L'Histoire d'Évreux

1811 - 1812

L'Histoire d'Évreux où l'on verra entre autres...
Que l'évêque Jean-Baptiste Bourlier rend visite au pape Pie VII en détention.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1811


En 1811

Une chaire sculptée datée de 1675 et provenant de l'abbaye du Bec Hellouin est apportée à la cathédrale Notre-Dame d'Évreux.


La même année (1811)

La route reliant Paris à Cherbourg via Évreux devient la route impériale 14.

Photo

Évreux sur une carte du département de l'Eure dressée d'après l'ordre du baron de Chambaudoin et gravé par Laurence
© BNF-Gallica, Département Cartes et plans, GE D-13450
Domaine public


Le 1er janvier 1811

Pour le jour de l'An, au château de Navarre, Joséphine de Beauharnais propose à ses hôtes une loterie au cours de laquelle Louis-Mathias de Barral, archevêque de Tours, remporte une bague en rubis entourée de diamants, sans se douter que l'ex-impératrice avait arrangé le sort en sa faveur.


Début février 1811

Le maire Michel-Guillaume Dureau de La Buffardière fait imprimer un document sur le comté historique d’Évreux pour l’ex-impératrice Joséphine, propriétaire du château de Navarre.


Le 7 février 1811

Sur ordonnance impériale, le 8e régiment de cuirassiers d'Évreux doit fournir 25 hommes pour la garde de l'ex-impératrice Joséphine, à Navarre.


Le même jour (7.2.1811)

Escortée par la garde fournie le jour même par le 8e régiment de cuirassiers, l’ex-impératrice Joséphine se rend à un bal donné par le préfet Barthélémy François Rolland de Chambaudoin.


Le 9 février 1811

Joséphine de Beauharnais fait don de 1 200 francs pour contribuer à l'établissement d'une salle municipale de spectacle à Évreux.


Le 2 mars 1811

L'annonce d'une nouvelle conscription militaire par tirage au sort est placardée.


Le 8 mars 1811

Le tirage au sort de la conscription militaire est effectué.


Le 16 mars 1811

Les conscrits ébroïciens choisis par tirage au sort passent la visite médicale.


Le 18 mars 1811

Les notables d'Évreux se rendent au château de Navarre pour saluer chaleureusement l’ex-impératrice Joséphine en ce jour de fête qui lui était auparavant dédié.


Le 20 mars 1811

Les cloches sonnent et une salve de 40 coups de canon est tirée à l’annonce de la naissance de Napoléon François Joseph Charles, fils de l'empereur Napoléon Ier et de l’impératrice Marie-Louise.


Le même jour (20.3.1811)

L'ex-impératrice Joséphine reste au château de Navarre, tandis que son entourage dîne chez le maire Michel-Guillaume Dureau de La Buffardière et apprend la naissance de celui qui est déjà nommé roi de Rome. Ces convives, apprenant qu'un courrier du préfet Barthélémy François Rolland de Chambaudoin annonçant cette nouvelle est en route pour le domaine de Navarre quittent précipitemment la table pour arriver avant le courrier officiel, craignant l’émotion de Joséphine de Beauharnais. Toutefois réjouie de la nouvelle, elle propose d'inviter les Ébroïciens à fêter l'événement en son domaine.


Le 21 mars 1811

Après avoir parcouru 28 lieues depuis Paris, Eugène Rose de Beauharnais, prince impérial et vice-roi de Rome, se rend chez sa mère Joséphine au château de Navarre, et lui apporte des nouvelles du couple impérial.


Le même jour (21.3.1811)

Isolée dans un salon du château de Navarre, l'ex-impératrice Joséphine est fortement émue par la lecture d'une lettre amicale que lui a fait parvenir l'empereur Napoléon Ier.


Le 22 mars 1811

Tandis qu'Eugène Rose de Beauharnais, prince impérial et vice-roi de Rome, prend congé de sa mère Joséphine, des ouvriers s'affairent au château de Navarre en vue de la grande réception souhaitée par l'ex-impératrice.


Le 25 mars 1811

Charles Gabriel Dubarle du Puget est nommé juge suppléant au tribunal de première instance d'Évreux.


Le même jour (25.3.1811)

François Hochon est nommé juge au tribunal de première instance d'Évreux.


Le 28 mars 1811

En collaboration avec un confrère rouennais, le notaire ébroïcien Deshayes fait paraître une courte annonce dans le Journal de Rouen :

« À vendre présentement une maison, cour et jardin, situés à Évreux, rue Guilhaude, n°406, bornée par la rivière, passant au bout dudit jardin. »


Le 12 avril 1811

Président du tribunal d'Évreux depuis juillet 1802, Pierre Alexandre Lesage en déviendrait le vice-président.


Le 13 avril 1811

Bénéficiant d'un budget de 42 000 francs grâce au don de l'ex-impératrice Joséphine, la municipalité met en adjudication la construction d'une salle de comédie, au fond de la cour du château comtal.


Le 24 avril 1811

Les nouveaux tribunaux de première instance et d’assises sont installés.


Le 26 avril 1811

Une malle contenant vêtements et autres effets personnels qui devait être livrée chez M. de Richemont, à l'hôtel du Grand-Cerf de la rue Chartraine, est négligemment confondue avec une autre par un voiturier de Nonancourt qui faisait halte à l'auberge du Petit-Pélican.


Le 20 mai 1811

Les entrepreneurs souhaitant prendre part à l'adjudication de la construction d'écluses à Poses et à Vernon, respectivement estimées à 15 000 et 90 000 francs, peuvent se présenter à Évreux jusqu'au 27 du mai, au bureau des travaux publics ou chez l'ingénieur en chef du département.


Le 1er juin 1811

Arrivé de Rouen, un magistrat de la cour impériale est escorté par la gendarmerie venue à sa rencontre, puis est conduit dans son logement de fonction, devant lequel est installée une sentinelle de la garde nationale.

Photo

"Le bon gendarme", lithographie d'Henry Bonaventure Monnier imprimée par Aloïs Senefelder en 1828
© Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Voir mentions légales


Le 5 juin 1811

Arrivé de Rouen quatre jours auparavant, le magistrat de la cour impériale ouvre la toute première séance de la cour d’assises d'Évreux.


Le 8 juin 1811

Le baptême de Napoléon François Joseph Charles Bonaparte, fils héritier de l’empereur Napoléon Ier, est annoncé par une salve de 24 coups de canon et le son des cloches.


Le 15 juin 1811

Les premières sentences de la cour d’assises sont exécutées avec la mise au carcan sur l’échafaud de plusieurs individus.


Le 28 juin 1811

Mort à Évreux de Pierre Adrien Lemercier, descendant d'une vieille lignée d'aubergistes ébroïciens et propriétaire de l'auberge À la Fleur de Lis.


Le 1er juillet 1811

Un décret impérial réduit à dix le nombre de débitants de tabac qui seront répartis entre bourgeois et militaires.


Le 3 juillet 1811

Juge suppléant au tribunal de première instance d'Évreux depuis le mois de mars, Charles Gabriel Dubarle du Puget est muté à Laon, dans l'Aisne.


Mi-juillet 1811

Tous les enfants trouvés sont réunis à l’hospice afin d’évaluer ceux qui pourraient être placés dans la marine.


Le 20 juillet 1811

Natif d'Évreux et fils de l'imprimeur Jean-Jacques Louis, Jean-Jacques Ancelle est breveté imprimeur en succession de Jacques-Antoine Magner.


Le 9 août 1811

Général de division et aide de camp de l'Empereur, le comte Jean Léonor François Le Marois arrive en ville avec une colonne mobile en partie constituée du 72e régiment de ligne, de hussards et de gendarmes, et dont la mission et de rechercher les déserteurs et réfractaires à la conscription. Il est conseillé aux militaires de faire pression sur certaines familles en s'installant à leur domicile.


Le 15 août 1811

La fête de l'Empereur est célébrée sans les courses hippiques habituelles.


Le 20 août 1811

Selon certains observateurs, les Ébroïciens montreraient beaucoup d'indifférence à l'élection des représentants du département.


Le 25 août 1811

Des prières sont dites à la cathédrale pour l'évêque Jean-Baptiste Bourlier qui, bien que malade, est envoyé par Napoléon Bonaparte auprès du pape Pie VII, détenu à Saverne.


Le 26 août 1811

Les derniers candidats à l'appel d'offres pour la rénovation des bacs de plusieurs communes, telles que La Croix-Saint-Leufroy ou Acquigny, ainsi que pour l'agrandissement du mur du jardin de l'hôtel de la préfecture à Évreux, n'ont plus que quelques heures pour présenter leur dossier.


Le 7 septembre 1811

La vente par adjudication de l'hôtel du Grand-Cerf et ses dépendances se tient dans une des principales salles de cet établissement de la rue de la Harpe, géré depuis longtemps par M. Lelarge.


En octobre 1811

Trente-deux chevaux sont réquisitionnés moyennant finance pour pourvoir aux besoins de la cavalerie.


Le 27 octobre 1811

Une trentaine de jeunes garçons sont choisis pour rejoindre l’École spéciale de marine.


Le même jour (27.10.1811)

Un nouvel octroi est instauré sur de nombreux produits par la municipalité conduite par Michel-Guillaume Dureau de La Buffardière.


Le 13 novembre 1811

Mort à Saint-Luc dans l'Eure de Louis Aimable Roussel, droguiste et ancien secrétaire général du parlement de l'Eure, à Évreux.


Le 15 novembre 1811

Michel Martin Sagant est nommé substitut du procureur impérial au tribunal de première instance d'Évreux.


Le même jour (15.11.1811)

Armand François Hébert est nommé juge suppléant au tribunal de première instance d'Évreux.


Le 1er décembre 1811

La fête du couronnement de Napoléon Bonaparte est célébrée sobrement, hormis quelques illuminations en ville.


Le 14 décembre 1811

Le maire Michel-Guillaume Dureau de La Buffardière étudie la transformation du collège en lycée.


Le 17 décembre 1811

L'évêque Jean-Baptiste Bourlier revient de Saverne où il s'était tenu au côté du pape Pie VII, à la demande de l'empereur.

1812


En 1812

Financée en majeure partie par un don de 1 200 francs de Joséphine de Beauharnais, la construction d’un théâtre municipal est entrepris.


En janvier 1812

Une vaste conscription militaire est proclamée pour pourvoir aux besoins des armées de l'Empire.


Le 9 février 1812

Les visites médicales de l'importante conscription militaire annoncée en janvier débutent.


Le 25 février 1812

Les conscrits de janvier quittent la ville d'Évreux pour rejoindre leurs différentes garnisons.


Le 12 mar 1812

Le conseil municipal conduit par Michel-Guillaume Dureau de La Buffardière décide la création de la rue de la Halle et de la place du Marché-Neuf (actuelle place Georges-Clémenceau).


Le 14 mars 1812

Le maire prend un arrêté municipal pour que les bourgeois d'Évreux soient les premiers à s'approvisionner aux halles, suivis par les boulangers, puis les meuniers.


En avril 1812

La garde nationale est classée par bans, le premier étant composé d'hommes âgés de 20 à 25 ans, le deuxième d'hommes âgés de 26 à 40 ans, et le troisième d'hommes âgés jusqu'à 60 ans.


Mi-avril 1812

Hormis un garde-champêtre, tous les citoyens accusés d'avoir participé à une révolte aux halles sont relaxés par la session extraordinaire des assises d'Évreux.


Le 15 avril 1812

Le pain renchérit à trois francs et trois sous les huit livres.


Le 19 avril 1812

Le président de la cour d'assises de Rouen se présente au palais de justice d'Évreux, renvoie les jurés, et informe les citoyens que cette décision est motivée par leur trop grande clémence dans l'affaire de la révolte des halles.


Le 22 avril 1812

Le pain renchérit à trois francs et huit sous les huit livres.


Le 26 avril 1812

Le pain renchérit à trois francs et dix sous les huit livres.


Le 28 avril 1812

Dans une période de cherté des denrées de première nécessité, un décret ordonne la perception de centimes additionnels pour le financement des « soupes économiques ».


Le 29 avril 1812

Après plusieurs jours de hausse, le pain baisse à trois francs les huit livres.


Fin avril 1812

Des habitants constatent et font remarquer qu'il n'y a jamais eu autant de mendiants à Évreux.


Le 6 mai 1812

Le pain renchérit de nouveau et repasse à trois francs et trois sous les huit livres.


Le 9 mai 1812

Un décret impérial et un arrêté préfectoral obligent les laboureurs, blatiers, boulangers et magasiniers de grains à déclarer leurs transactions dans un délai fixé.


Le 10 mai 1812

Le prix du pain baisse de nouveau à trois francs les huit livres.


Le 12 mai 1812

Le sac de grains de première qualité est fixé à 73 francs.


Le 16 mai 1812

Bien que le sac de grains de première qualité soit fixé à 73 francs, un blatier tente frauduleusement de le vendre à 120 francs.


Le 17 mai 1812

Le pain renchérit à trois francs et 33 sous les huit livres.


Le 19 mai 1812

Le méteil est taxé à 62 francs le sac.


Le 27 mai 1812

Naissance au domicile familial de la place Bonaparte (actuelle place Dupont-de-l'Eure) d'Auguste-Léopold Avril de Burey, magistrat, capitaine commandant des sapeurs-pompiers d'Évreux, conseiller municipal d'Évreux, bâtonnier de l'ordre des avocats du barreau d'Évreux, officier de la Légion d'honneur, chevalier de l'ordre de Saint-Sylvestre et membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure.


Le 29 mai 1812

De nombreux commissaires se répartissent les quartiers de la ville afin de procéder à un recensement général.


En juin 1812

En provenance de Chartres, plusieurs voitures transportant de la farine arrivent à Évreux pour approvisionner les boulangers.


Le même mois (6.1812)

Des sacs de farine de pois en provenance d'Étampes approvisionnent les boulangers.


Le 7 juillet 1812

Jusque là emmuré dans l'église du grand séminaire, le coeur d'Henry-Marie Boudon, archidiacre d'Évreux de 1654 à 1702, est placé dans la cathédrale.


Le 14 juillet 1812

Occupé à la démolition du pont situé près de la rue Saint-Louis, un ouvrier meurt écrasé par l'écroulement d'une partie de la voûte.


Le meme jour (14.7.1812)

Preuve des difficultés actuelles d'approvisionnement, il ne reste qu'un sac de blé disponible à la halle aux grains.


Le 20 juillet 1812

Apportée l'année précédente à la cathédrale depuis l'abbaye du Bec-Hellouin, une chaire sculptée datant de 1675 est placée dans la nef.


Le 22 juillet 1812

Une première représentation théâtrale est donné à la nouvelle salle de comédie, dont la construction avait été financée par Joséphine de Beauharnais.


En septembre 1812

Un pont est construit au-dessus du ruisseau Juré, dans la rue aux Bouchers (actuelle rue Isambard), entre la rue de Pahaha et la rue aux Juifs (actuelle rue des Lombards).


Le 8 septembre 1812

Le pain continue de renchérir, ce qui accroit les problèmes d'alimentation de la population ébroïcienne.


Le même jour (8.9.1812)

Une nouvelle conscription militaire est proclamée à la population pour le 15 du mois.


Le 15 septembre 1812

La nouvelle conscription militaire se poursuit jusqu'au 23 suivant.


Le 18 septembre 1812

Mort en son domicile de la rue de l'Évêché de Louis Denis André Landry, basse-contre de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux et musicien d'église respecté.


Le 29 septembre 1812

La prise de Moscou par les armées de Napoléon Bonaparte est célébrée par deux salves de coups de canon tirées depuis le beffroi.

Photo

L'entrée des Français dans la ville de Moscou
© BNF-Gallica, Rés. QB-201 (170)-FT 4 Hennin 13395
Domaine public


Le 24 octobre 1812

Suite à la découverte d'une conspiration à Paris contre l'Empereur, des patrouilles de nuit sont instaurées à Évreux et le courrier est minutieusement inspecté.


Le 8 novembre 1812

Naissance au domicile familial de la rue du Dauphin de Jacques Augustin Larcher, adjudant au 3e régiment d'artillerie, garde principal d'artillerie et chevalier de la Légion d'honneur.


Le 12 novembre 1812

Les conscrits du mois de septembre quittent Évreux pour rejoindre Valenciennes.


Le 23 novembre 1812

Mort en son domicile du 107 rue de la Petite-Cité de Michel-Guillaume Dureau de La Buffardière, lieutenant au régiment d'Anjou, gendarme du roi et maire d'Évreux depuis 1800.


Le même jour (23.11.1812)

'industriel et premier adjoint Jean-Louis Buzot-Dubourg est nommé maire d'Évreux par intérim, après l'annonce de la mort de Michel-Guillaume Dureau de La Buffardière.

< avant après>