L'Histoire d'Évreux

1857 - 1859

L'Histoire d'Évreux où l'on verra, entre autres, que le cortège ferroviaire de l'empereur Napoléon III fait une halte en gare d'Évreux.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1857


En 1857
Le préfet de l'Eure Eugène Janvier de La Motte est élu président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure et succède à Frédéric Lagrange.

La même année
Parution de Madame Chamblay, roman d'Alexandre Dumas dans lequel figure le personnage Alfred de Senonches, préfet à Évreux.

La même année
Quatre pierres constituant un ouvrage de l'époque mérovingienne sont mises au jour lors du déblaiement de la cour de l'évêché.
Photo

Pierres mérovingiennes reconstituées, dans le Tome 7 de la série 7 de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département de l'Eure
© BNF-Gallica / Société libre de l'Eure
Domaine public


Le 9 mars 1857
Propriétaire de l'usine aval de Navarre, M. Bouillant reçoit l'autorisation de combler l'ancien canal de flottage.

Vers le 25 mars 1857
Mort à Évreux de Jean-Gabriel Marette, maître verrier.

Le 4 mai 1857
Le grand concours régional d'animaux reproducteurs, de produits et d'instruments agricoles se déroule sur quatre jours au pré du Bel-Ebat.
Photo

Vache de race flamande du baron de Montigny primée au concours régional d'Évreux en 1857, dans le Journal d'agriculture pratique, de jardinage et d'économie domestique daté du 1.1.1860
© BNF-Gallica, département Sciences et techniques, S-4581
Domaine public


Le 5 mai 1857
Le maire d'Évreux Amédée Deschamps, le préfet de l'Eure Eugène Janvier de La Motte et plusieurs autres personnalités participent à une séance de travail à l'amphithéâtre du jardin des plantes dans le cadre du grand concours régional agricole se tenant au pré du Bel-Ebat.

Le 6 juin 1857
Juge d'instruction au tribunal d'Évreux, M. Duverger est nommé président du même tribunal en remplacement de M. Sauval, nommé conseiller.

Le 24 juin 1857
Ancien contrôleur des contributions directes d'Évreux, interné pour aliénation mentale, puis revenu dans sa famille rue Saint-Léger, M. A. est pris d'un accès de folie et frappe très violemment sa mère et la domestique à coups de couperet. Il s'enfuit par Gravigny vers Caër après s'être vu opposer la résistance de son père.

Le 25 juin 1857
Au lendemain de la très violente agression à coups de couperet sur sa mère et la domestique de la famille, un certain M. A. retourne tranquillement à son domicile où il est arrêté sans résistance.

Le 15 septembre 1857
Naissance à Évreux d'Henri Auguste Omont, conservateur à la Bibliothèque nationale, philologue, historien helléniste, membre de l'Institut de France, président du comité de l'école des Chartes, président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure, et commandeur de la légion d'honneur.

Le 6 octobre 1857
Mort à Évreux de la marchande de gibier Marguerite Hippolyte Letanneur.

Le 14 octobre 1857
La première pierre du lycée impérial d’Évreux, accepté par décret de Napoléon III en septembre 1854, est posée.

Le 3 novembre 1857
La ville d'Évreux est mentionnée dans Courrier du palais, feuilleton du quotidien national La Presse :
« Les aubergistes d'Évreux se frottent les mains et fourbissent leurs batteries, car ces braves gens n'entrevoient les procès qu'à la façon dont le cabaretier de Charlet entrevoit les duels : Plumez des canards ! »

Le 28 novembre 1857
Mort d'Alexandre Del'homme (ou Delhomme), juge au tribunal civil d'Évreux, membre du conseil général de l'Eure, membre de l'Association normande et de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département de l'Eure.

Le 30 novembre 1857
La ville d'Évreux est mentionnée dans Courrier du palais, feuilleton du quotidien national La Presse :
« Il nous quitte au moment où l'admiration publique lui avait donné rendez-vous aux assises d'Évreux. Qu'est-ce que le procès Jeufosse, maintenant ? »

Le 11 décembre 1857
Adoption du règlement du décret du 1er décembre 1852 créant une syndicat des riverains de l'Iton.

Le 20 décembre 1857
Le jury d'expropriation de l'arrondissement d'Évreux omet de prêter serment avant la signature d'un acte compromettant les biens de M. Briet. Cette erreur permettra à ce dernier de porter l'affaire jusqu'à la Cour de cassation.

Le 31 décembre 1857
Depuis le début de l'année, ce sont précisément 84 personnes qui ont été jugées par la cour d'assises de l'Eure siégeant à Évreux.

1858


En 1858
Le député de l'Eure Louis-Napoléon Suchet est élu une seconde fois président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure et succède à Eugène Janvier de La Motte.

La même année
Le maître verrier Jean-Gabriel Marette s'associe avec Louis-Gustave Duhamel, artiste passé par l'école des Beaux-Arts de Rouen et l'atelier Bemard.

La même année
Parmi les dessins sur papier vélin réalisés par François Adolphe Maugendre et commandés par la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest figure une vue d'Évreux depuis les hauteurs du côté sud de la ville d'alors 15.000 habitants environ.
Photo

Vue panoramique d'Évreux, dessin au graphite et aquarelle sur papier vélin par François Adolphe Maugendre en 1858, Joconde 07030004798
© Jean-Pierre Godais / Musée d'Art, Histoire et Archéologie d'Évreux
Voir mentions légales


En février 1858
Les habitants de la rue Grande et des rues avoisinantes demandent au conseil municipal de faire démolir les bâtiments de la halle aux grains.

Le 20 février 1858
En fonction à Évreux depuis 1854, Henri-Marie-Gaston Boisnormand de Bonnechose est nommé évêque de Rouen.

Le 25 février 1858
Jean-Sébastien Devoucoux, gallican, archéologue et historien, est nommé évêque d'Évreux.

Le 18 mars 1858
Jean-Sébastien Devoucoux, gallican, archéologue et historien, est sacré évêque d'Évreux.

Le 9 avril 1856
La Cour de cassation casse un jugement rendu en appel par la cour impériale de Rouen deux ans auparavant et donne définitivement raison à la caisse d'escompte d'Évreux sur un dossier qui l'opposait à Elise-Léonie Halavant au sujet d'une donation.

Le 16 avril 1858
Une pétition concerne les nombreuses fuites sur le canal forcé aux usines de Navarre.

Le 26 avril 1858
La ville d'Évreux est mentionnée dans « Courrier du palais », feuilleton du quotidien national La Presse :
« Vous remarquez sans doute, en passant, que cette année, Évreux est la ville privilégiée de l'éloquence. »

Le 28 avril 1858
Sur la requête de M. Dejean, la Cour de cassation infirme un jugement rendu en décembre 1857 par le jury d'expropriation de l'arrondissement d'Évreux qui avait oublié de prêter serment en début d'audience.

Le 3 août 1858
M. Bourin-Champecuin est nommé procureur impérial auprès du tribunal d'Évreux.

Le même jour
Partis de Saint-Cloud et à destination de Cherbourg, le cortège de l'empereur Napoléon III et de l'impératrice Eugénie arrive à 12h35 à Évreux pour en repartir vers 14h.

Vers le 15 août 1858
Un violent orage éclate sur Évreux.

Le 26 août 1858
Le conseil général du département de l'Eure débloque la somme de 2 850 francs pour faire l'acquisition de titres et manuscrits importants du patrimoine local, parmi lesquels le compte de la vicomté d'Évreux datant de 1543, le rôle des taxes imposées en 1562 à la noblesse du bailliage d'Évreux, ainsi que L'Histoire d'Évreux par Jacques Le Bathelier d'Aviron.

Le 31 août 1858
Ancien principal clerc à Paris, J. Sorel est nommé notaire à Évreux en remplacement de Maître Langlois, démissionnaire.

Le 2 septembre 1858
Naissance à Évreux d'Armand Eugène Benet, archiviste et écrivain.

Le 4 octobre 1858
Dans la nuit, le conducteur de l'estafette d'Évreux à Saint-Pierre-du-Vauvray se fait dérober des sacoches contenant 50 000 francs en billets pendant qu'il s'absente un instant pour récupérer une nouvelle monture.

Le 22 novembre 1858
Le conseil municipal adopte l'acquisition d'une partie des jardins de l'hostellerie du Grand Cerf afin de prolonger la rue du Meilet jusqu'à l'Iton, au moulin de la Planche.
Photo

Plaque de la rue Du Meilet
© ND / evreux-histoire.com
Libre de droits avec mention du site


Le 31 décembre 1858
Depuis le début de l'année, ce sont précisément 71 personnes ont été jugées par la cour d'assises de l'Eure siégeant à Évreux.

Le même jour
Le collège d'Évreux compte à ce jour 186 élèves parmi lesquels 113 suivent des études classiques. Il y a par ailleurs 80 pensionnaires et 20 demi-pensionnaires.

1859


En 1859
Condamné à mort pour meurtre, un certain Clacquesin est guillotiné à Évreux.

La même année
Le fromage ordinaire de Pont-l'Evêque se vend entre 75 centimes et un franc sur le marché d'Évreux.

La même année
La durée de la foire de Saint-Nicolas est portée à deux jours.

La même année
L'évêque d'Évreux Jean-Sébastien Devoucoux est élu président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure et succède à Louis-Napoléon Suchet.

La même année
Le conseil municipal décide la construction d'un pont sur le bras de l'Iton qui traverse la rue de la Taillerie.

La même année
Inauguration du nouveau bâtiment des archives départementales, futur Centre Janvier de La Motte.

La même année
Une chaudière à vapeur de marque Farcot est installée aux usines de Navarre.

Le 12 mars 1859
Ayant avoué être l'auteur d'un important vol commis dans le bureau du facteur-chef de la gare, le cocher d'omnibus Lecomte est auditionné par le procureur impérial d'Évreux puis incarcéré.

Le 1er avril 1859
Le cocher d'omnibus Lecomte est condamné à trois ans d'emprisonnement par le tribunal d'Évreux pour le vol commis en mars dans le bureau du facteur-chef de la gare.

Le 16 avril 1859
Naissance à Évreux du magistrat André Dupuis.

Le 24 mai 1859
Charles Constant Hillemand est nommé avoué à Évreux.

Vers le 10 juin 1859
Ancien banquier d'Évreux, M. Chauvin se tue à Caër dans un grave accident de voiture à cheval qui fait également de nombreux blessés.

Le 14 juin 1859
L'avocat Molle est nommé juge suppléant à Évreux.

Le 13 juillet 1859
L’ancien mécanicien ferroviaire Alexandre Blou achève à Évreux la première partie de sa poésie l’Italie et son indépendance.

Le 15 juillet 1859
En qualité de maire d’Évreux Amédée Deschamps rend un arrêté interdisant à toute personne de se baigner dans l’Iton sans tenue appropriée, et désigne le seul pré d’Harrouard de M. Leroux comme lieu de baignade à raison de dix centimes par personne et par bain.

Le 22 août 1859
Face au nombre d'enfants des départements voisins abandonnés dans la ville, le conseil général de l'Eure étudie la possibilité de supprimer la tour d'abandon d'Évreux et de la remplacer par un bureau d'admission.

Le 23 août 1859
Substitut du procureur à Rouen, Louis Boivin-Champeaux est promu procureur impérial et retrouve les bureaux d'Évreux qu'il avait déjà occupés de 1849 à 1852.

Le 24 août 1859
Le conseil général de l'Eure maintient finalement la tour d'abandon d'Évreux malgré la hausse du nombre d'enfants des départements voisins abandonnés dans la ville, et écarte l'idée de la remplacer par un bureau d'admission.

Le 1er octobre 1859
Deux ans après la pose symbolique de la première pierre, le lycée impérial d’Évreux ouvre pour cette nouvelle année scolaire.

Le 2 octobre 1859
Ancien maquignon à Paris en attente de son procès à la cour d'assises d'Évreux, le nommé Fontaine parvient à s'échappper en plein jour de la prison située rue de la Préfecture et s'enfuit du côté de l'église Saint-Taurin.

Le 22 octobre 1859
Juge d'instruction à Bernay et ancien juge suppléant à Évreux, Louis Antoine d'Imbleval est nommé aux mêmes fonctions en cette dernière commune en replacement du départ en retraite de M. de Tournemine.

En novembre 1859
Après l'incendie de sa maison, un propriétaire qui avait refusé en juin 1851 de céder une partie de son terrain pour permettre l'élargissement de la rue de la Halle est désormais contraint de suivre le projet du conseil municipal.

Le 9 novembre 1859
À la suite de la circulaire ministérielle supprimant le troisième bataillon de chaque régiment d'infanterie de ligne, un bataillon du 28e régiment d'infanterie de ligne est transféré à Évreux.

Le 22 novembre 1859
Ayant prêté, l’année précédente, la somme de 15 000 francs au préfet du département de l’Eure, l’entrepreneur de peinture en bâtiment Bourguignon est illégalement remboursé par le sulfureux haut-fonctionnaire au moyen d’une ordonnance de paiement adressée au receveur de la ville d’Évreux. Passivement complice, l’artisan se retrouvera, treize ans après, devant la cour d’assises de la Seine-Inférieure, désignée pour juger l’important système de corruption et de détournement d’argent public mis en place par Eugène Janvier de La Motte.

Le 31 décembre 1859
Depuis le début de l'année, ce sont précisément 50 personnes qui ont été jugées par la cour d'assises de l'Eure siégeant à Évreux.

< avant après>