L'Histoire d'Évreux

1873

L'Histoire d'Évreux où l'on verra, entre autres, que le train impérial du shah de Perse marque un arrêt de cinq minutes en gare d'Évreux.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1873


En 1873
Membre du conseil général de l'Eure, Ernest Poret de Blosseville est élu une deuxième fois président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure et succède à Joseph Jean Charles Jules Sers.
Photo

Bénigne-Ernest Poret dit marquis de Blosseville, par Witz & Cie à Rouen en 1883
© BNF-Gallica, Département Société de Géographie, SG Portrait-889
Domaine public


La même année
Le fromager le plus réputé d’Évreux et de la région est M. Dumoustier qui produit, en petites quantités et la plupart du temps sur commande, des fromages dans le style du célèbre camembert et qui sont fort appréciés de ses clients parisiens, nordistes et mêmes belges.

La même année
Le département de l'Eure dépose sa collection de pièces archéologiques au musée d'Évreux, installé provisoirement dans les murs de l'ancien couvent des Ursulines.

La même année
Deuxième tranche de travaux à l'école communale de la rue aux Bouchers avec la création d'un préau couvert et la clôture du terrain bordé par l'Iton.

Le 3 janvier 1873
Arrêté pour avoir involontairement provoqué une très grave collision à Marcilly-sur-Eure, un garde-barrière de Saint-André est arrêté par la gendarmerie puis transféré au palais de justice d'Évreux.

Le 9 janvier 1873
Ancien administrateur provisoire de la ville, Olivier Del'homme (ou Delhomme) ajoute un codicille à son testament olographe qui fera de la ville d'Évreux sa légatrice universelle.

Le 15 janvier 1873
Naissance à Évreux de Gaston Adolphe Duquenoy, architecte ingénieur, président du Comité des commerçants d'Houlgate, directeur de l'expansion, de l'exportation et d'agences à la Compagnie d'applications mécaniques, ingénieur directeur des Établissements Prunières et Compagnie à Buenos Aires, directeur des Établissements Guzzeti et Compagnie à Buenos Aires, secrétaire de la Bienfaisance française de l'hôpital français de Buenos Aires, membre du comité directeur de l'Alliance française en Argentine, conseiller au Commerce extérieur, et chevalier de la Légion d'honneur.

En février 1873
Le général de brigade Boyer est nommé commandant de la subdivision militaire de l'Eure à Évreux.

En mars 1873
La municipalité vote un budget de 200 000 francs pour l’établissement d’un régiment de cavalerie en garnison.

Le 30 mars 1873
Président du tribunal civil, Louis-Antoine d'Imbleval voit son mandat de membre du conseil d'administration du lycée d'Évreux renouvelé pour la seconde fois.

Le 19 avril 1873
Naissance à Évreux de Robert Rodolphe Ferdinand Goldschmidt, capitaine au 24e régiment d'infanterie, officier mécanicien, propriétaire du château de Trangis et chevalier de la Légion d'honneur.

Le 4 mai 1873
Ancien administrateur provisoire de la ville, Olivier Del'homme (ou Delhomme) ajoute un nouveau codicille à son testament olographe qui fera de la ville d'Évreux sa légatrice universelle.

Le 7 mai 1873
Le Courrier de l’Eure se fait l’écho de nombreuses rumeurs qui circulent en ville depuis le mois de janvier, et s’interroge sur les travaux projetés à la cathédrale Notre-Dame d’Évreux par un architecte diocésain, domicilié à Paris et non sur place, et dont les plans sont validés par le ministère des Cultes sans consultation du conseil général du département, du conseil municipal ou même du chapitre de ladite cathédrale.

Le 13 mai 1873
Naissance à Évreux d'Eugène Henri Hérissey, chimiste, pharmacien en chef à l'hôpital Broussais puis à l'hôpital Necker, professeur honoraire à la Faculté de pharmacie de Paris et commandeur de la Légion d'honneur.

Le 16 mai 1873
Reprenant un projet de décembre 1822, le conseil municipal vote l'ouverture d'une rue de dix mètres de large, reliant la place Dupont-de-l'Eure à la gare ferroviaire du centre ville.

Le 9 juin 1873
Mort à Évreux de Joseph Jacques Lemercier, tapissier et fondateur de la maison Lemercier.

Le 18 juin 1873
Naissance au domicile de ses parents situé 7 place du Grand-Carrefour à Évreux d'André Jean Marie Féray, médecin major de première classe des troupes coloniales en Afrique occidentale française et chevalier de la Légion d'honneur.

Le même jour
Assisté de ses vicaires généraux Deneuve et Hugonin, l’évêque d’Évreux célèbre la Messe des Morts devant des représentants de tous les corps d’armée au cours d’une cérémonie en l’honneur des victimes des combats de Château-Robert et Moulineaux, lors de la Guerre franco-allemande de 1870-1871. Des élèves du lycée d’Évreux, en armes, prennent par ailleurs place autour de la chapelle.

En juillet 1873
Jean-Louis Lépouzé est destitué de ses fonctions de maire d'Évreux pour avoir signé la protestation des 363 députés républicains à la suite de la dissolution de l'Assemblée nationale.

Le 5 juillet 1873
Une certain agitation se produit à la fonderie de Navarre suite à la décision de changer le mode de paiement des salaires à la prochaine quinzaine. Le calme ne revient que lorsque la direction fléchit et retourne au système habituel.

Le même jour
En provenance du port militaire de Cherbourg, le train impérial du shah de Perse marque un arrêt de cinq minutes en gare d'Évreux avant de rejoindre la capitale.

Le 13 juillet 1873
Le 41e congrès de l’Association normande qui se déroule à Damville voit la ville d’Évreux représentée par l'orchestre de la Musique municipale, association dirigée par M. Monvoisin, qui remporte une médaille de vermeil grand module dans la catégorie « Harmonie ». La fanfare de Navarre et celle de l’école professionnelle remportent respectivement une médaille d’argent et une médaille de bronze.

Le 8 août 1873
Les lignes d'Évreux au Neubourg par les plateaux, d'Évreux-Ville aux usines de Navarre, de Saint-Georges à Évreux, du Neubourg à Évreux et d'Évreux à Verneuil sont déclarées d'utilité publique.

Le 12 août 1873
Le député de l'Eure désigne MM. Deschamps, Godard et Boisard, conseillers municipaux, aux fonctions de maire d'Évreux et d'adjoints. Il s'agit d'écarter les républicains Jean-Louis Lepouzé, Charles Corbeau et Nicolas-François Huet.

Le 22 août 1873
Le duc de Broglie prononce un discours à Évreux dans lequel il fait allusion à la restauration monarchique.
Photo

Portrait d'Albert de Broglie sur un tirage de démonstration de l'atelier Nadar
© BNF-Gallica, Département Estampes et photographies, FT4-NA-237(7)
Domaine public


Le 1er septembre 1873
L'administration municipale fixe désormais la taxe sur le pain chaque premier et seize du mois.

Le même jour
Inspecteur d'académie à Gap, M. Tachet est nommé aux mêmes fonctions à Évreux, en remplacement de M. Eudes, mis en congé à sa demande.

Le 2 septembre 1873
Naissance au domicile de ses parents situé 16 rue de la Petite-Cité à Évreux d'Henri Léon Marie Guillou, chef de bataillon au service de la justice militaire du gouvernement militaire de Paris et chevalier de la Légion d'honneur.
Photo

En-tête de l'avoué Guillou
© Archives nationales, Leonore, 19800035.1310.51606
Voir mentions légales


Le 4 septembre 1873
Alors qu'il comparaît avec deux complices devant la cour d'assises de l'Eure à Évreux pour avoir tenté d'assassiner un surveillant de la prison de Gaillon, Alexandre-Louis Tocque entend un codétenu témoigner à la barre et citer une de ses conversations :
« Nous demanderons nos couteaux avant de partir pour Évreux ; il faudra bien qu'on nous les donne ; et soit sur la route, soit ailleurs, nous ferons voir à ces Normands-là qui nous sommes. »
Le 17 septembre 1873
Naissance au domicile de ses parents situé 30 boulevard Saint-Jean à Évreux de Paul Joseph Petit, docteur en médecine et chevalier de la Légion d'honneur.

Le 21 septembre 1873
Déjà impliqué dans une affaire de moeurs près de Compiègne, un M. B. tire au fusil sur un M. J. qui se rendait à Évreux.

Le 26 septembre 1873
Un décret préfectoral autorise la municipalité à accepter le legs Letellier selon les volontés datées du 1er septembre 1862 et 10 novembre 1871.

Le 23 octobre 1873
Récemment évadé de la prison de Bernay et auteur de nombreux vols dans la région dont l'un dans l'église de Saint-Sébastien-de-Morsent, un M. Langlois est capturé par la gendarmerie lorsqu'il tente de chercher sa femme et son enfant à leur domicile de la route de La Madeleine à Évreux.

Vers le 25 novembre 1873
Vêtues en religieuses et se disant ponctuellement hébergées par les soeurs de la Providence, deux personnes visiblement mal intentionnées se présentent à plusieurs maisons de la ville et font la quête au bénéfice d’une hypothétique oeuvre de charité pour les enfants défavorisés du Jura.

Le 8 décembre 1873
Manquant de se faire percuter par l'express de Paris, deux gendarmes de la brigade d'Évreux se lancent à la poursuite d'un détenu convoyé par un autre train mais qui avait échappé à leur vigilance et était parvenu à sauter en marche.

Le 22 décembre 1873
De passage à Paris, une Ébroïcienne nommée Louise Hermann est renversée par la voiture à bras d'une marchande de primeurs dans la rue du Pont-Neuf.

Le 31 décembre 1873
Depuis le premier jour de l'année, ce sont précisément 105 personnes qui ont été jugées par la cour d'assises de l'Eure siégeant à Évreux.

Le même jour
À ce jour, l'asile d'aliénés de Navarre compte 502 pensionnaires dont 271 femmes et 231 hommes.

< avant après>