L'Histoire d'Évreux

673 - 996

L'Histoire d'Évreux où l'on verra, entre autres, que l'évêque Sébar doit accélérer le pas devant celui des guerriers de Rollon.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

673


En 673
Après avoir longtemps combattu, armes en mains, aux frontières du royaume pour le compte du roi des Francs Clotaire II, le vétéran bajocasse Aquilin (Aquilinus) fait voeu de chasteté, puis est élu évêque par le clergé et le peuple d'Évreux (Ebrocas?). Il succède à Éterne (Æternus).
Photo

Statue représentant saint Aquilin d'Évreux
© Theoliane / CC BY-SA 4.0
Voir mentions légales


Vers mai 673
La cité d'Évreux (Ebrocas?) bascule dans un nouveau royaume franc unifié lorsque Childéric II, roi d'Austrasie, absorbe la Neustrie de son frère Thierry III (Theuderic).

689


En 689
Évêque de l'Évrecin (pagus Ebroicinus) depuis une quinzaine d'années, l'ancien homme de guerre Aquilin participe au concile de Rouen (Rodomo) que supervise Ansbert, influent et respecté abbé de Fontenelle devenu évêque.

693


Vers 693
Tandis qu'il perd peu à peu la vue comme il semblait l'avoir demandé dans ses prières pour se détourner de toute concupiscence, l'évêque Aquilin fait construire une chapelle destinée à recueillir sa dépouille. C'est probablement sur ces fondations que sera bâtie l'église paroissiale Saint-Aquilin.

695


Vers 695
Didier (Desiderius) succède pour une quarantaine d'années à Aquilin, ancien homme de guerre, aux fonctions d'évêque de l'Évrecin (pagus Ebroicinus).

Vers la même année (695)
Issu d'une famille aisée de l'Évrecin et ancien étudiant en lettres à Évreux (Ebrocas?), le moine Leufroy fonde l'abbaye de La Croix-Saint-Ouen (actuelle abbaye de la Croix-Saint-Leufroy), et un hospice à la frontière de la Madrie (pagus Madriacencis). Ne l'ayant pas consulté au préalable, il provoque le courroux du pontife ébroïcien.

738


Vers 738
Sur la route qui l'amène vers l'évêque de l'Évrecin (pagus Ebroicinus), le cheval de l'abbé Leufroy tombe raide mort, de façon aussi soudaine qu'inattendue.

Le 21 juin 738
Mort de l'abbé Leufroy, étudiant en lettres à Évreux (Ebrocas?), fondateur et abbé influent de l'abbaye de La Croix-Saint-Ouen ((actuelle abbaye de la Croix-Saint-Leufroy)).
Photo

Détail d'un vitrail de l'église Coeur-Immaculé-de-Marie de Suresnes : "Saint Leufroy dans la solitude"
© Celette / CC BY-SA 4.0
Voir mentions légales

741


Vers 741
Étienne succède à Didier (Desiderius) aux fonctions d'évêque de l'Évrecin (pagus Ebroicinus). Il abandonnerait rapidement au chapitre la juridiction sur ses membres.

757


En 757
Maurin (Maurinus) succède pour une vingtaine d'années à Étienne aux fonctions d'évêque de l'Évrecin (pagus Ebroicinus).

765


En 765
Maurin (Maurinus), évêque de l'Évrecin (pagus Ebroicinus) depuis 757, se rend au Concile d'Attigny (Attiniacus) convoqué par le roi Pépin le Bref, et auquel participent 27 évêques et 17 abbés.
Photo

Palais ou dôme de Charlemagne, à Attigny dans les Ardennes, construit tardivement sur les fondation d'un ancien palais carolingien
© Claudine Lebovic / CC BY-SA 3.0
Voir mentions légales

775


En 775
Les institutions chrétiennes d'Évreux (Ebrocas?) semblent manquer cruellement de prélats.

776


Vers 776
Chapelain de la mère de Charlemagne (Carolus Magnus) et procurateur du commerce du royaume, Gervold (Gerwald) est nommé évêque de l'Évrecin (pagus Ebroicinus) par Charlemagne (Carolus Magnus). Il succède à Maurin (Maurinus).

787


En 787
Gervold (Gerwald) quitte ses fonctions d'évêque et, retrouvant la robe de moine, prend la succession de Witlaïc à l'abbaye de Fontenelle (actuelle abbaye Saint-Wandrille de Fontenelle).
Gravure

Le monastère de Fontenelle et sa transformation, près de mille ans après, dans Matériaux du Monasticon gallicanum de Dom Michel Germain
© BNF-Gallica, Département des manuscrits, Latin 11820 / Matériaux du Monasticon gallicanum de Dom Germain
Domaine public

788


En 788
Nommé par le roi des Francs Charlemagne (Carolus Magnus), Ouen (Audoenus) succède à Gervold (Gerwald) aux fonctions d'évêque de l'Évrecin (pagus Ebroicinus).

800


Le 25 décembre 800
Avec le couronnement à Rome par le pape Léon III de Charlemagne (Carolus Magnus) sous le titre d'empereur gouvernant l'Empire romain d'occident et roi des Francs, le pays d'Évreux (pagus Ebroicinus) relève désormais du vaste empire carolingien.
Photo

Denier du règne de Charlemagne avec les mentions "KAROLVS IMP AVG" et "XPICTIANA RELIGIO"
© BNF-Gallica
Voir mentions légales

801


En 801
L'abbé de Fontenelle Joseph succède pour une quarantaine d'années à Ouen (Audoenus) aux fonctions d'évêque d'Évreux (Dioecesis Ebroicensis).

806


Le 14 juin 806
Mort de Gervold (Gerwald), ancien évêque d'Évreux (Dioecesis Ebroicensis) puis abbé de Fontenelle depuis 788.

822


Vers 822
Militaire fidèle à l'empereur Charlemagne (Carolus Magnus) puis de Louis Ier dit « le Pieux », Winigise de Spolète quitte l'Italie et rejoint un monastère de Francie occidentale où il compte finir ses jours. Il fait étape à Évreux (Ebrocas?).

843


En août 843
Avec le traité fondateur de Verdun (Verduno) qui partage l'empire carolingien en trois entités, la cité d'Évreux (Ebrocas?) relève désormais de la Francie occidentale gouvernée par Charles II dit « le Chauve ».
Photo

Psalterium Caroli Calvi ou Psalterium ad usum monasterii Sancti Dionysii , dit Psautier de Charles le Chauve réalisé par le copiste Liuthard
© BNF-Gallica, Département des Manuscrits, Latin 1152
Voir Domaine public

845


Vers 845
Gombert (Guntbertus) succède pour une vingtaine d'années à Joseph aux fonctions d'évêque d'Évreux (Dioecesis Ebroicensis).

847


En 847
Gombert (Guntbertus), évêque d'Évreux (Dioecesis Ebroicensis), assiste au concile de Paris (Parisios?).

851


Le 21 ou 22 juin 851
Gombert (Guntbertus), évêque d'Évreux (Dioecesis Ebroicensis), fait exhumer le corps de saint Leufroy, jadis étudiant en lettres à Évreux, fondateur puis abbé influent de l'abbaye de La Croix-Saint-Ouen. Sa dépouille avait été profondément enterrée pour éviter toute profanation lors des incursions vikings.

864


En 864
Hilduin (Hilduinus) succède pour six années à Gombert (Guntbertus) aux fonctions d'évêque d'Évreux évêque d'Évreux (Dioecesis Ebroicensis).

Le 25 juin 864
Hilduin (Hilduinus), évêque d'Évreux (Dioecesis Ebroicensis), assiste au concile de Pîtres au cours duquel Charles II dit « le Chauve », roi de Francie occidentale, prend notamment de nouvelles mesures contre les pilleurs normands dont les raids se multiplient.

870


En 870
Sébar succède à Hilduin (Hilduinus) aux fonctions d'évêque d'Évreux (Dioecesis Ebroicensis).

En juin 870
L'évêque Sébar participe à la diète synodale convoquée à Attigny (Attiniacus) par Charles II dit « le Chauve », roi de Francie occidentale.

886


En 886
Alors que des dizaines de milliers d'envahisseurs normands s'attellent à un très long siège de la ville de Paris (Parisios?) que défend le comte Eudes, le jarl Rollon (Hrólfr) envoie des hommes à Évreux (Ebrocas?) pour s'emparer de Sébar. L'évêque, qui leur est faroucheusement opposé, parvient à leur échapper mais la ville est pillée et brûlée en représailles.

892


Vers 892
Jarl des Normands, le conquérant norvégien Rollon (Hrólfr) s'implante durablement en Neustrie et s’empare des deux rives de la Seine, prenant possession des territoires de Bayeux (Baiocas) et d'Évreux (Ebrocas?). Le petit oratoire en bois, bâti sur les instructions de l'évêque Laud (Landulf) à la fin du VIe siècle pour y déposer la dépouille de saint Taurin, évangélisateur historique, est probablement détruit par les conquérants normands.

896


Vers 896
Cerdegaire (Cerdegarius) succède pour dix années à Sébar aux fonctions d'évêque d'Évreux (Dioecesis Ebroicensis).

911


Vers octobre 911
Avec le traité fondateur passé au poste frontière de Saint-Clair-sur-Epte (Sanctus Clarus) entre Rollon (Hrólfr), jarl des Normands, et Charles III dit « le Simple », roi de Francie occidentale, les habitants d'Évreux (Ebrocas?) deviennent des sujets du puissant guerrier viking qui, stratégiquement, s'engage à épouser la foi chrétienne.
Photo

Lieu supposé, mais très incertain, de la signature du traité accordant la Normandie à Rollon
© BNF-Gallica, département Estampes et photographie, EI-13 (2461) / Agence Meurisse
Domaine public

912


En 912
Désormais jarl des Normands de la Seine et maître d'un territoire qui formera à terme la future Normandie, Rollon (Hrólfr) fait donation de la dîme de l'église de Melleville (Merlevilla) aux huit chanoines de l'église cathédrale d'Évreux (Ebrocas?). Cette donation bienvenue permettra d'engager des travaux de reconstruction d'un édifice qu'il avait lui-même fait brûler.

921


En 921
Hugues Ier (Hugo) succède pour une vingtaine d'années à Cerdegaire (Cerdegarius) aux fonctions d'évêque d'Évreux (Dioecesis Ebroicensis).

941


Vers 941
Guiscard ou Gunhard (Gunhardus) succède pour une trentaine d'années à Hugues Ier (Hugo) aux fonctions d'évêque d'Évreux (Dioecesis Ebroicensis).

960


Vers 960
Les corps de saint Mauxe (Maximus) et de saint Vénérand, martyrs des premiers siècles chrétiens, sont mis au jour et précieusement recueillis sous le pontificat de Guiscard ou Gunhard (Gunhardus), évêque d'Évreux (Dioecesis Ebroicensis).

961


En 961
Opposé territorialement à son voisin le comte de Rouen Richard Ier dit « Sans-Peur », le puissant et ambitieux comte de Chartres et de Blois Thibaud Ier s’allie avec Geoffroy Ier d’Anjou et vise le territoire d’Évreux (Ebrocas?).
Photo

Statue de Richard sans Peur sur le socle de la statue du Conquérant, à Falaise
© Michael Shea / CC BY-SA 2.5
Voir mentions légales

962


En 962
L’opposition territoriale avec le comte de Rouen Richard Ier dit « Sans-Peur » ne cesse de s'aggraver au fil des années. Le puissant et ambitieux comte de Chartres et de Blois, Thibaud Ier, conduit une importante armée contre la ville de Rouen (Rodomo?), mais l’échec de son expédition et les représailles brutales des Normands contre Chartres le contraidront à signer un traité, et à abandonner ses prétentions sur le territoire d’Évreux (Ebrocas?).

La même année (962)
Le roi de Francie occidentale Lothar et une armée improbable d'environ 50 000 hommes se présentent devant Évreux (Ebrocas?), dont le possible échevin Guislebert Martel ouvre les portes sans livrer bataille.
Photo

Lothaire, roi des Francs de Neustrie, en Francie occidentale
© Vassil / Wikimedia Commons
Domaine public

967


En 967
Pour se venger des incursions normandes en pays chartrain, Thibaud Ier, puissant et ambitieux comte de Chartres et de Blois pillerait la ville d'Évreux (Ebrocas?).

970


En 970
Gérard ou Gérald (Girardus) succède à Guiscard ou Gunhard (Gunhardus) aux fonctions d'évêque d'Évreux (Dioecesis Ebroicensis).

988


En 988
L'évêque Gérard ou Gérald (Girardus) assiste à la translation des reliques de saint Ouen (Audoenus), évêque d'Évreux de 788 à 800.

989


En 989
L’Évrecin et sa ville principale Évreux (pagus Ebroicinus?) sont érigés en comté par Richard Ier, révocable et exerçant uniquement par délégation.

995


Vers 995
Évreux apparaît sous le toponyme Ebrocas dans Quatre livres d'histoire, ouvrage du moine et historien Richer de Reims.

996


Le 20 novembre 996
Fils du comte de Rouen (Rodomo?) et archevêque de cette même ville depuis environ huit ans, Robert le Danois reçoit le comté d’Évreux (comes Ebroicensis?) à la mort de son père. S’appuyant sur ses deux titres, il parviendra à devenir le personnage politique le plus puissant et le plus influent, après le duc lui-même. En outre, son titre laïc de comte d'Évreux (comes Ebroicensis?) lui permettra de se marier et d'avoir une descendance.
Enluminure

Robert le Danois sur un feuillet enluminé représentant Rollon et ses descendants, dans "Historia Anglorum" de Matthieu Paris
© The British Library, Royal 14 B VI, membrane 5
Voir mentions légales

Après 996
Des travaux de reconstruction sont entrepris à l'emplacement de l'oratoire qui avait été jadis consacré à l'emblématique saint Taurin, mais qu'un raid viking avait détruit une centaine d'années auparavant.

< avant après>