L'Histoire d'Évreux

1817

L'Histoire d'Evreux depuis la taxation à 2 livres 7 sous le pain de huit livres jusqu'au départ pour Soissons du régiment de cuirassiers de la Reine.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1817


En 1817
Conséquence des pluies continuelles de l'année précédente, les récoltes sont catastrophiques et les Ebroïciens peinent à se nourrir.

La même année
Naissance au domicile de ses parents situés rue Saint-Amand à Evreux de Modeste Anquetin, horloger, écrivain, et auteur dans la revue La Nature.

Le 5 janvier 1817
Le pain de huit livres est taxé à 2 livres 7 sous.

Le 7 janvier 1817
Le pain de huit livres est taxé à 2 livres 11 sous.

Le 18 janvier 1817
Agitation importante dans la halle concernant les transactions sur le blé ou les pommes de terre.

Le 19 janvier 1817
Le pain de huit livres est taxé à 50 sous les 8 livres. Aux pauvres, il est décidé de donner 5 livres par personne tous les 8 jours au lieu des 6 livres par personne tous les 15 jours.

Le 21 janvier 1817
Toutes les boutiques restent fermées pour la commémoration de la mort de Louis XVI.

Le 25 janvier 1817
Des cuirassiers et un détachement de la garde nationale à cheval sont réquisitionnés pour l'arrivée du ravitaillement en grains.

Le 26 janvier 1817
Le pain de huit livres est taxé à 48 sous.

Le 28 janvier 1817
Mort à Evreux de François Cyprien Antoine Lieudé de Sepmanville, vice-amiral, membre de l'Institut national des sciences et des arts de Paris, et ancien maire de la ville.

Le 30 janvier 1817
Les funérailles de François Cyprien Antoine Lieudé de Sepmanville, vice-amiral et ancien maire de la ville, se déroulent en présence de nombreux officiels, de la garde nationale et d'un détachement de la compagnie départementale.

Le 31 janvier 1817
Un bataillon de la légion de l'Isère et plusieurs hussards du 5e régiment s'installent pour quelques jours à Evreux.

Le même jour
Le maire d'Evreux ouvre un registre pour que les citoyens, souhaitant venir en aide aux plus démunis, y inscrivent le montant qu'ils sont prêts à donner.

Le 2 février 1817
Il est distribué six livres de pommes de terre et deux livres de pain à chaque pauvre de l'hospice.

Le 4 février 1817
Arrivées le 31 janvier, plusieurs compagnies de la légion de l'Isère quittent Evreux.

Le 28 février 1817
Le tribunal criminel d'Evreux condamne en appel à un an d'emprisonnement Marie-Adélaïde Trognon pour avoir abandonné son nouveau-né, l'année précédente, dans un lieu public et non adapté des Andelys.

Le 2 mars 1817
Le pain de huit livres est taxé à 50 sous.

Le 6 mars 1817
Un nouveau bataillon de la 61e légion départementale de l'Isère quitte Paris dans la matinée pour tenir provisoirement garnison à Evreux.

Le 9 mars 1817
Le pain de huit livres est taxé à 46 sous.

Fin mars ou début avril 1817
Michel-Augustin de Goyon succède à Marie-Jean Goujon de Gasville à la préfecture de l'Eure.

Début avril 1817
Le pain de huit livres est taxé à 42 sous.

Le 6 avril 1817
Le pain de huit livres est taxé à 46 sous.

Le 12 avril 1817
La Cour de cassation annule un récent jugement du tribunal criminel d'Evreux qui avait condamné en appel à un an d'emprisonnement Marie-Adélaïde Trognon pour avoir abandonné son nouveau-né, l'année précédente, dans un lieu public et non adapté des Andelys.

Le 27 avril 1817
Le pain de huit livres est taxé à 50 sous.

Le 4 mai 1817
Le pain de huit livres passant à 56 sous, de nombreux Ebroïciens expriment leur mécontentement à l'égard du roi et du gouvernement. Quelques scènes de violence ont ainsi lieu aux halles.

Le 9 mai 1817
Mort en son domicile de la rue de l'Evêché à Evreux du marchand et propriétaire Pierre Désormeaux.

Le 11 mai 1817
Le pain de huit livres passant à 58 sous, de nombreux Ebroïciens continuent d'exprimer leur mécontentement à l'égard du roi et du gouvernement.

Le 18 mai 1817
Le pain de huit livres est taxé à 3 livres et 1 sou.

Le 25 mai 1817
Le pain de huit livres est taxé à 3 livres et 2 sous alors que le prix du blé ne semble pas avoir augmenté.

Le 1er juin 1817
Le pain de huit livres étant taxé à 3 livres et 10 sous, de nombreux ouvriers en difficulté se rendent dans les campagnes afin de s'approvisionner directement mais illégalement chez les laboureurs.

Le même jour
Naissance à Evreux d'Ange Félix Ferri, capitaine au 29e régiment d'infanterie de ligne et chevalier de la Légion d'honneur.

Le 6 juin 1817
Maréchal de camp et membre de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure, le comte Charles de Polignac fait transporter à Evreux un troupeau de près de 120 béliers de race mérinos pour une mise en vente, le lendemain, au marché de la ville.

Le 7 juin 1817
Maréchal de camp et membre de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure, le comte Charles de Polignac met en vente un troupeau de près de 120 béliers de race mérinos au marché d'Evreux.

Le 8 juin 1817
Le pain de huit livres est taxé à 3 livres et 16 sous, ce qui n'était jamais arrivé.

Le même jour
Aucune salve de coups de canon n'est tirée à la procession de la Fête-Dieu.

Le 9 juin 1817
Arrivées en remplacement de la légion de l'Isère, plusieurs compagnies de la légion de Vendée quittent Evreux et parcourent la campagne afin d'empêcher les Ebroïciens de s'approvisionner directement chez les laboureurs.

Le 10 juin 1817
Le préfet de l'Eure Michel-Augustin de Goyon proclame l'interdiction de s'approvisionner directement chez les laboureurs.

Le 15 juin 1817
Le pain de huit livres est taxé à 3 livres et 7 sous.

Le même jour
La « soupe économique » est distribuée aux indigents de la ville qui se sont inscrits au bureau de la mendicité.

Le 21 juin 1817
La distribution de cartes de pain aux pauvres inscrits au bureau de la mendicité est annoncée aux prônes des messes paroissiales.

Le 25 juin 1817
Les cartes de pain aux pauvres inscrits au bureau de la mendicité sont distribuées.

Le 26 juin 1817
Pour faire face à la pénurie alimentaire et à une augmentation constante de la pauvreté, le roi Louis XVIII accorde la somme de 30.000 francs au département de l'Eure et à son chef-lieu.

Le 28 juin 1817
Depuis plusieurs jours, ce sont 400 soupes gratuites et près de 1.600 livres de pain à tarif réduit que l'administration municipale ébroïcienne délivre quotidiennement aux plus démunis et à la classe ouvrière. Les villes de Verneuil, Vernon et Pont-Audemer ne tarderont pas à suivre l'exemple.

Le 29 juin 1817
Le prix du pain de huit livres baisse de 15 sous.

Le 30 juin 1817
De nouvelles cartes de pain aux pauvres inscrits au bureau de la mendicité sont distribuées.

Le 1er juillet 1817
Le prix du sac de grain est en hausse de 15 livres.

Le 6 juillet 1817
Le prix du pain renchérit de 17 sous à cause de la hausse de la veille sur le blé.

Le 7 juillet 1817
Un lot moins important de nouvelles cartes de pain aux pauvres inscrits au bureau de la mendicité est distribué.

Le 8 juillet 1817
Une baisse notable de 20 à 25 livres du prix du sac de blé est constatée à la halle.

Le 12 juillet 1817
Naissance au domicile de ses parents situé rue de l'Echiquier à Evreux d'Alphonse Théodore Lecointe, général de division, gouverneur militaire de Paris, engagé dans la deuxième guerre d'indépendance italienne, engagé dans la Guerre franco-allemande de 1870, homme politique et grand-officier de la Légion d'honneur.
voir partie icono >

Le même jour
Le prix du sac de blé baisse d'environ 4 livres.

Le 13 juillet 1817
Baisse du prix du pain de huit livres qui est taxé à 46 sous.

Le 15 juillet 1817
La naissance d'une princesse de sang royal est annoncée par une salve de dix coups de canon tirée au matin et, le soir, des rejouissances ont lieu à la préfecture et à la mairie.

Le même jour
Le prix du sac de blé repart à la hausse.

Le 20 juillet 1817
La municipalité supprime la « soupe économique » destinée aux plus démunis de la ville.

Le 27 juillet 1817
Bien que de mauvaise qualité, le prix du pain de huit livres renchérit de 2 sous.

Le 3 août 1817
Le prix du pain de huit livres baisse de 5 sous.

Le 10 août 1817
Le prix du pain de huit livres renchérit de 2 sous.

Le 11 août 1817
Recluse depuis de très longues années dans sa chambre de l'ancienne abbaye de Saint-Sauveur, une nommée Mme Chambon quitte d'elle-même l'établissement, achète un cierge chez l'épicier puis rejoint ses coreligionnaires à la messe donnée en la cathédrale Notre-Dame.
voir partie icono >

Le 24 août 1817
La fête de Saint-Louis du lendemain est annoncée par le son des cloches et une salve de coups de canon.

Le même jour
Le prix du pain n'ayant pas augmenté malgré les prévisions, de nombreux Ebroïciens pensent que la municipalité a indemnisé par avance les boulangers pour éviter une hausse pendant la fête de Saint-Louis du lendemain.

Le 25 août 1817
La fête de Saint-Louis est annoncée à l'aube par le son des cloches et une salve de coups de canon. De nombreuses autorités civiles et militaires assistent à la messe du midi, dont le préfet, le maire, le conseil municipal, la légion de Vendée, et les cuirassiers de la garde nationale.

Vers le 28 août 1817
Arrivant à Bruxelles depuis la Russie où il était retenu en captivité, le militaire natif d'Evreux Vaugraud déclare que la ville de Moscou regorge encore d'anciens prisonniers de guerre français, retenus par les autorités locales pour leur aptitude dans le travail du cuir ou du textile.

Le 29 août 1817
Reconnu coupable d'avoir assassiné une servante amfrevillaise pour voler le propriétaire des lieux, Wilfrid Régnault est condamné à mort par la cour d'assises de l'Eure tenue à Evreux.

Le 31 août 1817
Le pain de huit livres est taxé à 41 sous, ce qui mécontente les boulangers.

Le 7 septembre 1817
Le pain de huit livres est taxé à 44 sous alors que les boulangers voulaient qu'il le soit à 46 sous.

Le 14 septembre 1817
Le prix du pain de huit livres baisse de 2 sous.

Mi-septembre 1817
Les Ebroïciens n'apprécient guère la nouvelle règlementation qui oblige, pour tous travaux sur la toiture ou la façade du domicile, de demander l'autorisation au préfet d'une part, et d'acheter d'autre part une feuille de papier au prix de 7 sous pour ladite demande.

Le 19 septembre 1817
Composé des citoyens payant au moins 300 francs d'impôts, le collège des électeurs du département de l'Eure est réparti au collège, à l'église Saint-Joseph, au tribunal civil et à l'hôtel de ville.

Le 20 septembre 1817
Réunis à Evreux depuis la veille, les électeurs du département de l'Eure se rendent aux urnes pour élire trois membres à la chambre des députés.

Le 21 septembre 1817
M. Dupont, ancien président du tribunal criminel de l'Eure, et M. Bignon, ancien employé de ministère, sont élus à la chambre des députés mais les électeurs ne parviennent pas à départager le troisième requis.

Le 22 septembre 1817
Réunis à Evreux depuis le 19 du mois, les électeurs procèdent à une nouveau vote et élisent Alexandre-Antoine du Meilet, maire de la ville, pour le troisième siège de député.

Le 5 octobre 1817
Le pain de huit livres est taxé à 40 sous.

Le 26 octobre 1817
Le pain de huit livres est taxé à 35 sous.

Le même jour
M. Marle, ancien cordelier, et sa mère sont les parrain et marraine de la nouvelle cloche des Ursulines.

Le 29 octobre 1817
Pour la première fois, les marchandes de lait sont contraintes de s'équiper de balances et de mesures normées.

Le 2 novembre 1817
Baisse du prix du pain de huit livres qui est taxé à 33 sous.

Le 9 novembre 1817
Hausse du pain de huit livres qui est taxé à 35 sous.

Le 12 novembre 1817
La direction des contributions indirectes d’Evreux signifie une contrainte à l’épicier ébroïcien Pellerin d’une somme de 62 francs et 39 centimes pour la vente au détail de quatre hectolitres et 33 litres de vin vendus au troisième trimestre de l’année 1817. Le commerçant avait toutefois déclaré le 31 décembre de l’année précédente qu’il cessait la vente de vin pour se restreindre à l’eau-de-vie. L’affaire sera dans un premier temps portée devant le tribunal d’Evreux puis ira jusqu'à la Cour de cassation en 1823.

Le 16 novembre 1817
Le pain de huit livres est taxé à 37 sous.

Le même jour
Au son des cloches, les enfants des cuirassiers d'Evreux et de ceux de la légion de Vendée font leur première communion en la cathédrale Notre-Dame.

Le 23 novembre 1817
Le pain de huit livres est taxé à 35 sous.

Le 30 novembre 1817
Le pain de huit livres est taxé à 38 sous.

Le 14 décembre 1817
Le pain de huit livres est taxé à 39 sous.

Le 15 décembre 1817
La chapelle Saint-Jean de la cathédrale Notre-Dame est démontée pour être installée dans l'église des Ursulines.

Le 16 décembre 1817
Installée en garnison à Evreux, la légion de Vendée quitte la ville et part pour Dieppe.

Le 26 décembre 1817
Installé en garnison à Evreux, le régiment de cuirassiers de la Reine quitte la ville et part pour Soissons.

< avant après>