L'Histoire d'Évreux

1783 - 1788

L'Histoire d'Évreux où l'on verra, entre autres, que la neige arrête l'activité des moulins et provoque une pénurie de farine.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1783


En 1783
L’église des Cordeliers est étayée avec de grandes pièces de bois par crainte d'un affaissement du côté rue.

La même année
Dom Laurent François Dergny est élu prieur de l'abbaye de Saint-Taurin d'Évreux pour la seconde fois.

Le 27 janvier 1783
Le duc de Bouillon souhaite récupérer les matériaux de démolition de la porte Saint-Pierre, qu'il avait donnés à la ville en 1767.

Le 28 janvier 1787
Mort à Évreux de Claude Louis Turreau de Linières, procureur fiscal des eaux et forêts du comté puis maire de la ville.

Le 31 janvier 1783
Respectivement domiciliés place Saint-Léger à Évreux et rue des Maillots à Rouen, MM. de Lardas et Cachin font paraître une annonce dans le Journal de Rouen :
« À vendre ou à louer présentement une jolie maison neuve, à porte cochère, située à Évreux, rue du Chapitre, consistante [sic], au rez-de-chaussée, en cour, vestibule, antichambre, bel appartement d'assemblée parqueté, plafonné et lambrissé ; salle à manger pour vingt personnes, office, cuisine, dépense, laverie, remise, caves et caveaux, basse-cour, écurie pour quatre chevaux, greniers, bûchers et parterre. Au premier, quatre appartements de maîtres, antichambre, cabinets de toilette et garde-robes ; au second même logement pour six domestiques et beaux greniers. »

Le même jour
jadis des choeurs de l'opéra de Paris puis basse-taille à la cathédrale Notre-Dame d'Évreux, Charles François Hilden (ou Hilleden) demande quinze jours de congés au chapitre pour s'occuper d'affaires de familles, en Picardie. Pourtant, c'est vers Saint-Martin de Tours qu'il réapparaîtra.

En février 1783
Prêtre chapelain de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux et basse contre pour le choeur, Jean Bigot cesse tout activité après de nombreuses inquiétudes du chapitre sur sa santé mentale.

Le 10 février 1783
Le prêtre Alexandre Bardet quitte ses fonctions de sous-sacristain de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux pour celles de pointeur des chantres et musiciens et basse contre. Il bénéficie respectivement de 120 livres annuelles et 6 livres et 10 sous hebdomadaires pour ces engagements.

Le 10 février 1783
Comme l'ensemble des chantre, le basse-contre Louis Denis André Landry jouit d'une augmentation de ses gages qui sont portés à onze livres hebdomadaires.

Le 23 mai 1783
L'Ébroïcien Damiens-Laurent achète à Auguste Sicot Le Christ en croix, toile de 1770 du chevalier Sixe, jadis peintre officiel du duc de Bouillon et comte d'Évreux.

Le 30 mai 1783
Naissance à Évreux d'Alexis Soulange Lhopital, sous-lieutenant au 19e régiment de dragons, engagé dans les campagnes napoléoniennes d'Hanovre, d'Espagne et du Portugal, blessé plusieurs fois au combat, conservateur du cimetière du Montparnasse et officier de la Légion d'honneur.

En juin 1783
Le chapitre permet à Marie Jeanne Adélaïde Dulong, organiste de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux et parfois de l'église Saint-Taurin, de séjourner un mois à Paris.

Le même mois
Entré trois ans auparavant, à l'âge de sept ans, chez les enfants de choeur de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux, le jeune Guillaume François Huet est formé par le maître de musique Pierre Louis Augustin Desvignes qui l'accompagnera jusqu'en décembre 1785.

Le 6 août 1783
La foudre tombe sur le clocher de l'abbaye de Saint-Sauveur et endommage plusieurs parties du bâtiment sans faire de blessés.

Le 10 octobre 1783
Naissance à Évreux de Marcel Hubert Dubois, militaire blessé de 19 coups de lance, deux coups de sabre et d'un coup de crosse de fusil lors de cinq campagnes militaires de l'Empire et chevalier de la Légion d'honneur.

Le 31 octobre 1783
Âgé de sept ans passés, le jeune Charles Isidore Dumoutier est reçu comme enfant de choeur à la cathédrale Notre-Dame d'Évreux pour dix années prévues de psallette. Dépourvu de voix et de disposition musicale selon le maître de musique, il sera prématurément rendu à son foyer avec un conséquent dédommagement de 150 livres.

Le 19 décembre 1783
L’annonce de la paix conclue entre la France et l’Angleterre, impliquées dans la guerre d’indépendance des États-Unis, est affichée à tous les carrefours.

Le 21 décembre 1783
La fin de la guerre entre la France et l’Angleterre, impliquées dans la guerre d’indépendance des États-Unis, donne lieu à des réjouissances en ville.

Le 31 décembre 1783
Les moulins ne pouvant fonctionner à cause d’une neige abondante, le corps de ville envoie chercher de la farine à Vernon.

1784


En 1784
Le marché au cidre, qui se vend dix francs le muid, est établi sur les Fossés-Saint-Pierre et Saint-Thomas.

La même année
Les carrosses ne pouvant y avoir accès, la maison du doyen du Chapitre est démolie par Ghislain de Cerny.

La même année
Datant du début du XVIe siècle, le pavillon du doyenné situé rue du Parvis est démoli.

Le 1er janvier 1784
La farine de Vernon arrive à Évreux dont la production est stoppée par l’abondance de neige.

Le 21 février 1784
Le dégel arrive après plusieurs mois de conditions météorologiques défavorables.

Le 25 février 1784
Nourrie par le dégel et la fonte des neiges, la crue de l’Iton provoque d'importants dégâts aux ponts de la ville et interdit l’office à l'église de Saint-Thomas.

Le 26 février 1784
Nourrie par le dégel et la fonte des neiges, la crue de l’Iton continue de provoquer d'importants dégâts en ville, notamment aux ponts dont la réparation coûtera l'équivalent de 5 569 livres.

Le 27 février 1784
Les administrateurs du Bureau des pauvres de la ville font paraître une annonce dans le Journal de Rouen :
« A vendre, fieffer ou louer présentement une maison, à Évreux, entre cour & jardin, rue S. Gilles ; consistante [sic] en un grand corps de logis de 99 pieds de long sur 24 de large, avec deux pavillons saillants, de 42 pieds de long sur 17 de large  consistants [sic] en sallon [sic] d'été, de 22 pieds en quarré [sic], un autre d'hiver, salle à manger, cuisine, office, laverie, buanderie, lingerie, 2 chambres de maître ; au premier, 5 appartements de maître & 6 chambres de domestiques, greniers, & [caetera]. le tout bâti depuis 10 ans en pierres & briques, belle cour, écurie, remises, puits, serre, jardin, vivier d'eau de source, qui ne tarit jamais, & [caetera]. »

Le 31 mars 1784
Nicolas Ruault écrit un courrier à son frère Brice, curé à Évreux :
« Le roi vient de faire rendre par son conseil un arrêt très sage et très humain. Il assigne des fonds pour le soulagement des malheureux de la campagne que cet hiver rigoureux et les inondations ont ruinés. Comme le trésor public n'a jamais d'argent mignon, on prend le vingtième à tous ceux qui sont pensionnés au-dessus de 10 000 francs. »

Le 10 avril 1784
Des réjouissances ont lieu dans la ville, suite à l’annonce de la naissance d’un enfant royal qui prend le titre de duc de Normandie.

Le 26 avril 1784
Mort à Évreux du maître arquebusier Jean Puiforcat.

Le 28 avril 1784
Un contrat de mariage est signé sous seing privé entre François Nicolas Léonard Buzot, avocat ébroïcien et homme politique, et sa cousine germaine Marie Anne Victoire Baudry.

Le 30 avril 1784
Face à une sécheresse importante qui perdure, des prières sont dites pour voir arriver la pluie.

Le 12 mai 1784
Une procession générale a lieu suite à la grande sécheresse qui augure de très mauvaises récoltes.

Le 16 mai 1784
Depuis la cour des Jacobins est expérimenté l’envol d’un ballon.

Le 23 mai 1784
Naissance en la paroisse Saint-Denis à Évreux de Louis Armand de Laprade, capitaine au 2e régiment de lanciers, capitaine au régiment des dragons de la Seine, engagé dans les campagnes de Russie, d'Allemagne, d'Espagne et du Portugal, et chevalier de la Légion d'honneur.

En juillet 1784
Maître de musique de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux depuis l'année précédente, Pierre Louis Augustin Desvignes voit ses 1 900 livres annuelles augmentées de 400 livres.

Le 17 juillet 1784
Toutes les églises sont convoquées en assemblée générale pour délibérer sur l’arrangement du nouveau cimetière hors de la ville.

Le 6 août 1784
Pierre Joseph Élie Dussart est reçu haute-contre du choeur de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux par le chapitre et reçoit 12 livres hebdomadaires de gages.

Le 13 août 1784
Le Journal de Rouen publie l'annonce suivante :
« [À vendre] un pavillon bâti en brique & maçonnerie, cour & jardin, prairie, vivier ; le tout clos de murs & contenant environ 3 vergées & demie, borné par la rivière & le chemin de S. Germain à Évreux. »

Le 31 août 1784
Naissance en la paroisse Saint-Denis à Évreux de Jacques Denis Millot de Lacraye, commandant de la garde nationale de la ville, membre du conseil de préfecture du département de l'Eure et chevalier de la Légion d'honneur.

Le 4 octobre 1784
Naissance en la paroisse Saint-Pierre à Évreux de Charles René Roch Royer de Véricourt, chef d'escadron au 8e régiment de dragons, engagé dans les campagnes napoléoniennes de Prusse, de Pologne, du Portugal et d'Espagne, et officier de la Légion d'honneur.

En décembre 1784
Auparavant sous-sacristain de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux puis pointeur des chantres et musiciens et également basse contre attaché au choeur, Alexandre Barbet est pourvu des revenus d'une des chapelles.

1785


En 1785
L’ancien pont en ruine est détruit et le nouveau pont du Bois-Jollet est construit sur l’initiative d’un certain Dubois, ancien militaire de la guerre de Sept ans.

La même année
Construction du presbytère de Saint-Thomas.

La même année
Les ouvriers couvrent les bâtiments du nouveau grand séminaire dont les travaux ont commencé cinq ans auparavant grâce au financement d'un nouvel impôt décidé par l'évêque d'Évreux.

Le 15 janvier 1785
Mort en la paroisse Saint-Gilles à Évreux de Jean-Charles Ribouleau, directeur de la fabrique de draps de la ville, future usine Jourdain-Ribouleau, et trésorier de sa paroisse.

Le 21 février 1785
Entré à l'âge de six ans comme enfant de choeur de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux, le jeune musicien Jean-Baptiste Justin Ancquetin se voit attaché au chapitre en qualité de joueur de serpent, instrument à vent grave et à perce conique, après avoir reçu la traditionnelle gratification de 100 livres ainsi qu'une autre de 24 livres pour que M. Bienaymé puisse lui acheter un tel instrument.

Le 10 mars 1785
Les bourgeois de la ville prennent les armes lors de la réception du nouveau maire M. Engren-Delamotte, lieutenant-général subdélégué de l’intendant de la généralité de Rouen à Évreux.

Le 18 mars 1785
L'évêque d'Évreux offre l'équivalent de 6 000 livres pour le projet de la ville d'établissement d'un hôpital des pauvres dans la maison des Jacobins.

Le 21 mars 1785
Fils d'un officier du duc de Bouillon, le jeune Godefroi Éléonore Laporte est reçu comme enfant de choeur à la cathédrale Notre-Dame d'Évreux et reçoit l'éducation du maître de musique Pierre Louis Augustin Desvignes.

Le 6 avril 1785
Sa trésorerie exsangue, la fabrique de draps et ratines Ribouleau et Cie en appelle aux pouvoirs publics.

Le 24 avril 1785
Naissance en la paroisse Saint-Denis à Évreux de Charles Legendre de Montenol, chef d'escadron au régiment des dragons de la Gironde et officier de la Légion d'honneur.

Le 12 mai 1785
Une grande procession à laquelle assiste le corps de ville est organisée afin d'espérer la fin d'une longue et sévère sécheresse.

Le 27 mai 1785
Clerc tonsuré du diocèse de Tournai, Louis-Joseph Fontaine entre dans le corps des musiciens de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux.

Le 6 juin 1785
Originaire d'Abbeville, François Guérin est reçu basse-contre dans le corps des musiciens de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux moyennant onze livres de gages hebdomadaires.

Le même jour
L'intendant de la province de Normandie accorde à Évreux un secours de 3 800 livres pour les dommages aux ponts causés par les inondations de février. Le pont du Bois-Jollet est ainsi reconstruit pour la somme finale de 3 985 livres, 4 sous et 4 deniers.
Photo

Le pont du Bois-Jollet de nos jours
© ND / evreux-histoire.com
Libre de droits avec mention du site


Le 11 juin 1785
Charles-Léonor Marescal reçoit la charge d’un des offices de notaires royaux apostoliques à la résidence d'Évreux.

Le 30 juillet 1785
En partance pour Paris, les soeurs quittent le bureau du Saint-Esprit où sera transféré l'hospice.

Le 3 août 1785
Commerçant domicilié rue de la Prison, M. Lanoë fait paraître une annonce dans le Journal de Rouen :
« À vendre une petite maison fort jolie, assez grande pour un ménage, sise à Évreux, dans le plus beau quartier de la ville. »

Le 22 août 1785
Entré quelques mois auparavant dans le corps des musiciens de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux, le clerc tonsuré Louis-Joseph Fontaine obtient un congé de huit jours par le chapitre. Il ne semble pas revenir dans les temps convenus.

Le 2 septembre 1785
Reçu maître de musique de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux deux ans auparavant, Pierre Louis Augustin Desvignes démissionne de ses fonctions pour rejoindre Chartres. Il sera remplacé par le jeune Julien Mellier.

Le 26 septembre 1785
L'exploitation de plus de 8 000 arpents de bois dépendants du comté d'Évreux fait l'objet d'une adjudication au château de Navarre.

Le 18 novembre 1785
Insatisfaits de leurs gages de onze livres hebdomadaires, les basses-contres Jean-Baptiste Macé, François Guérin et Jean-Baptiste Vesche adressent une requête commune qui leur permet d'obtenir une augmentation de 20 sous par semaine.

Le 21 novembre 1785
Figure respectée parmi les musiciens d'églises, le basse-contre Louis Denis André Landry reçoit 24 livres à l'occasion de la Sainte-Cécile, somme qu'il devra partager avec ses collègues, pour prendre la suite ponctuellement du maître de musique Pierre Louis Augustin Desvignes qui n'est pas encore remplacé.

En décembre 1785
Enfant de choeur de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux formé par le maître de musique Pierre Louis Augustin Desvignes depuis deux ans environ, le jeune Guillaume François Huet passe sous la direction de Julien Mellier.

Le 31 décembre 1785
Reçu comme enfant de choeur par le chapitre de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux dix ans auparavant, et devenu un aîné respecté parmi ses jeunes collègues, Simon Carville en sort avec la gratification attendue de 100 livres.

1786


En 1786
L'hospice prend possession de l'ancien bureau du Saint-Esprit, libéré par les soeurs l'année précédente.

La même année
Mort à Évreux de Louis Le Noury, capitaine d'infanterie et chevalier de l'ordre de Saint-Louis.

Le 9 janvier 1786
Entré quelques mois avant son frère cadet François Séraphin, le jeune Pierre Augustin Croisac est reçu par le chapitre comme enfant de choeur de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux.

En février 1786
Le talentueux musicien Jean-Baptiste Justin Ancquetin, joueur de serpent attaché au chapitre de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux, se voit reprocher « l'indécence avec laquelle il se conduit au chœur ».

Le 3 mars 1786
Le vitrier Langlois commence à réaliser les plaques de fer blanc peintes désignant les rues de la ville ou, quand nécessaire, à peindre directement sur les murs des maisons faisant l'encoignure.

Le 15 mars 1786
Le nom des rues est affiché suivant la délibération du 3 mars précédent.

22 mars 1786
Suivant le vote du 16 juillet 1780, les maisons sont numérotées sans tenir compte ni des rues ni des quartiers, mais en partant de l’hôtel de ville. Le vitrier Langlois est chargé de préparer cette numérotation qui commence par la tour de l'horloge.

Le 1er avril 1786
La première pierre de fondation du presbytère de Saint-Denis est posée.

Le 28 avril 1786
Acolyte du diocèse de Paris, François Louis Fournier est reçu comme taille au chapitre cathédral à raison de douze livres hebdomadaires de gage.

Le 28 mai 1786
Un convoi de douze mortiers et un grand nombre de bombes, devant être conduits à Cherbourg et passant par Évreux, est gardé par les bourgeois ébroïciens en armes.

Le 30 mai 1786
Trois décharges de canon sont tirées à l'arrivée du comte d’Artois, frère du roi, qui doit passer la nuit au château de Navarre.

Le 13 juin 1786
Procureur du biailliage exerçant rue Chartraine, Me Ricquet procède à la vente par adjudication des biens de M. Vallée dont une maison située à Évreux et plusieurs rentes.

Le 14 juin 1786
Naissance au domicile de ses parents situé rue de l'Horloge à Évreux d'Appolon Verdière, marchand horloger, membre de la garde nationale et chevalier de la Légion d'honneur.

En juillet 1786
Le pont en briques qui va de la boucherie à la poissonnerie est achevé.

Le 20 septembre 1786
Mort à Évreux de Nicolas Charles Legrand, avocat, bailli du temporel de l'évêché et major de la milice bourgeoise. Des décharges de mousquet sont tirées lors de son inhumation.

En octobre 1786
Joueur de serpent attaché à la cathédrale Notre-Dame d'Évreux depuis 1785 et qui avait pourtant était sermonné pour « l'indécence avec laquelle il se [conduisait] au chœur », Jean-Baptiste Justin Ancquetin obtient une gratification de 20 sous par semaine pour jouer du violoncelle à chaque fois que nécessaire.

Le 3 novembre 1786
Entré quelques mois après son frère aîné Pierre Augustin, le jeune François Séraphin Croisac est reçu par le chapitre comme enfant de choeur de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux.

Le 6 novembre 1786
Entré trois ans auparavant comme enfant de choeur à la cathédrale Notre-Dame d'Évreux, Charles Isidore Dumoutier est prématurément rendu à son foyer avec un conséquent dédommagement de 150 livres, le maître de musique jugeant une absence de talent vocal et de disposition musicale.

Le même jour
Louis Auguste Costard est reçu enfant de choeur par le chapitre de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux pour une durée attendue de onze ans, sous la direction du maître de musique Julien Mellier.

Le 22 novembre 1786
Lors du conseil de ville, il est proposé d'ouvrir un boulevard allant du pont du Bois-Jolet au pont du faubourg Saint-Léger et d'installer des réverbères dans les rues.

Le 11 décembre 1786
Acolyte du diocèse de Paris entré comme taille au chapitre cathédral, François Louis Fournier annonce son intention de se marier ce qui conduit à la perte immédiate de ses gages, convenus à douze livres hebdomadaires quelques mois auparavant.

Le 18 décembre 1786
Une semaine après avoir annoncé au chapitre cathédral son intention de se marier, François Louis Fournier, ancien acolyte du diocèse de Paris, épouse Françoise Rose Le Mercier en la paroisse Saint-Pierre d'Évreux. Il apparaîtra instituteur domicilié au 5 rue la Harpe, quelques décennies après.

1787


Vers 1787
L'utilité des hirondelles pour la purification de l'air est proclamée par le corps de ville.

En 1787
La ville d’Évreux assigne en justice le sieur Bertrand, « fieffaitaire » d'un terrain défaillant.

La même année
Mort de Jacques-René-Henri Le Forestier du Saptel, diacre et chanoine au chapitre d’Évreux.

La même année
Mort de Louis-Pierre Cabut, chanoine et promoteur au chapitre d’Évreux.

La même année
Mort d’Adrien Petit de Captot, archidiacre et chanoine au chapitre d’Évreux.

La même année
Un ancien soldat nommé Rouillon, condamné à mort pour vol de chevaux, est sorti de sa cellule de la prison de la rue Chartraine, conduit à la potence située à l'intersection de la Grande-Rue et de la rue de l'Horloge, puis pendu par le bourreau Nicolas-Louis Jouenne. Son corps est exposé jusqu'au lendemain.

La même année
L'évêque François de Narbonne-Lara crée des tensions en souhaitant réduire de moitié les paroisses d'Évreux, alors au nombre de huit.

En janvier 1787
Entré à l'âge de sept ans comme enfant de choeur attaché au chapitre de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux, Jean Isidore Blaise Carville est désormais l'aîné d'entre eux et, à ce titre, reçoit des émoluments plus généreux mais qu'il devra rapidement partagé avec deux de ses jeunes collègues.

En février 1787
On commence à paver l'église Saint-Thomas en utilisant la pierre de plusieurs tombeaux.

Le même mois
On commence à travailler à la promenade près de la barrière du Bois-Jollet à Saint-Germain-lès-Évreux, sur la rive droite du canal de l'Iton.

Le 8 février 1787
Le duc de Bouillon n'appréciant pas l'ouverture d'un boulevard allant du pont du Bois-Jollet à la forêt, le projet est repoussé.

Le 22 mai 1787
Naissance à Évreux de Jean-Jacques Ancelle, fils et petit-fils d'imprimeurs-libraires, imprimeur lithographe lui-même, imprimeur de la préfecture de l'Eure, de l'évêché et des tribunaux.

Le 3 juin 1787
Il est proposé d'établir un plan précis de la ville d'Évreux.

Le 5 juillet 1787
Bourgeois de la ville de Rouen installé rue Saint-Gilles à Évreux, Etienne Henri Alexandre Réquier met en vente sa maison rouennaise pour la somme de 11 000 livres.

Le 2 août 1787
En creusant une fosse dans le cimetière de Saint-Gilles, les ouvriers mettent au jour un tombeau en pierre à cinq pieds de profondeur.

Le 10 septembre 1787
Un règlement de police de la maîtrise des eaux et forêts du comté d’Évreux stipule que, désormais, les personnes ayant droit d’usage desdites forêts ne pourront désormais en jouir sans adresser au préalable une demande de permission accompagnée des justificatifs de leurs droits.
Photo

La forêt d'Évreux en 2013
© Paul Tridon / Flickr
Voir Mentions légales


Le 22 octobre 1787
Le clerc tonsuré Louis-Joseph Fontaine, du corps des musiciens de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux, est reçu taille au chapitre avec une rémunération de douze livres hebdomadaires.

Le 19 décembre 1787
Domicilié rue des Fossés-Saint-Thomas, M. Le Conte fait paraître une annonce dans Le Journal de Rouen :
« Bien, à Évreux. 1° Une maison, par[oisse] de S. Thomas, propre à faire une manufacture, avec des magasins, ou à faire une brasserie. 2° Un moulin à tan, bien conditionné, avec granges, maison de meûnier [sic],  & 2 petites [...], bien plantées, sis audit Évreux, par[oisse] de S. Gilles. 3° Un joli jardin, avec pavillon, d'un bon rapport,  & agréable par sa situation. La rivière passe au pied, & il a vue sur des prairies, la grande route & la forêt. S'ad[resser] pour tous ces objets, qui seront vendus argent comptant, ou à donner à rente, à (...) »

1788


En 1788
Les fonts baptismaux en marbre sont installés dans une des chapelles du collatéral sud de la cathédrale.

La même année
Mort de Pierre-Robert Lucas, archidiacre et chanoine au chapitre d’Évreux.

En janvier 1788
Entré 40 ans auparavant dans le corps des musiciens de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux, mais dont les troubles asthmatiques l'empêchent de jouer du serpent, instrument à vent grave et à perce conique, le chapelain Charles Declé renonce aux revenus d'une chapelle comme il lui était permis et se voit accorder par le chapitre une rente viagère de 400 livres annuelles en supplément des 6 livres hebdomadaire de revenus.

Le 8 janvier 1788
Devant le prétoire du bailliage d'Évreux se tient la vente, par décision de justice, de la terre et seigneurie de Morsent, incluant le droit de patron[n]age et la nomination alternative à la cure.

Le 12 mars 1788
Epicier installé faubourg Saint-Léger à Évreux, M. Levasseur fait paraître une annonce dans Le Journal de Rouen :
« Maison, à Évreux, grande rue, près le pont S[aint] Thomas, à usage de march[and] consist[ant] en une cave, une boutique, salle en manière de cuisine, 2 belles chambres, un beau grenier, & un petit jardin donnant à côté de la rivière. Autre maison, aussi à Évreux, rue & faubourg S[aint] Léger ; consist[ant] en une salle, 2 belles chambres, le tout lambrissé ; une cuisine, un beau grenier, caves, cellier, jardin, la rivière au bout. »

Le 27 mars 1788
Naissance en la paroisse de Notre-Dame de la Ronde à Évreux d'Antoine de Graimberg, vicomte, lieutenant au régiment des chasseurs à cheval de l'Ariège, engagé dans les campagnes militaires d'Allemagne et chevalier de la Légion d'honneur.

Le 25 avril 1788
Naissance à Évreux d'Ambroise Delamarre, membre de la garde nationale domicilié rue de La Rochette, sergent major au 9e régiment de grenadiers à pied et chevalier de la Légion d'honneur.

Vers le 20 mai 1788
Le chapitre annonce que Jean Isidore Blaise Carville, entré à l'âge de sept ans comme enfant de choeur de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux en 1778, restera à la maîtrise jusqu'en octobre 1789. Il en sortira cependant prématurément avec une gratification inhabituelle de 150 livres contre les 100 habituels.

Le 29 mai 1788
Pierre Bertin est nommé maître de musique et des enfants de choeur de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux en remplacement de Julien Mellier. Il reçoit des dédommagements à hauteur de 72 livres pour ses frais de déplacement depuis Poitiers.

Le 17 juin 1788
Le principal du collège d'Évreux est payé 650 livres, le professeur de rhétorique reçoit 300 livres, le professeur de seconde 250 livres, le professeur de troisième 200 livres, le professeur de quatrième 175 livres et le professeur de cinquième 150 livres.

Le 20 juin 1788
Le jeune Alexandre Antoine Victor Lamarche intègre les enfants de choeur de la cathédrale sous la direction du maître de musique Pierre Bertin. Il réintègra le foyer familial à la disparition de la psallette et recevra alors 350 livres de dédommagement par le district d'Évreux.

Le 27 juin 1788
Entré à l'âge de sept ans comme enfant de choeur attaché au chapitre de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux en 1778, Jean Isidore Blaise Carville reçoit six livres pour un probable travail de copie de partition.

Le 30 juin 1788
Deux membres du conseil municipal demandent à l'évêque d'Évreux d'ordonner des prières afin de faire cesser les pluies.

Le 1er juillet 1788
Une procession est organisée à cause des grandes pluies qui mettent en péril les grains.

Le 9 août 1788
Naissance en la paroisse Saint-Léger à Évreux de Jean Baptiste Victor Mélissent, lieutenant d'un bataillon de chasseurs à pied, engagé dans les campagnes militaires de l'Empire et chevalier de la Légion d'honneur.

Le 22 août 1788
Des réclamations sont faites pour rétablir des fabriques de draps qui étaient autrefois nombreuses dans le faubourg Saint-Léger.

Le 27 août 1788
Marchand installé rue Ecuyère à Rouen, M. Franconnet fait paraître une annonce dans Le Journal de Rouen :
« Bon fonds de perruquier, avec sa charge, à Évreux. Le vendeur se propose de céder aussi son secret pour faire des perruques à boucles immortelles, des toupets qui imitent le naturel, & de la pommade, par le moyen de laquelle ils tiennent. »

Le 19 septembre 1788
La municipalité mentionne des contestations entre la milice bourgeoise et la maréchaussée au sujet de la préséance lors de l'inhumation de la duchesse de Bouillon.

Le 29 septembre 1783
Pierre Louis Augustin Desvignes est reçu maître de musique par le chapitre de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux en remplacement de Marie Louis Urbain Cordonnier. Il occupera cette fonction pendant à peine deux ans pour 1 900 livres de gages annuels.

En octobre 1788
Entré comme enfant de choeur de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux à l'âge de sept ans en 1778 et censé resté à la maîtrise jusqu'en octobre 1789, Jean Isidore Blaise Carville en sort prématurément avec une gratification de 150 livres, supérieure aux 100 livres coutumiers.

Le 8 octobre 1788
Un service religieux est ordonné pour le repos de l'âme de la duchesse de Bouillon, décédée le mois précédent.

Le 20 octobre 1788
Il est convenu que le receveur de la fabrique paiera désormais annuellement la somme de 100 livres à Marie Jeanne Adélaïde Dulong, organiste de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux, puis plus tard de l'église Saint-Taurin parfois et possiblement de l'abbaye de Saint-Sauveur.

Le 24 octobre 1788
Entré comme enfant de choeur de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux à l'âge de sept ans en 1778 puis sorti depuis peu, Jean Isidore Blaise Carville est reçu par le chapitre comme habitué surnuméraire.

En novembre 1788
Peu après avoir été reçu, à l'instar de son frère aîné Pierre Augustin quelques mois auparavant, par le chapitre comme enfant de choeur de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux, le jeune François Séraphin Croisac est contraint de retourner dans son foyer, ledit chapitre considérant qu'il n'a « ni voix ni disposition pour la musique ». Son père, le bourgeois Joseph Croisac, recevra tout de même une compensation pécuniaire de 400 livres sur 4 ans.

En novembre 1788
Maître de musique et des enfants de chœur de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux depuis la fin du moi de mai, Pierre Bertin fait savoir qu'il serait bon de recruter un basson. Originaire du Mans et en fonction à Caen, Julien André Louis Chaumier occupera cette fonction dans le corps des musiciens, et déclarera 790 livres de revenus annuel en tant que serpent basson, en 1790.

Le 22 novembre 1788
Un hiver exceptionnellement rigoureux commence avec une neige très abondante.
Le 8 décembre 1788
L'Iton est entièrement gelée à cause d'un froid rigoureux dont les températures chutent jusqu'à -18°C.

Le 22 décembre 1788
Une école gratuite est ouverte dans une salle du couvent des Dominicains pour les jeunes garçons d'Évreux. Une somme de 25 000 livres est placée chez le fabricant de coutil, les intérêts étant affectés à la rémunération des deux instituteurs. L'un des deux sera toutefois condamné pour fabrication de faux assignats de cinq sous.

< avant après>