L'Histoire d'Évreux

1944

L'Histoire d'Evreux depuis le mitraillage des civils ébroïciens René Lafond et Josiane Leleu par l'aviation britannique jusqu'à la mort de l'agent SNCF de la gare d'Evreux Maurice Vincent.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1944


Le 8 ou 12 janvier 1944
René Lafond et Josiane Leleu, deux civils ébroïciens, sont mitraillés par l'aviation britannique sur deux routes différentes.

Le 25 janvier 1944
Respectivement chauffeur et mécanicien de route affectés à la gare d'Evreux, Joseph Marie Flouriot et Henri Leclerc reçoivent, à titre posthume, une médaille de bronze pour leur courage et leur dévouement.

Le 31 janvier 1944
Robert Lanis est nommé inspecteur stagiaire au service des renseignements généraux à Evreux.

Le 6 février 1944
L'Evreux Athletic Club rencontre l'Association sportive de Trouville-Deauville pour la coupe de Normandie de football qui se déroule à Lisieux.

Le 10 février 1944
Des élèves du lycée d'Evreux participent en individuel au championnat d'académie de cross-country qui se déroule à Caen.

Le 27 février 1944
Jean Hue est ordonné prêtre à Evreux.

Le même jour
Les membres du conseil d'administration du syndicat lainier d'Evreux sont solidairement condamnés à un million de francs d'amende pour avoir vendu en dehors de la répartition 86.859 kilos de laine brute. Son directeur, Léon Lauvray, par ailleurs ingénieur agronome, membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure, ancien député de l'Eure et père d'un Résistant, est en outre condamné à une amende d'un montant identique et à une interdiction d'exercer d'une durée de deux ans.

Le 29 février 1944
Juge au tribunal d'Evreux, M. Guerre est nommé à Rouen en Seine-Inférieure.

Le 11 mars 1944
Donnée au musée municipal d'Evreux par le peintre et historien local Léon Coutil, une collection d'objets des âges du bronze et du fer fait l'objet d'un classement au titre du patrimoine mobilier.

Le 15 mars 1944
Ancien médecin-chef à « l'asile d'aliénés » de Navarre, le professeur Bessières relate au quotidien Le Matin sa rencontre en 1920 avec le docteur Petiot, célèbre tueur en série.

Le 23 mars 1944
Respectivement surveillant et stagiaire à la maison d'arrêt d'Alençon, André Capillon et André-Joseph Martin sont affectés à l'annexe de la maison d'arrêt d'Evreux.

Le 25 mars 1944
Juge suppléant rétribué du ressort de la cour d'appel de Rouen, M. Caron est nommé juge de deuxième classe au tribunal de première instance d'Evreux en remplacement de M. Letreguilly, muté à Domfront dans l'Orne.

Le 2 avril 1944
L'Evreux Athletic Club bat l'équipe de Honfleur par 3 à 2 en critérium de Normandie de football qui se tient à Bernay.

Le 3 avril 1944
Un arrêté ministériel met fin au mandat en cours des membres de la chambre de commerce d’Evreux et y fait entrer de nouveaux profils dont René François Morel, négociant en alimentation dans cette même ville, et Bernard du Pouget, directeur général des usines métallurgistes de Navarre.

Le 10 avril 1944
Roger Rioland remporte la course cycliste Paris-Evreux devant André Mahé et Jean Baldassari.

Le 16 avril 1944
L'Evreux Athletic Club bat par 3 à 1 le Groupe sportif de Canteleu à Louviers en critérium de Normandie de football.

Le 22 avril 1944
Procureur de la République à Carpentras, M. Fortout est muté sur sa demande à Evreux en remplacement de M. Touffait, nommé au tribunal de première instance de la Seine.

Le 2 mai 1944
Il est désormais confié au bibliothécaire en chef de la bibliothèque municipale de Rouen la tâche de contrôler celle d'Evreux.

Le 5 mai 1944
La finale du critérium de Normandie de football oppose, à 15 heures, l'Evreux Athletic Club au Stade Saint-Lois de Saint-Lô, à Venoix dans le Calvados.

Le 14 mai 1944
De retour d'un voyage officiel à Rouen, le maréchal Pétain fait halte à Evreux, rencontre longuement plusieurs responsables civils et religieux, puis déjeune au domicile privé du préfet Le Gonic.

Vers le 18 mai 1944
Ancien élève du lycée Saint-François-de-Sales à Evreux, l'évrivain Robert Viel reçoit le prix Balzac et une enveloppe d'un montant de 25.000 francs pour son roman Le Marais s'étendait vers l'Est.
voir partie icono >

Le 18 mai 1944
Un convoi de side-cars pilotés par des gendarmes français est mitraillé par l'aviation alliée à la sortie d'Evreux, blessant les brigadiers Mahé et Dumas.

Le 19 mai 1944
Professeur d'histoire-géographie au lycée technique d'Evreux et Résistant du mouvement Vengeance, Louis Maury est arrêté par la Gestapo sur dénonciation.

Le 20 mai 1944
Résistant natif d'Evreux, André Biaux est arrêté sur son lieu de travail après avoir été dénoncé à la Gestapo.

Le 21 mai 1944
Mort en déportation à Buchenwald en Allemagne de l'Ebroïcien Lucien Le Joncour.

Le 22 mai 1944
Instituteur et Résistant du mouvement Vengeance, Henri Chauvin est arrêté sur dénonciation par la Gestapo.

Le même jour
Conducteur à la Société nationale des chemins de fer français, Auguste Gac meurt d'un accident du travail en gare d'Evreux.

Le 26 mai 1944
Obsèques en l'église Saint-Jacques à Lisieux d'Auguste Gac, conducteur à la Société nationale des chemins de fer français accidentellement tué en gare d'Evreux, quatre jours auparavant.

Le 2 juin 1944
De retour du bombardement nocturne de la gare de Trappes, un bombardier britannique de la Royal Air Force est pris pour cible au-dessus d'Evreux par un chasseur allemand.
voir partie icono >

Le 4 juin 1944
Trois individus armés enlèvent à leur domicile deux débitants ébroïciens et leur fils puis les conduisent vers les champs où les parents sont exécutés. Le père est tué tandis que La mère est grièvement blessée.

Le 7 juin 1944
Mort de Robert Jarry, victime civile de guerre et agent SNCF originaire d'Evreux.

Le 11 juin 1944
Une escadrille alliée de 329 appareils, composée de 225 Lancasters, 86 Halifax et 18 Mosquitos, quittent leur aérodrome pour se diriger sur leurs cibles respectives : Evreux, la gare de Massy-Palaiseau, Nantes et Tours.

Le même jour
Dans un fracas assourdissant, le quartier de la gare est bombardé par l'aviation alliée tandis que l'aérodrome est la cible de 65 bombes de forte puissance.

Le 12 juin 1944
Les bombardements aériens alliés continuent sur Evreux : le quartier de La Madeleine est rasé, le collège Saint-François-de-Sales fortement endommagé, les rues de Paris, du Capitaine-Herriot, Jean Jaurès, du Remblai, et de Pannette sont ravagées.

Le même jour
Le bombardement allié sur Evreux fait de très nombreuses victimes civiles dont Ernestine Adine, Edith Emilienne Marie Allais, Maria Hélène Célestine Appert, Maurice Albert André Barbier, Françoise Baret, Christian Leslie Cyrille Charles Barraud, Claude Alfred Emile Beauné, Reine Léontine Benoit, Alphonsine Marie Bercheux, Léon Désiré Billon, Yvonne Birot, Alice Louise Arthémise Bisson, Jacques Charles Marie Blaizot, Luc Jean-Pierre Charles Blaizot, Marie Elisabeth Louise Marguerite Blaizot, Anaïs Marie Denise Boigues, François Marie Laurent Boigues, Laurence Marie Boigues, Patrice Marie Antoine Boigues, Gabrielle Charlotte Bonnamy, Bertheline Bonnemain, Bernadette Eliane Désirée Boucher, Désiré Auguste Albert Boucher, Marie Isope Boucher, Auguste Emile Boulestreau, Jean Léon Gabriel Bourdin, Louis Marcel Bourge, Lucien Victor Bouteiller, Marie Joseph Françoise Bouvrais, Victorine Breton, Paul Bridier, Joseph Buglet, Françoise Henriette Germaine Buquet, Marcel Gaston Buquet, Hélène Marie Cantillon, Claude Henri Hippolyte Armand Caplan, Denis Henri Caplan, Hélène Gabrielle Cathier, Maurice Georges Jean Chamonin, Valérie Chedozeau, Joséphine Cobac, Mathurin Marie Ange Corbel, Francis Cravilly, Kléber Modeste Curé, Jeanne Berthe Danloux-Dumesnils, Marie Gustave André de Font-Réaulx, Raphaël Marie Joseph Xavier de Maistre, Yolande Berthe Joséphine Denoual, Isamand Disma, Pierre Armand François Dodin, Angéline Isidorine Alice Drouet, Fernande Louise Emilienne Appoline Drouet, Léontine Blanche Dubos, Edith Thérèse Renée Duclos, Adolphe Victor Dupont, Alice Yvonne Marie Etès, Berthe Jenny Férière, François Hippolyte Flavignard, Louis Léon Fonnard, Jean-Baptiste Paul Franger, Irmine Marthe Joséphine Gachod, Pierre Marie Gandin, René Jean Garnotel, Claude Emile Armand Gelly, Marcel Gohory, Madeleine Julia Grare, Isabelle Marie Laure Gronnier, Marie Groult, Bernard René Georges Guérin, Georges Guérin, Pierrette Madeleine Elizabeth Guérin, Ernestine Victoire Joséphine Guernon, Albert Joseph Guillaume, Antonin Guillaume, Jeannine Christiane Madeleine Guillaume, Emile Louis Robert Habert, Gustave Emile Joseph Hamel, Gustave Alexandre Théodule Hardouin, Clémence Hauchecorne, Renée Désirée Valentine Hélot, Marie Joséphine Hersent, Augustine Berthe Victorine Gabrielle Jouenne, Victor François Marie Jouenne, Elisabeth Marthe Kerro, Marie Kieffer, Odette Victorine Augustine Labbé, Marguerite Marie Thérèse Lamiable, Pierre Emile Lancelin, Marie Louise Lasseur, Anne Marie Le Roux, Lucien Siméon Lebel, Lucienne Henriette Fernande Lebel, Madeleine Louise Augustine Leblond, Ludovic Cyrille Lecompte, Marie Lefebvre, Jean François Adrien Lherminier, Monique Loiseleur, Odette Renée Loiseleur, Pierre René Loiseleur, Geneviève Pierrette Renée Maigne, Marcel Marie Malégol, Marie Margondard, Michel Joseph Mertens, Bernard Marie Michel Millais, Jean Marie Louis Millais, Marie Angéline Mordret, Marie Juliette Moreau, Marie Louise Morin, Rachel Félicie Louise Moulin, Pauline Naud, Marie Augustine Angèle Oman, André Jules Louis Orème, Jean Claude Michel André Orème, Augustine Félicité Louise Pacilly, Louise Parisse, Albert Pauleau, Jacques Pauleau, Lucienne Pellerin, Gisèle Pézard, Monique Pézard, Angéline Pougeolles, Angèle Prévost, Maurice Marcel Quétel, Rose Suzanne Elizabeth Quétel, Joséphine Louise Marie Raulot, Félix Pierre Eugène Raveleau, François Joseph Riou, Marguerite Odette Robin, Hélène Jeanne Rosset, Yvonne Madeleine Rosset, Gilbert Rousseaux, Cécile Madeleine Emma Sanier, Marie Saussaye, Joséphine Scouarnec, Gustave Souché, Jacqueline Henri Souché, André Marcel Tessier, Maurice André Thomasse, Marie Elia Tournié, Jean-Claude Tristan, Pierre Tristan, Emile Célestine Verstavel, Eglantine Henriette Elise Vilain, Armantine Marthe Angélique Voyer et Jeanne Wolff.
voir partie icono >

Le 13 juin 1944
Mort de Marie Delphine Boucher, victime civile ébroïcienne du bombardement allié de la veille.

Le même jour
Mort de Marcel Albert Rosset, victime civile ébroïcienne du bombardement allié de la veille.

Le 14 juin 1944
Mort de Pierre Guérin, victime civile ébroïcienne du bombardement allié de l'avant-veille.

Vers le 15 juin 1944
Sa maison ayant été détruite dans le récent bombardement allié, le pasteur Emile Dallière confie Philippe A., jeune juif de 6 ans qu'il cache depuis le printemps 1943, à Marie Bailly.

Vers le même jour
L'avion de James D. Mason, lieutenant au 354e Fighter Group, est abattu au-dessus de la forêt d'Evreux.

Vers le même jour
Les aviateurs français Pierre Clostermann et Jacques Remlinger survolent Evreux pour bombarder la base allemande de Saint-André-de-l'Eure.
voir partie icono >

Le 16 juin 1944
Mort de Denise Lacroix, victime civile ébroïcienne du bombardement allié du 12 précédent.

Le même jour
Mort de Marie Métairie, victime civile ébroïcienne du bombardement allié du 12 précédent.

Le 17 juin 1944
Mort d'Albertine Clémentine Georgette Blondel, Ebroïcienne et victime civile du bombardement allié du 12 précédent.

Le même jour
Mort de Marcel Truchon, agent SNCF probablement en poste à la gare d'Evreux et victime civile de guerre.

Le 20 juin 1944
Mort de Jeanne Marie Juliette Monniot, Ebroïcienne et victime civile du bombardement allié du 12 précédent.

Le 21 juin 1944
Mort de Robert Emile Fernand Paul Drouet, Ebroïcien et victime civile du bombardement allié du 12 précédent.

Le 23 juin 1944
Le bombardement allié sur Evreux est brièvement présenté dans France-Actualités, journal d'informations projeté dans les salles de cinéma.

Le 24 juin 1944
Mort de Louis Legrand, victime civile ébroïcienne de guerre.

Fin juin 1944
Employés de M. Duchesne, marchand de bois à Evreux, les jeunes Missonier et Morin sont abattus par deux hommes cagoulés.

En juillet 1944
Résistant du mouvement Vengeance, Charles Bonnard assure la liaison du courrier entre Evreux et Paris.

Le même mois
Résistant du mouvement Vengeance, Emile Gillet participe à une opération de sabotage des câbles de la Luftwaffe dans la forêt d'Evreux.

Le 15 juillet 1944
Trois résistants natifs d'Evreux se trouvent dans un train au départ de Compiègne avec pour funeste destination les camps de concentration de l'Allemagne nazie : René Dauplay, Maurice Legoux et le jeune André Biaux.

Le 17 juillet 1944
L'avion de Billie Dowe Harris, 1er lieutenant au 354e Fighter Group, est abattu au-dessus de la forêt d'Evreux puis s'écrase sur le territoire de la commune des Ventes.
voir partie icono >

Le 21 juillet 1944
Mort de Pierre Lefrançois, victime civile ébroïcienne de guerre.

Le 23 juillet 1944
Mort de Blanche Laurent, victime civile ébroïcienne de guerre.

Le 24 juillet 1944
Trente-quatre nouveaux cadavres sont trouvés dans les décombres, ce qui élève le bilan à 179 civils tués par le dernier bombardement anglo-américain.

Le 25 juillet 1944
Mort de Gaston Etienne Victor Ecker, victime civile ébroïcienne de guerre.

Le 26 juillet 1944
Mort aux Baux-de-Breteuil dans l’Eure de Louis Albert Alexandre Bariau, natif d’Evreux victime des bombardements.

Le 28 juillet 1944
Agent du réseau Turma-Vengeance arrêté en octobre 1943, l'Ebroïcien Bernard Jean Lauvray est transféré sous le matricule 39470 de Compiègne au camp de Neuengamme en Allemagne.

Le même jour
Respectivement ministre secrétaire d’Etat à la Production industrielle et aux Communications, et ministre secrétaire d’Etat au Travail et à la Solidarité nationale, Jean Bichelonne et Marcel Béat posent les statuts du Syndicat unique des employés et techniciens de la famille de la production des métaux de la localité d’Evreux. Georges Brémont, Georges Couronne, Edmond Delorme, André Garnier, Renée Huet, Robert Lesueur, Marcel Moreau, Alphonse Renard et Robert Vassal sont désignés membres du conseil d’administration.

Le 7 août 1944
Le quotidien Paris-Soir publie en première page un long article racontant comment, chaque soir depuis deux mois, près de 3.000 habitants d'Evreux se réfugient chaque soir dans les grottes aménagées de la côte Saint-Michel pour échapper aux bombardements alliés. Aménagées par la municipalité, certaines de ces grottes peuvent contenir jusqu'à 250 personnes et sont équipés de matériel de cuisine.

Le 10 août 1944
Partie d'Evreux, une délégation de la Croix-Rouge est mitraillée à la sortie de Pont-L'Evêque dans le Calvados par un avion de chasse américain qui fait plusieurs victimes dont Monique Carlini, assistance sociale, infirmière et membre de la défense passive de l'Eure.

Le 11 août 1944
Commissaire de troisième classe, Adrien Poumarède est promu à la deuxième classe et muté au service de la sécurité publique à Evreux.

Le 14 août 1944
Les SS allemands lancent une attaque contre des Résistants qui ont installé leur PC et l'émetteur radio au domicile de la veuve Lannesval aux Ventes, en bordure de la forêt d'Evreux. La vieille femme et Gaston Levrette, franc-tireur parisien, sont capturés.

Le même jour
Le civil ébroïcien Roger Salaun et son fils Yann sont tués vers 16h30 lors du bombardement de la côte Henri Monduit.
voir partie icono >

Le 16 août 1944
Arrêté le 14 précédent par les SS allemands, puis torturé, le Résistant Gaston Levrette est enterré vivant en forêt d'Evreux, près des Ventes.

Le même jour
Arrêtée le 14 précédent par les SS allemands, puis torturée, Alberte Lannesval est pendue chez elle puis son corps est mitraillé. Les Allemands dynamitent ensuite la ferme et brûlent les dépendances.

Le 17 août 1944
Apprenant qu'il a été dénoncé, le Résistant ébroïcien René Leprévost se réfugie dans une grotte de la forêt.

Le 19 août 1944
Dénoncés par l'agent de police Dubois, les résistants Louis Maury et Jules Overlack, du mouvement Vengeance, sont arrêtés et conduits à la prison d'Evreux.

Le 21 août 1944
Mort pour la France de Paul Decker, membre des Forces françaises de l'intérieur et probablement domicilié à Evreux.

Le 22 août 1644
Habitant de Saint-André-de-l’Eure âgé de 16 ans, Pierre Bertin est chargé par l’armée américaine qui se trouve aux portes d’Evreux de délivrer un courrier au maire Raymond Thierry pour le prévenir de la libération imminente de la ville et des mesures urgentes à prendre afin d'éviter tout nouveau bombardement.

Le même jour
Bien que blessé par l'explosion d'une mine au passage de leur véhicule, Georges Bernard et d'autres résistants vont au devant des troupes américaines pour leur annoncer que les Allemands ont déjà quitté la ville et qu'il est inutile de la bombarder une nouvelle fois.

Le même jour
Le préfet Eugène Louis François Le Gouic est démis de ses fonctions par Edmond Cornu, son secrétaire général qui est également délégué départemental du Noyautage des Administrations Publiques.

Le même jour
Edmond Cornu succède à la préfecture de l'Eure à Eugène Louis François Le Gouic, radié par les autorités de la France libre.

Le 23 août 1944
Aux environ de sept heures du matin, le 3e bataillon du 117e régiment d’infanterie américain, avec à sa tête le le lieutenant John Prejean, entre dans Evreux par Gravigny, aidé par des éléments des Forces françaises de l’Intérieur qui leur fournissent les informations nécessaires sur la situation des Allemands de la ville.

Le même jour
Précédé par un détachement conduit par le lieutenant John Prejean, les troupes américaines du général Hobbs, accompagnées de quelques éléments des Forces françaises libres, entrent dans Evreux la rue de La Rochette.

Le même jour
Aux alentours de huit heures du matin, trois chars et une jeep américains stationnent sur la place du Grand-Carrefour et sont rapidement entourés par des Ebroïciens en liesse.

Le même jour
A neuf heures, l’archiviste eurois Marcel Baudot, connu dans la Résistance sous le nom de commandant Breteuil, dirige un détachement des Forces françaises de l’Intérieur et des forces de police vers la cour de la préfecture de l’Eure où le drapeau français doit être hissé.

Le même jour
Mort d'Henri Herny, Ebroïcien et victime civile de guerre.

Le même jour
Mort de Roland Simion, Ebroïcien et victime civile de guerre.

En septembre 1944
Le gaulliste Georges Bernard est maire d'Evreux.
voir partie icono >

Le même mois
Formation du 4e bataillon de marche de Normandie au quartier Tilly.

Le même mois
Le terrain et les installations de l'Evreux Athletic Club sortent dévastés des bombardements et MM. Groult, Letourneur, Daverton et Brousse, joueurs de l'équipe de basket-ball, sont déclarés sinistrés par l'administration compétente. De la Jeanne d'Arc d'Evreux, la joueuse de basket-ball Yvonne Lachapelle est quant à elle déclarée sinistrée totale et blessée.

Le 7 septembre 1944
Mort pour la France à Colmey en Meurthe-et-Moselle de Jean-Pierre Pineau, officier des Forces françaises combattantes de l'Intérieur et probablement originaire d'Evreux.

Le 12 septembre 1944
Substitut du procureur de la République auprès du tribunal de première instance d'Evreux, M. Vassogne est muté au tribunal de première instance de la Seine.

Le 5 octobre 1944
Dans le cadre de l’expropriation des biens ennemis, appuyée par le ministère de la Justice, le tribunal civil d’Evreux place sous séquestre les biens, droits et intérêts appartenant à la société allemande des manteaux Klepper dont le siège se trouve faubourg Saint-Honoré à Paris mais relève de l’arrondissement judiciaire d’Evreux.

Le même jour
Dans le cadre de l’expropriation des biens ennemis, appuyée par le ministère de la Justice, le tribunal civil d’Evreux place sous séquestre les biens, droits et intérêts appartenant à un certain Karl Funk, ressortissant allemand domicilié à Conches-en-Ouches.

Le même jour
Dans le cadre de l’expropriation des biens ennemis, appuyée par le ministère de la Justice, le tribunal civil d’Evreux place sous séquestre les biens, droits et intérêts appartenant à la société allemande O.T.A Schlessiche Schuhwerke A.G dont le siège est à Ostmuth mais relève de l'arrondissement judiciaire d'Evreux.

Le 8 octobre 1944
En déplacement dans les villes normandes durement touchées par les bombardements, le général de Gaulle est reçu à l’hôtel de ville d’Evreux par le nouveau maire Georges Bernard, le nouveau préfet Edmond Cornu et Pierre Mendès-France, ministre de l’Economie nationale. Depuis le balcon de l’édifice, il lance à une foule considérable :
Comme je suis ému et impressionné de l’accueil magnifique que me fait Evreux. Ici, comme partout, nous nous sentons ensemble, frères et soeurs, fils et filles d’une même patrie.

Le même jour
Ouverture du livre d'or de la ville, toujours utilisé de nos jours et conservé dans le bureau du maire.

Le 15 octobre 1944
Crème bergère, bouchées à la Reine, langue bordelaise, bénédiction de Navarre, poulets farcis rôtis, petits pois à la française, quelques feuilles à l'huile, snob au chocolat, corbeille de fruits, desserts et glace à l'orange constituent le déjeuner de première communion à Evreux de Jacqueline Saugrain.

En novembre 1944
L'architecte et urbaniste parisien Pierre-Henri Bailleau est nommé architecte en chef de la reconstruction de la ville.

Le 17 novembre 1944
Mort à Dijon en Côte-d'Or des suites de blessures reçues au combat de Jacques Pierre Henri Lambert, chef de bataillon au 2e régiment de dragons et probablement originaire d'Evreux.

Le 20 novembre 1944
Marius Minel est nommé surveillant chef de la maison d'arrêt d'Evreux par décret du ministre de la Justice Pierre-Henri Teitgen.

Le 23 novembre 1944
Avec pour équipage le maréchal des logis Gélis, le brigadier Baleyte et les cuirassiers Mounier, Trefalt et Fino, le char d'assaut Evreux saute sur une mine à Mommenheim sans subir de dommages importants, puis continue sa route vers Strasbourg avec la 2e division blindée française du général Leclerc.

Le 24 novembre 1944
L'agent de police Dubois est condamné à mort par le tribunal spécial d'Evreux pour dénonciations à l'ennemi.

Le 25 novembre 1944
Mort de Maurice Vincent, agent SNCF de la gare d'Evreux et victime civile de guerre.

Le même jour
Dans le cadre de l’expropriation des biens ennemis, appuyée par le ministère de la Justice, le tribunal civil d’Evreux place sous séquestre les biens, droits et intérêts appartenant à l'organisation Todt, et désigne administrateur le directeur de l'enregistrement, des domaines et du timbre du département de l'Eure.

Le même jour
Dans le cadre de l’expropriation des biens ennemis, appuyée par le ministère de la Justice, le tribunal civil d’Evreux place sous séquestre les biens, droits et intérêts appartenant à Jean Br[...]n, hôtelier domicilié à Evreux reconnu coupable de collaboration avec l'ennemi.

Le 26 novembre 1944
Dans le cadre de l’expropriation des biens ennemis, appuyée par le ministère de la Justice, le tribunal civil d’Evreux place sous séquestre les biens, droits et intérêts appartenant aux sociétés allemandes Oscar Baumann et Treichtunestall Büro qui relevaient, jusqu'à la libération du territoire, de l'arrondissement judiciaire d'Evreux.

Le 29 novembre 1944
Dans le cadre de l’expropriation des biens ennemis, appuyée par le ministère de la Justice, le tribunal civil d’Evreux place sous séquestre les biens, droits et intérêts appartenant à Paul Gi[...]s, domicilié à Pont-Audemer et reconnu coupable de collaboration avec l'ennemi.

Fin novembre 1944
La préfecture de l'Eure enregistre la déclaration de création du Groupe Paul-Lemée, association dont le siège est fixé 33 rue Saint-Sauveur à Evreux et dont l'objet est de construire des modèles réduits d'avions et de pratiquer les sports aériens.

Le 16 décembre 1944
Ingénieur en chef des ponts et chaussées mis à la disposition du ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, M. Lizée réintègre les services des travaux publics et des transports d'Evreux.

Le 30 décembre 1944
Dans le cadre de l’expropriation des biens ennemis, appuyée par le ministère de la Justice, le tribunal civil d’Evreux place sous séquestre les biens, droits et intérêts appartenant aux périodiques La Vallée de l'Eure et L'Industriel de Louviers, et désigne administrateur le directeur de l'enregistrement, des domaines et du timbre du département de l'Eure.

Le même jour
Dans le cadre de l’expropriation des biens ennemis, appuyée par le ministère de la Justice, le tribunal civil d’Evreux place sous séquestre les biens, droits et intérêts appartenant les entreprises de presse Journal des Andelys, Journal d'Evreux et Journal de Vernon, et désigne administrateur le directeur de l'enregistrement, des domaines et du timbre du département de l'Eure.

< avant après>