espagnols arrivent en gare d'Évreux en pleine nuit. Deux enfants malades du premier convoi sont transportés à l'hôpital.

Le 7 février 1939
Planqués depuis le mois d'octobre de l'année précédente, les assassins du curé de Muzy sont arrêtés près de la ville d'Évreux.

Le 8 février 1939
Devant un auditoire réclamant la mort, la cour d'assises d'Évreux condamne Hippolyte Legout, Paul Martin et Paul Coupigny aux travaux forcés à perpétuité pour le meurtre du curé de Muzy.

Le 10 février 1939
Obsèques à Évreux de Joseph Laurent, ancien dépositaire central du quotidien Le Petit Parisien dans cette même ville.

Le même jour
Deux brevets de pilote ont été obtenus en une semaine, sur l'aérodrome d'Évreux-Fauville, par des élèves de l'Aéro-Club de l'Eure.

Le 12 février 1939
Pilote du monoplan qui s'est écrasé près de Verneuil-sur-Avre, l'aspirant Daniel Neumann est soigné sur place par le médecin ébroïcien Duchesne puis transporté à l'hôpital d'Évreux.

Vers le 25 février 1939
Président du tribunal de première instance de Fontainebleau, M. Barrau est nommé à Évreux.

Le 27 février 1939
Une partie d'un convoi de grands blessés espagnols est dirigée vers l'hôpital d'Évreux.

Le 2 mars 1939
Le conseil général de l'Eure est autorisé par décret à souscrire un emprunt de 1 400 000 francs destiné à l'hôpital psychiatrique d'Évreux.

Le 10 mars 1939
L'inspecteur d'académie souhaite l'organisation d'une semaine laïque annuelle par les associations des anciens et anciennes élèves des deux écoles normales d'Évreux et qui comporteraient une exposition à l'hôtel de ville des travaux scolaires, plusieurs conférences au théâtre municipal et une fête de plein air sur le pré du Bel-Ebat.

Le même jour
L'association Auberge de jeunesse d’Évreux est fondée à l’hôtel de ville.

Le 16 mars 1939
Une camionnette de la Sécurité routière propose jusqu'au lendemain des consultations gratuites à Évreux, avant de se rendre à Vernon.

Le 17 mars 1939
Dans la rubrique des mots croisés du quotidien Ce Soir, Pierre Dutray propose en 6 vertical et en quatre lettres : « Arrose Évreux », définition déjà apparue dans Le Figaro du 25 mars 1938.

Le 24 mars 1939
Inauguré une dizaine de jours auparavant à la gare Saint-Lazare, voie n°26, par le ministre de l'Intérieur Albert Sarraut, un train consacré au tourisme et à l'économie de l'Afrique du Nord fait une étape de deux jours à Évreux, et propose aux curieux six wagons faisant véritablement office de lieux d'exposition.
Photo

Le ministre Albert Sarraut photographié par l'Agence Mondial
© BNF-Gallica, département Estampes et photographie, EI-13(2960)
Domaine public


Vers avril 1939
Représentant la section d'Évreux de l'Union nationale des combattants, Mademoiselle Delautier est une des quatre demoiselles d'honneur lors de l'élection de Catherine Rocchini au titre de Madelon de France 1939.
Photo

Catherine Rocchini et les demoiselles d'honneur dans La Voix du combattant daté du 8.4.1939
© BNF-Gallica, Département Droit, économie, politique, JO-35522
Domaine public


Le 2 avril 1939
Le quart de finale du championnat de France scolaire et universitaire de basket-ball opposant le lycée parisien Janson de Sailly à celui de Chambéry se déroule à Évreux.

Le même jour
La course cycliste Paris-Caen passe par la ville d'Évreux qui voit Marcel Archambaud emmener le peloton.

Le 6 avril 1939
Natif d’Évreux, l’escroc multirécidiviste René Georges Damoiseau est arrêté avec sa jeune maîtresse Éliane (ou Rose) Guillerdier dans un hôtel de la rue de l’Arcade à Paris pour avoir soutiré des garanties de plus de 200 000 francs lorsqu'il dirigeait une entreprise de construction au 25 rue Truffaut.

Le 7 avril 1939
M. Guerre est nommé président du tribunal d'Évreux.

Le 10 avril 1939
Sur une bicyclette Lutetia munie de boyaux Hutchinson et d'un dérailleur de marque Le Simplex, Robert Dorgebray remporte la trentième course cycliste Paris-Évreux devant Lionel Tallé et Chazaud.
Photo

"Robert Dorgebray, franchit seul la ligne d'arrivée de Paris-Évreux, après une belle fin de course", dans le Miroir des sports daté du 12.4.1939
© BNF-Gallica
Domaine public


Le 11 avril 1939
Fauché par une automobile alors qu'il était à bicyclette, le jeune Michel Boulard, domicilié à Colombes, succombe à ses blessures à l'hôpital d'Évreux.

Vers le 12 avril 1939
Un jeune homme originaire de Colombes est percuté par une automobile puis meurt à l'hôpital d'Évreux.

Le 13 avril 1939
Trois individus véhiculés ayant dérobé plusieurs bouteilles de vin et d'alcool au café de M. Bazin, à Pacy-sur-Eure, sont arrêtés par la gendarmerie qui, croyant avoir affaire aux « pirates de la route » activement recherchés, sont conduits à Évreux où le juge d'instruction signe finalement un mandat d'arrêt pour vol et défaut de carte grise.

Le 18 avril 1939
Une collision sur l'avenue du Maréchal-Foch entre l'automobile d'un certain Octave Louis et l'autocar Évreux-Quittebeuf fait plusieurs blessés dont deux graves.

Le 19 mai 1939
La section ébroïcienne du syndicat des personnels du Trésor public proteste contre la sanction, jugée politique, prise à l'encontre de Pierre Grente, chef de service à la trésorerie générale de l'Eure et militant syndical.

Le 19 mai 1939
Sur requête de l'administration des domaines, le tribunal de première instance d'Évreux fait paraître une publication légale concernant plusieurs successions liées au quartier de Navarre à Évreux : celle de Marcel Naudier, garçon de magasin domicilié à Paris et mort le 9 août 1927 route de Conches ; celle d'Alphonse-Marie Nicolas, domicilié à Paris et mort le 2 avril 1932 route de Conches ; celle d'Auguste Désiré Lécuyer, journalier domicilié à Mouettes dans l'Eure et mort le 13 mai 1936 au numéro 44 de la route de Conches ; celle d'Artémise Armeline Delamarre, journalière domiciliée à Bernay dans l'Eure et morte le 6 avril 1932 route de Conches ; celle de René Joseph Alphonse Blanfunay, imprimeur domicilié à Louviers dans l'Eure et mort le 12 avril 1937 au numéro 62 de la route de Conches ; et celle de Lucien Édouard Clément Fontaine, voiturier domicilié dans le quartier de la Poterie et mort le 2 novembre 1935 au numéro 44 de la route de Conches. Par ailleurs, il est également question de la succession de Pierre Marie Texier, retraité des chemins de fer domicilié au numéro 9 de la route d'Orléans dans le quartier des Bas-Fayaux, et mort le 8 mars 1935.

Le 21 mai 1939
Commandées par le général Glerck, des troupes de la garnison d'Évreux et de Rouen défilent dans cette dernière ville, juste après un discours prononcé par l'ambassadeur américain William Bullitt, lors du cinq cent huitième anniversaire du martyr de Jeanne d'Arc.

Le 2 juin 1939
La commission des pétitions du Sénat examine la requête d'une certaine Mme Antier, domiciliée à Évreux.

Le 3 juin 1939
Domicilié 29 rue Victor-Hugo à Évreux, M. Lécuyer met en vente une propriété de vacances avec jardin pour un prix à débattre de 38 000 francs.
Photo

L'actuel numéro 29 de la rue Victor-Hugo
© Google Street View
Voir Mentions légales


Le 11 juin 1939
Les commerçants d'Évreux offrent la somme de 135 francs destinée à la remise des prix de la course cycliste Rouen-Paris qui passe par la ville.

Le même jour
Mauran remporte la course cycliste organisée par le J.S. Chatou et dont l'arrivée se trouve à la côte de Cambolle à Évreux.

Fin juin 1939
Tous deux du 7e régiment de chasseurs d'Évreux, les lieutenants Poirier et Régnaud comptent parmi les douze officiers français qui battent pas moins de 66 records du monde en parcourant, sur l'autodrome de Montlhéry et ce, pendant 19 jours sans interruption, la distance de 50 000 kilomètres à motocyclette.

Le 1er juillet 1939
Fermée sur décision du ministère des Travaux publics et des Transports, la ligne de chemin de fer Évreux-Dreux est remplacée par un service routier de la Société des autobus de Normandie, établissement rouennais.

Le même jour
Fermée sur décision du ministère des Travaux publics et des Transports, la ligne de chemin de fer Évreux-Verneuil est remplacée par un service routier de l'entreprise de M., établie à Verneuil.

Le 5 juillet 1939
Domiciliés 19 rue Saint-Thomas à Évreux, le conducteur de camion Raymond Roulleau et sa maîtresse Madeleine Lebigot sont condamnés à dix ans de travaux forcés par la cour d'assises pour maltraitance et infanticide.

Le 7 juillet 1939
La chambre de commerce d'Évreux souhaite intégrer M. Sahut, directeur de l'usine à gaz de la ville, à la nouvelle commission du travail.

Le 10 juillet 1939
Le passage de la première étape entre la capitale et Caen du Tour de France 1939 est prévu à Évreux pour 12h13.
Photo

La descente de la rue de Paris à Évreux pendant l'étape Paris-Caen du Tour de France 1939, dans l'hebdomadaire Le Miroir des Sports daté du 13.7.1939
© BNF-Gallica / Institut National du Sport de l'Expertise et de la Performance, 2013-54014
Domaine public


Le 13 juillet 1939
Le Club sportif féminin d’Évreux est fondé au 40 bis rue du Puits-Carré.

Le 16 juillet 1939
Natif d'Italie et cordonnier au 65 rue Joséphine, René Brangi, son épouse et leurs cinq enfants meurent noyés dans un accident de voiture à Villers-sur-le-Roule.

Le 17 juillet 1939
Trois brevets de pilote ont été obtenus en une semaine, sur l'aérodrome d'Évreux-Fauville, par des élèves de l'Aéro-Club de l'Eure.

Le 24 juillet 1939
Conseiller général du Loiret, Jules Morin succombe des suites de ses blessures lors de son transfert à l'hôpital d'Évreux, après que son véhicule a violemment percuté un arbre.

Le 2 août 1939
Le procureur de la République d'Évreux Marquiset, le juge d'instruction Grivel et le capitaine de gendarmerie Maréchal sont appelés sur une scène de crime à Conches.

Le 5 août 1939
Lors de la remise des prix au lycée d'Évreux, l'inspecteur d'académie Cockempot adresse quelques mots aux jeunes bacheliers :
« Souvenez-vous que le baccalauréat n'est pas un examen de connaissances, qu'il ne permet pas non plus de déceler des aptitudes particulières pour une fonction ou pour une profession ; il signifie seulement que vous êtes aptes à apprendre, à comprendre et à réussir, quelle que soit la voie que vous choisissez (...) »

Le 8 août 1939
Les obsèques de Charles Lefrançois, capitaine de frégate et officier de la Légion d'honneur, ont lieu en l'église Saint-Taurin.

Le même jour
Mort à Heudreville-sur-Eure d'Armand Albert-Petit, journaliste, membre de l'Académie des sciences morales et politiques, et ancien élève du lycée d'Évreux pour lequel il avait apporté deux premiers prix d'histoire et de discours latin au concours général.

Le 9 août 1939
Médecin chef de service à l’hôpital psychiatrique d’Évreux, le docteur Got est promu de la quatrième à la troisème classe du cadre.

Le 10 août 1939
Délégué au lycée d'Évreux, M. Vidalenc est reçu à l'agrégation d'histoire et de géographie.

Le 18 août 1939
Chef pilote de l’Aéro-Club de l’Eure, Paul Lemée réalise le vol d'essai du monoplace Leroy-Luquet, avion à aile surbaissée pouvant atteindre les 130 kilomètres à l'heure. Construit par deux amateurs ébroïciens confirmés, G. Leroy et M. Luquet, l’engin bénéficie de la puissance d’un moteur ABC de 34 chevaux surnommé « Scorpion », consomme neuf litres de carburant à l’heure, et possède un rayon d’action de 450 kilomètres.
Photo

Le monoplace Leroy-Luquet dans le périodique Les Ailes daté du 24.8.1939
© BNF-Gallica
Domaine public


Le 19 août 1939
Perdant de la vitesse au moment d'atterrir sur l'aérodrome d'Évreux-Fauville, le jeune Le Parée se blesse très grièvement dans le crash de son avion alors qu'il passait son brevet de pilote.

Le 23 août 1939
Parti d'Évreux pour rejoindre la gare de Glos-Montfort, un train tamponne une camionnette sur un passage à niveau non surveillé et tue ses trois occupants.

Le 27 août 1939
Les autorités militaires forment le deuxième groupe de reconnaissance de corps d'armée à Évreux.

Le 1er septembre 1939
Le préfet de l'Eure suspend les exécutions capitales.

En septembre 1939
Les Éditions Doin préparent un second siège social au 26 rue du Puits-Carré à Évreux ,mais le projet ne verra jamais le jour à cause des bombardements qui frapperont durement la ville en juin 1940.

Le même mois
L'ambassadeur du Venezuela en France informe ses citoyens de province qui seraient en grave situation financière qu'ils peuvent contacter les consulats de Bordeaux, Boulogne-sur-Mer, Évreux, Marseille et Saint-Nazaire pour obtenir de l'aide dans l'obtention de billets maritimes à destination de leur pays.

Le même mois
La mobilisation conduit la ville d'Évreux à transformer le lycée de garçons en hôpital militaire. Les classes du premier cycle sont dirigées vers des locaux du palais de Justice et de l'école de musique tandis que celles du deuxième cycle et l'internat sont hébergés par l'école normale d'institutrices.

Le 2 septembre 1939
Le plan du ministère de l'Intérieur prévoit jusqu'au 10 du mois le transfert de 35 000 habitants parisiens du 1er arrondissement depuis la gare Saint-Lazare vers celle d'Évreux au moyen de 37 trains d'une capacité de 950 voyageurs chacun. Pour faire face à cet afflux de réfugiés, la municipalité d'Évreux met en place une cantine à la gare et transforme l'école Modeste-Leroy et celle de la rue Isambard en centres d'hébergement provisoire pour les réfugiés qui ne seraient pas redirigés vers d'autres communes.

Le 3 septembre 1939
Dissolution du 7e régiment de chasseurs qui est démembré sous forme de groupes de reconnaissance pour la mobilisation.

Le 9 septembre 1939
Mort pour la France à Évreux de Roger Jean Léon Laurent, soldat au 329e régiment d'artillerie et natif de la ville.

Le 17 septembre 1939
Le Journal officiel publie une liste de candidats du bureau de recrutement d’Évreux ayant obtenu, au titre de l’infanterie et des chars de combat, le brevet de préparation militaire supérieure, et qui sont susceptibles d’être admis à un peloton d’officiers de réserve : André Brossier, Maurice Curé, Marcel Leforestier, Raoul Moreau, Jean Noblet, Lucien Chopin, Robert Lérault et René Falempin ; les trois derniers cités étant de l’école normale d’instituteurs de la rue Saint-Germain.

Le même jour
Le Journal officiel publie une liste de candidats ayant obtenu le brevet de préparation militaire supérieure au titre de l’infanterie et des chars de combat, parmi lesquels figurent René Derrien et Pierre Landrin, élèves à l’école normale d’instituteurs de la rue Saint-Germain à Évreux.

Le même jour
Élèves de l’école normale d’instituteurs de la rue Saint-Germain, Jean Bréchon et Marcel Sédille apparaissent dans le Journal officiel qui publie une liste de candidats ayant obtenu le brevet de préparation militaire supérieure, et qui sont susceptibles d’être admis dans un peloton d’instruction d’élèves officiers de réserve du train.

Le 18 septembre 1939
Mort à Évreux d'Albert Hébert, prélat et secrétaire général de l'évêché d'Évreux.

Le 30 septembre 1939
Mort pour la France à Wehingen en Allemagne d'Yves Louis Marie Le Restif, sous-lieutenant au 112e bataillon de l'Eure et domicilié à Évreux.

Le même jour
Le bail du logement de fonction du secrétaire général de la préfecture, situé 46 rue Joséphine et propriété de M. et Mme Beauvais, arrive à son terme.

Le 10 octobre 1939
L’Association cultuelle de l’église évangélique d’Évreux est fondée au 17 rue Jean-Jaurès. Elle a pour sobre vocation la célébration du culte.

Le 16 octobre 1939
Dirigée par Mademoiselle Boiteau, l'école ménagère agricole ambulante ouvre une session de trois mois à l'École normale d'institutrices d'Évreux.

Le 28 octobre 1939
Mariage en la cathédrale Notre-Dame d'Évreux de Paul d'Arundel de Condé, sous-préfet détaché à la présidence du Conseil des ministres, et Andrée Hubert-Fillay, attachée à la présidence du Conseil des ministres.

Le 30 octobre 1939
Après l’étude d’un grand nombre de rapports, le Conseil d’Etat autorise la ville d’Évreux à souscraire un emprunt d’un montant de 670 000 francs qui sera destiné au paiement d’une subvention à la Société nationale des chemins de fer français permettant la réalisation d’un passage souterrain en gare d’Évreux-Embranchement.

Le 2 novembre 1939
Mort en service à Évreux d'Émile Maurice Edmond Rougeaux, soldat au 260e régiment d'infanterie.

Le 6 novembre 1939
Le conseil général de l'Eure revient sur l'épineuse question des réfugiés selon le plan qui avait été élaboré par le ministère de l'Intérieur pour les premiers jours de la mobilisation. Ledit plan prévoyait en effet le transfert de 35 000 habitants parisiens du 1er arrondissement depuis la gare Saint-Lazare vers celle d'Évreux au moyen de 37 trains d'une capacité de 950 voyageurs chacun.

Le 7 novembre 1939
Le maire d'Évreux Georges Chauvin constate que de très nombreux véhicules militaires, de marque britannique, traversent la ville.

Le 11 novembre 1939
Mort pour la France à Évreux de Louis Gustave Ernest Bonneau, caporal au 110e bataillon de l'air.

Le 22 novembre 1939
Mort à Évreux de la veuve de Jean Mallard de La Varende Agis de Saint-Denis, romancier, critique littéraire, artiste peintre, chevalier du Mérite maritime et membre de l'Académie Goncourt.

Le 25 novembre 1939
Le Groupement des commerçants de la circonscription de la chambre de commerce d’Évreux en vue de la mobilisation est fondé au sein de la chambre de commerce de la rue du Docteur-Oursel. Il a pour vocation de faciliter le ravitaillement du commerce.

Le 27 novembre 1939
Le Rotary Club d’Évreux est fondé à l’hostellerie du Grand-Cerf et se donne pour vocation d’encourager et cultiver entre ses membres l’idéal de servir son club, son pays et la paix dans le monde.

Le 1er décembre 1939
Mort pour la France à Valaille dans l'Eure de Bernard Marie Joseph René Joybert, caporal à l'École de pilotage d'Évreux.

Le 4 décembre 1939
Naissance à Évreux de Bertrand Jordan, biologiste moléculaire.
Photo

Bertrand Jordan
© Brjordan / Wikimedia Commons
Domaine public

< avant après>