L'Histoire d'Évreux

1260 - 1282

L'Histoire d'Évreux où l'on verra, entre autres, que les porcs de l'évêque d’Évreux ont franchise de passage dans la forêt royale de Conches.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1260


Vers 1260
Pour la modique somme de 60 sous tournois, Luc Le Doux et son épouse Heuline vendent à Raoul de Hauville une rente annuelle de dix sous tournois sur une pièce de terre située au Valesme, situé paroisse Saint-Gilles.

En 1260
La reconstruction du choeur de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux, prendra une cinquantaine d'années, est entreprise dans un style gothique flamboyant.
Photo

Le choeur de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux
© Tango7174 / CC BY-SA 3.0
Voir mentions légales


La même année (1260)
Évêque d'Évreux depuis l'année précédente, Raoul de Grosparmy est envoyé auprès du pape Alexandre IV comme ambassadeur du roi de France Louis IX.

La même année (1260)
Richard III est nommé abbé de Saint-Taurin d'Évreux et succède à Thomas.

En mars 1260
Pour la modique somme de 50 sous tournois, Gauthier de Luhéré vend à l'abbaye de Saint-Taurin une rente de cinq sous tournois à percevoir sur sa maison, sa tenure et l'ensemble de son héritage.

En octobre 1260
Roger La Lance cède à l'abbaye de Saint-Taurin des terres ou des droits qu'il possédait à La Sôgne (actuelle Thomer-la-Sôgne).

En novembre 1260
D'une famille qui semble avoir déjà été en délicatesse avec les autorités ecclésiastiques, Oger Houpequin cède à l'abbaye de Saint-Taurin tout ce qu'il possède pour la somme de 100 livres tournois.

Le même mois (11.1260)
Pour un montant de 62 livres tournois, le chevalier Guillaume de Saint-Luc cède au chapitre d'Évreux la dîme sur le tiers des terres qu'il possédait sur son fief.

En décembre 1260
Moyennant 20 sous parisis, Guillaume Corbot renonce à une rente de deux sous parisis que lui devait l'abbaye de Saint-Taurin sur une grange située à Croisy (actuel Croisy-sur-Eure).

1261


En janvier 1261
Pour 25 sous tournois, Lucas Gaillard et son épouse Mabille cèdent à l'abbaye de Saint-Taurin d'Évreux une pièce située au-delà du village de Saint-Germain (actuel quartier de Navarre).

En février 1261
Robert Martin cède à l'abbaye de Saint-Taurin des biens fonciers qu'il possédait dans la paroisse Saint-Aquilin à Évreux.

En décembre 1261
L'abbaye de Saint-Taurin fait l'acquisition d'une terre et d'une rente foncière que possédait Thomas Roumi à Parville.

Le 17 décembre 1261
Chanoine de Bayeux, trésorier de Saint-Frambourg de Senlis, gardien de Saint-Fursy de Péronne, doyen de Saint-Martin de Tours, garde des sceaux de France et désormais évêque d'Évreux depuis 1259, Raoul de Grosparmy est nommé cardinal d'Albane par le pape Urbain IV.

1262


En 1262
Bénéficiant de dons accordés par le roi Louis IX et de la dîme du Vaudreuil, l'évêque Raoul de Grosparmy fonde la chapelle de la Conception de la Vierge en la cathédrale Notre-Dame d'Évreux.

Le 7 février 1262
Veuve de Jean Le Couturier domiciliée à Caugé, Ermessanende abandonne à l'abbaye de Saint-Taurin d'Évreux, pour un setier de blé, tous ses droits dotaux sur une acre de terre qui avait été vendue par son défunt mari.

En juin 1262
Robert La Pie cède à l'abbaye de Saint-Taurin une partie des masures, terres ou rentes foncières qu'il possédaient du côté de la vigne dite « Sizirote ».

En novembre 1262
Matilde de Beauvoir et son fils Jacques cèdent de nouveau à l'abbaye de Saint-Taurin des terres ou des droits qu'ils possédaient à La Sôgne (actuelle Thomer-la-Sôgne).

Le même mois (11.1262)
Le chevalier Roger de Chanteloup vend pour 60 livres tournois au chapitre cathédral d’Évreux les dîmes dont il était en possession la paroisse de Manthelon (actuel Mesnils-sur-Iton).

1263


En 1263
Le bourgeois ébroïcien Chrétien de Vieilles accorde à l'abbaye de Saint-Taurin une rente de trois setiers de méteil sur deux terres dont il avait la possession.

Le 1er mars 1263
Du village de Garancières qui relève du comté de Montfort, Jean Le Jeune renonce aux deux livrées que l'abbaye de Saint-Taurin lui devait pour cinq sous tournois.

Le 19 mars 1263
Adam Le Lièvre et son épouse Matilde cèdent à l'abbaye de Saint-Taurin des biens fonciers qu'ils possédaient dans la paroisse Saint-Aquilin d'Évreux.

Avant avril 1263
Chanoine de Paris, de Rouen, puis archidiacre de Beauvais, Raoul de Chevry est élu évêque d'Évreux après un arrangement entre le chapitre cathédral et l'abbaye de Saint-Taurin.
Photo

Reproduction du blason de Raoul de Chevry, dans "Recueil de pièces, la plupart en copies ou en extraits, avec des dessins de sceaux et de tombeaux, pour servir à l'histoire des archevêques et des évêques de France", par Roger de Gaignières, 1650-1700
© BNF-Gallica, Département des Manuscrits, Latin 17034
Domaine public


Le 13 avril 1263
Le pape Urbain IV confirme l'élection de Raoul de Chevry, chanoine de Paris, de Rouen, puis archidiacre de Beauvais, à l'évêché d'Évreux qui avait été laissé vacant après le départ de Raoul de Grosparmy.

En juin 1263
Simon de Bernienville cède à l'abbaye de Saint-Taurin d'Évreux des biens fonciers situés paroisse Saint-Aquilin, du côté sud de la ville.

Le 29 juillet 1263
Confirmé par le pape Urbain IV, Raoul de Chevry est sacré évêque d'Évreux à Rouen par l'archevêque Eudes Rigaud.

En novembre 1263
Le coutumier des forêts établit que l'évêque d'Évreux pourra prélever annuellement, dans la forêt royale de Conches (actuelle Conches-en-Ouche), un cerf et un sanglier à la condition qu'il en fournisse les peaux au veneur, ou paye à ce dernier la somme de cinq sous. L'ecclésiastique bénéficiera également du prélèvement d'un chêne et de la franchise de passage pour ses porcs.

1264


En 1264
L'évêque Raoul de Chevry fonde le couvent des Cordeliers.
Photo

Reproduction du sceau de Raoul de Chevry, dans "Recueil de pièces, la plupart en copies ou en extraits, avec des dessins de sceaux et de tombeaux, pour servir à l'histoire des archevêques et des évêques de France", par Roger de Gaignières, 1650-1700
© BNF-Gallica, Département des Manuscrits, Latin 17034
Domaine public


La même année (1264)
Raoul d'Aubusson apparaît comme chanoine d'Évreux. Son blasonnement : est D'or, à la croix ancrée de gueules.

La même année (1264)
L'abbesse et les religieuses de l'abbaye de Saint-Sauveur cèdent la propriété du presbytère au curé de la paroisse Saint-Nicolas.

En janvier 1264
Fille de feu Renoud Loche, Joie cède à l'abbaye de Saint-Taurin une partie des masures, terres ou rentes foncières de la vigne dite « Sizirote ».

Le 15 janvier 1264
Le prévôt de la paroisse du Plessis-Hébert renonce à la livrée annuelle que lui devait l'abbaye de Saint-Taurin.

Le 11 mars 1264
Fils du cuisinier Philippe qui avait lancé une contestation juste avant son décès, Thomas entre en conflit juridique avec l'abbé de Saint-Taurin qui refuse de considérer la fonction de cuisinier comme une charge héréditaire.

En septembre 1264
Engagé contractuellement à rendre trois setiers de blé commun au chapitre d'Évreux, le chevalier Jean de Saint-Luc (?), seigneur de Prey, cède 54 sous tournois et une obole de rente qu'il possédait à Évreux, pour l'acquisition de trois sous tournois de revenus. Le roi Louis IX refusera cependant en 1269 de confirmer cet accord.

1265


En 1265
Évêque d'Évreux depuis 1263, Raoul de Chevry revalide les droits et redevances exigés sur le dixième cerf ou sanglier chassé en forêt d'Évreux.

La même année (1265)
Il est fait mention de la rue Chartraine, portion de la séculaire route de Chartres.

En janvier 1265
Richard Lavrillous cède à l'abbaye de Saint-Taurin sa maison située près du pont Perrin, quatre autres maisons situées rue Vilaine (actuelle rue Georges-Bernard) et toutes les rentes qu'il possèdaient à Évreux et dans ses faubourgs. Il exige en contrepartie d'être hébergé, nourri, vêtu et chaussé jusqu'à sa mort par les bénédictins.

En décembre 1265
Les abbayes de Saint-Taurin, de Saint-Sauveur et l'église Saint-Nicolas trouvent un accord financier sur la partie des revenus dont ces deux dernières disposaient sur la dixième semaine de la vicomté d'Évreux qui revient aux bénédictins.

1266


En 1266
Abbé bénédictin de Saint-Taurin depuis 1260, Richard III confirme la donation que lui avait faite Richard Garennes d'une vigne située à Saint-Marcel.

La même année (1266)
Il est fait mention de la rue des Frères mineurs (partie de l'actuelle rue de la Préfecture).

Le 15 octobre 1266
L'écuyer Simon des Ormeaux et son épouse Isabelle cèdent à l’évêque d’Évreux la huitième partie du fief de haubert qu’ils possédaient entre le pont Perrin et la porte du seigneur de Rabel (actuelle rue du Rabais), au Valesme (actuel Valême) et à Aviron.

En novembre 1266
Le roi de France Louis IX signe une nouvelle charte pour la cathédrale Notre-Dame d’Évreux.

Le 20 novembre 1266
Le chevalier Michel de Hougierville en Caux et son épouse Théophanie cèdent à l'abbaye de Saint-Taurin de nouvelles terres ou des droits qu'ils possédaient à La Sôgne (actuelle Thomer-la-Sôgne).

1267


En 1267
Évêque d'Évreux depuis 1263, Raoul de Chevry demande à Richard III, abbé de Saint-Taurin, de faire l'inventaire des biens de son abbaye conformément à une ordonnance royale.
Photo

Nef de l'église Saint-Taurin d'Évreux
© Urban / Wikimedia Commons
Domaine public


La même année (1267)
Il est fait mention de la rue aux Belles Femmes dans la paroisse Saint-Thomas.

1268


La même année (1268)
Il est fait mention de l'hôtel des Écoles (ostel des Escolles).

Le 22 juillet 1268
Dans un contentieux les opposant à l'évêque d'Évreux, les moines de l'abbaye de Saint-Taurin sont exemptés par le légat Simon de tout service, moyennant la somme rondelette de 200 livres tournois à payer en avance.

1269


Le 28 avril 1269
L'archevêque de Rouen Eudes Rigaud fait une nouvelle visite d'inspection à l'abbaye de Saint-Taurin et s'interroge sur la discipline des 23 moines présents.
Photo

Sceau d'Eudes Rigaud en 1266, archevêque de Rouen dans "Regestrum visitationum archiepiscopi rothomagensis : journal des visites pastorales d'Eude Rigaud, archevêque de Rouen, MCCXLVIII-MCCLXIX"
© BNF-Gallica, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 4-Lk3-530
Domaine public

En juillet 1269
Richard de Vallibus cède à l'abbaye de Saint-Taurin une rente de douze deniers parisis à prendre sur une vigne située à Croisy (actuel Croisy-sur-Eure).

Le même mois (7.1269)
Le bourgeois ébroïcien Robert de Laigle conclut une transaction avec l'abbaye de Saint-Taurin sur des terres à bail du chemin de Pannette (actuelle rue de Pannette), située à l'extrémité méridionale des terres bénédictines.

En novembre 1269
Le roi Louis IX refuse de confirmer l'accord, passé en septembre 1265 entre le chevalier Jean de Saint-Luc, seigneur de Prey, sur les modalités de remboursement de trois setiers de blé commun, et sur l'acquisition de trois sols tournois de revenus par ce dernier auprès du chapitre d'Évreux.

Le 29 novembre 1269
Mort de Raoul de Chevry, chanoine de Paris, chanoine de Rouen, archidiacre de Beauvais et évêque d'Évreux évêque d'Évreux depuis 1263. Il est ensuite inhumé dans l'église du prieuré du Val-Saint-Éloi.

Fin 1269
Ancien trésorier de Saint-Fraimbault de Senlis et chancelier de France, Philippe de Chaourse est sacré évêque d'Évreux. Il succède à feu Raoul de Chevry.
Photo

Piliers nord de la cathédrale
© Philippe / patrimoine-histoire.fr
Avec l'aimable autorisation de Philippe

1270


Vers 1270
Le couvent des Mineurs du faubourg Saint-Denis est entièrement ravagé par un incendie.

En janvier 1270
Guillaume Le Lièvre et son épouse Agnès cèdent à l'abbaye une maison et un enclos qu'il possédaient dans la paroisse Saint-Taurin.

En février 1270
Au crépuscule de son règne, Le roi de France Louis IX signe une charte pour le chapitre d’Évreux, et fait de l'évêque Philippe de Chaourse, ancien chambellan, son exécuteur testamentaire au côté de l'évêque de Paris.

Le 3 juin 1270
Au crépuscule de son règne, le roi de France Louis IX signe une charte sur la régale d’Évreux.

Le 10 août 1270
Mort de la peste à Tunis de Raoul de Grosparmy, chanoine de Bayeux, doyen de Saint-Martin de Tours, légat apostolique, évêque d'Évreux de 1259 à 1263 et cardinal d'Albane.

Le 15 décembre 1270
Moyennant la modique somme de quinze sous tournois, les moines bénédictins de Saint-Taurin font l'acquisition d'une rente de six deniers tournois sur la maison de Jean de Brueria, située paroisse Saint-Léger.
Photo

Denier tournois de deuxième type, frappé sous Louis VIII ou Louis IX
© BNF-Gallica, département Monnaies, médailles et antiques, D 322 (ROY-6297)
Domaine public

1273


Le 8 avril 1273
Le pape Grégoire X rédige une bulle par laquelle il répond aux ouvertures que Pierre de Bernay, chantre de Reims, et Nicolas, trésorier d’Évreux, lui avaient faites au nom du roi de France pour donner la terre du Venaissin à Pierre, comte d’Alençon et de Chartres.

1274


En 1274
D'une famille qui semble avoir déjà été en délicatesse avec les autorités ecclésiastiques, Oger Houpequin est condamné à une amende de 50 livres tournois par l'abbé de Saint-Taurin pour avoir frappé jusqu'au sang Nicolas du Mesnil-Fuguet, portier de ladite abbaye.

Le 12 décembre 1274
Richard de Pont-Hébert accordera désormais à l'abbaye de Saint-Taurin, à la période des vendanges, une rente d'un demi-tonneau de vin de Croisy (actuel Croisy-sur-Eure) selon la mesure de Pacy.

1275


En juillet 1275
Le roi de France Philippe III le Hardi signe une charte pour l’abbaye de Saint-Sauveur et une autre pour le chapitre d’Évreux.

Le 11 décembre 1275
Simon Rhein cède aux bénédictins de Saint-Taurin une maison et un enclos jouxtant l'abbaye du même nom.

1276


En 1276
Renaud de Luzarches occupe probablement la charge de vicomte d'Évreux ou de Verneuil (Verneuil-sur-Avre), équivalent normand du prévôt et responsable d'une subdivision du bailliage.

Le 21 janvier 1276
Un chanoine d’Évreux dépose une requête contre le seigneur d’Emanville.

Le 3 mai 1276
Naissance de Louis d’Évreux, fils du roi de France Philippe III et Marie de Brabant, seigneur des fiefs d'Aubigny, Beaumont (Beaumont-le-Roger), Meulan et Gien, comte d’Évreux (?) et baron d’Étampes de 1298 à 1319, négociateur du traité d’Athis (Athis-Mons) en 1305 et à l'origine de la branche capétienne de la maison d'Évreux-Navarre.

Le 20 novembre 1276
Geoffroy La Feye et son épouse Emmeline cèdent à l'abbaye de Saint-Taurin une maison et son enclos de cette paroisse.

1277


Le 9 juin 1277
Respectivement prieur et procureur à l'hôtel-Dieu d'Évreux, Richard et Robert de Saint-Gilles s'engagent à célébrer quotidiennement une messe à l'adresse du roi, lequel leur accorde en retour 21 livres tournois sur différents revenus du hameau des Baux-Sainte-Croix.

1278


Le 19 janvier 1278
Pour la modique somme de 18 sous tournois, la veuve Anicie Goye cède à l'abbaye de Saint-Taurin une rente de deux sous tournois que lui devait Baudry Le Jeune sur un pré.

1279


En 1279
Les religieuses de l'abbaye de Saint-Sauveur obtiennent de Pierre de Guichainville le droit de détourner à leur profit un des nombreux bras de l'Iton qui traversent la ville.
Photo

Les eaux de l'Iton à hauteur du Moulin de la Planche
© ND / evreux-histoire.com
Libre de droits avec mention du site


En août 1279
Le roi de France Philippe III le Hardi signe une charte pour le chapitre d’Évreux.

1280


En 1280
Évêque d'Évreux depuis 1269, Philippe de Chaourse revalide le droit des évêques de la ville aux successions mobilières des enfants âgés de moins de seize ans.

La même année (1280)
Archidiacre de Rouen, chantre de l'église d'Évreux, conseiller du roi Philippe IV le Bel et propriétaire à Paris, Raoul d’Harcourt fonde le collège d’Harcourt (actuel lycée Saint-Louis) rue de la Harpe, au coeur de Paris. L'établissement est destiné aux écoliers démunis des diocèses de Bayeux, Évreux et Rouen.
Photo

La rue de la Harpe, dans le quartier estudiantin de Paris
© ND / evreux-histoire.com
Libre de droits avec mention du site

1281


Le 13 mars 1281
Pour la modique somme de 95 livres tournois, le clerc Raoul de Wanescrot et son épouse Pétronelle (Petronilla) cèdent huit acres de terre de la paroisse de Claville au chapitre cathédral d’Évreux.

Le 31 mai 1281
L'abbaye de Saint-Taurin fait l'acquisition à Parville d'une terre et d'une rente foncière auprès de Gillebert de Anla et de son épouse Jeanne.

Le 21 Août 1281
Mort de Philippe de Chaourse, clerc du roi de France, trésorier de Saint-Frambaud de Senlis, chancelier de France et évêque d'Évreux depuis 1270. Il est ensuite inhumé dans le choeur de l'église des Dominicains.
Photo

Reproduction d'un vitrail de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux, au milieu de la nef, à la première croisée, du côté de l'épitre, représentant Philippe de Chaourse, dans "Recueil de pièces, la plupart en copies ou en extraits, avec des dessins de sceaux et de tombeaux, pour servir à l'histoire des archevêques et des évêques de France", par Roger de Gaignières, 1650-1700
© BNF-Gallica, Département des Manuscrits, Latin 17034
Domaine public


En octobre 1281
Frère du capitaine Guy d'Auteuil, Nicolas d'Auteuil est élu évêque d'Évreux et succède à feu Philippe de Chaourse.

1282


En 1282
Nicolas d'Auteuil est confirmé par le pape dans ses fonctions d'évêque d'Évreux malgré la nomination d'Eustache de Rouen, qui est finalement transféré à Coutances.

Le 22 mars 1282
Henri d'Angoville et son épouse Laurentie échangent avec les moines bénédictins de l'abbaye de Saint-Taurin une vigne et un pré qu'ils possèdaient paroisse Saint-Thomas, sur le chemin royal, contre une maison de la rue Saint-Sauveur et ses dépendances.

Le 14 mai 1282
L'évêque d'Évreux Nicolas d'Auteuil trouve une issue équitable dans un contentieux financier qui l'opposait aux bénédictins de l'abbaye de Saint-Taurin.
Photo

Figure démoniaque du cloître de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux
© ND / evreux-histoire.com
Libre de droits avec mention du site


Le 21 novembre 1282
Gillebert de Anla et son épouse Jeanne cèdent de nouveau à l'abbaye de Saint-Taurin une terre et une rente foncière à Parville.

Le 30 décembre 1282
Pour la somme de 40 livres tournois, le chevalier Guillaume de Courteilles cède au chapitre cathédral d’Évreux les dîmes qu’il possédait sur plusieurs fiefs, dont celui du Grand-Cuisiney (actuel Breteuil-sur-Iton). Respectivement seigneurs de Tillières (actuelle Tillières-sur-Avre) et de Cintray (actuel Breteuil-sur-Iton), Gilbert et Robert confirment cette transaction.

< avant après>