L'Histoire d'Évreux

1906

L'Histoire d'Evreux depuis la nomination du juge Méret au tribunal civil d'Evreux jusqu'au décompte annuel des sommes versées par la Société des courses d'Evreux.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1906


En 1906
La commune d'Evreux compte 18.971 habitants.

La même année
Au cours d’une réunion corporatiste se tenant à Evreux, un sous-agent local des Postes, Télégraphes et Téléphones considère qu’il est inadmissible que le facteur rural et le facteur de ville bénéficient de la même base salariale, la charge de travail du second étant moins pénible à ses yeux, particulièrement à Paris.

La même année
L'équipe de rugby du lycée d'Evreux est championne scolaire de Normandie.

La même année
Roger Anchel est nommé directeur des Archives départementales de l'Eure en remplacement de Georges Besnier.

La même année
L'église de Navarre est confisquée par suite de la loi de séparation des Eglises et de l'Etat, votée l'année précédente.
voir partie icono >

La même année
Les travaux de construction de la nouvelle prison cellulaire d'Evreux commencent.

Le 22 janvier 1906
Juge d'instruction à Limoux, M. Méret est nommé aux mêmes fonctions à Evreux tandis que M. Thubeuf, juge de cette dernière ville, est nommé président à Bernay.

Le 29 janvier 1906
Chassé par le marquis de Chambray, un cerf débouche de la forêt d'Evreux puis se retrouve jusqu'au quartier de Navarre où il est abattu près d'un lavoir devant des lessivières effrayées.

Le 1er février 1906
Clôture des inscriptions au concours de la Société des amis des arts du département de l'Eure sur la réalisation d'une carte de sociétaire et d'un en-tête de lettres.

Le 2 février 1906
Naissance à Evreux de Pierre Jean Vidal, résistant des Forces françaises de l'intérieur.

Le 16 février 1906
Paul Buisson prend ses fonctions de concierge du tribunal civil d'Evreux qu'il occupera jusqu'au 1er janvier 1932.

Le 23 février 1906
La municipalité accepte le don de 1.000 francs de Clément Bellais qu'il avait voulu lors de la cession de son terrain de 7 500 m² pour permettre de prolonger la rue Saint-Jean, future rue de l'Ardèche, au-delà de la rue de Pannette.

Le même jour
Un militaire d'Evreux, déserteur, est arrêté à Maisons-Alfort pour plusieurs cambriolages commis dans cette commune et qui devaient lui servir à financer sa fuite en Belgique.

Le 26 février 1906
Parti de Suresnes, le Petit critérium de voiturettes et tri-cars fait une halte d'environ une heure à Evreux pour déjeuner.

En mars 1906
Le gendarme Referveille est tué de deux coups de revolver à Evreux lorsqu'il tente d'appréhender le cambrioleur d'une bijouterie.

Le 14 mars 1906
Arrêté en gare Saint-Lazare et recherché pour le meurtre du gendarme Referveuille, un certain Jacqueron est conduit de Paris à la prison d'Evreux.

Le même jour
Venu récemment d'Yvetot et muté à la prison d'Evreux, le gardien-chef Mage est trouvé mort dans le local de l'anthropométrie.

Le 18 mars 1906
Conservateur du musée d'Evreux, Alphonse Chassant est nommé président honoraire de la Société des amis des arts du département de l'Eure.

Le 25 mars 1906
Président du syndicat agricole de l’arrondissement d’Evreux, Joseph L'Hopital est élu président de la Société libre de l’Eure et succède à Albert Sorel.

Le 26 mars 1906
La souscription des ouvriers des usines de Navarre pour l'aide aux victimes de la catastrophe de Courrières s'élève à 866 francs.
voir partie icono >

Le 28 mars 1906
Mort à Evreux d'Arthur-Pierre Gélin, curé-doyen de l'église Saint-Taurin et chanoine honoraire du diocèse.

Le 29 mars 1906
Une convention est signée entre le préfet de l’Eure et le président de la chambre de commerce d’Evreux dans le cadre du financement de l’établissement de plusieurs réseaux et circuits, dont celui de Gravigny-Evreux et La Madeleine-Evreux.

Le 30 mars 1906
Mort à Evreux d'Alfred Letellier-Pétel, ancien conseiller de préfecture, ancien clerc de notaire et membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure.

Le 5 avril 1906
Directeur de l'enregistrement à Evreux, M. de La Morte-Félines est admis à la retraite tandis que M. Guilbet le remplace.

Le 8 avril 1906
Mandaté par la commission des ordinaires de la caserne Amey, le pharmacien chimiste Henri Lemeland constate que cinq des huit échantillons de haricots en boîte qu'il a dû analyser sont hautement toxiques.

Le 14 avril 1906
Une convention relative au financement de l'établissement de circuits téléphoniques entre Evreux-Paris et Evreux-Bernay est signée entre le préfet de l'Eure et le président de la chambre de commerce d'Evreux.

Le 21 avril 1906
Périodique sarcastique, la Revue comique normande ironise sur la candidature jugée opportuniste d'un candidat aux élections législatives du mois de mai :
M. Frédéric Clément occupait ses loisirs à écrire (...) lorsque le comité de l'Alliance progressiste de Paris qui s'inquiétait d'expédier en province de jeunes arrivistes à la recherche d'un siège de député lui proposa de choisir entre Provins et Evreux.

Le 27 avril 1906
Le jour où de nombreux militaires d'Evreux sont acheminés par train vers Paris, des anarchistes font exploser une bombe sur le tablier du viaduc d'Argenteuil sans qu'il soit possible d'établir un lien.

Le même jour
Sur le rapport du ministre du Commerce, de l’Industrie et du Travail, le président de la République Armand Faillères autorise la chambre de commerce d’Evreux à mettre à disposition du département une avance remboursable de 24.240 francs pour permettre l’établissement de plusieurs réseaux et circuits téléphoniques, dont ceux de Gravigny-Evreux et La Madeleine-Evreux.

Le 1er mai 1906
A l'occasion de la fête du 1er mai à Paris, un bataillon de la garnison d'Evreux vient renforcer les très importantes forces de sécurité de la capitale afin de « prévenir les attentats éventuels contre la vie des citoyens et leurs demeures ».

Le 6 mai 1906
Abel Lefèvre est réélu dès le premier tour pour un deuxième mandat de député de la première circonscription d'Evreux.

Le même jour
Louis-Modeste Leroy est réélu dès le premier tour pour un quatrième mandat de député de la seconde circonscription d'Evreux avec 7.924 voix obtenues.

Le 12 mai 1906
Mort de Louis-Eugène Picard, agent-voyer cantonal à Evreux.

Le 22 mai 1906
Mort à Evreux d'Alfred Lucien Dubois, professeur de musique, directeur de la Société symphonique d'Evreux, officier d'académie et membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure.

Le 28 mai 1906
Un décret porte de trois à quatre le nombre des juges titulaires ainsi que des juges suppléants au tribunal de commerce d'Evreux.

En juin 1906
Paul Léon Hyérard succède à Dominique Antoine Deverini-Vico à la préfecture de l'Eure.

Le 9 juin 1906
Sur le rapport du ministre du Commerce, de l'Industrie et du Travail, le président de la République Armand Fallières autorise par décret la chambre de commerce d'Evreux à mettre à la disposition du département de l'Eure la somme de 76.980 francs pour l'établissement de circuits téléphoniques entre Evreux-Paris et Evreux-Bernay, ainsi qu'à emprunter la même somme à ces fins.

Le 11 juin 1906
Directeur de l'établissement d'Evreux, M. Deverre est nommé à la succursale de la Banque de France de Saint-Brieuc, tandis qu'il est remplacé par M. Lajoux.

Le 29 juin 1906
Mort de M. Quid'beuf, secrétaire de direction à « l'asile aliénés » d'Evreux.

Le 8 juillet 1906
Déserteur du 6e régiment de dragons d'Evreux depuis décembre 1904 et condamné auparavant pour avoir grièvement blessé sa maîtresse d'un coup de revolver, le cavalier Henri Mielvaque est retrouvé par les inspecteurs de la sûreté dans un entresol de la rue de la Ville-l'Evêque à Paris où il vivait sous un faux nom.

Le même jour
Les médecins du département de l'Eure se réunissent en assemblée générale à Evreux sous la présidence du docteur Veslin.

Le 11 juillet 1906
Parmi les 25 enfants présents ce jour à la crèche municipale d'Evreux, onze ne sont pas encore sevrés.

En août 1906
Elève boursier à l'Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris, Louis-Aimé Lejeune offre à la ville d'Evreux une de ses oeuvres primées lors d'un salon.

Le 2 août 1906
Avec un relevé au thermomètre de 35,2 °C, ce jeudi est la journée la plus chaude de l'année à Evreux.

Les 7 et 8 août 1906
En faisant retirer les lambris des murs du choeur de l'église Saint-Taurin, l'abbé Duvaltier, curé et doyen des lieux, met au jour des peintures du début du XVIe siècle : Rencontre de Jésus et de sa mère après la Résurrection et Christ au pressoir.

Le 8 août 1906
Le général commandant le 3e corps d'armée annonce que les réservistes appelés pour une période d'instruction le 20 du mois à Evreux seront finalement dirigés sur Gaillon.

Le 12 août 1906
Native d'Evreux, Berthe Eugénie Perrelle écrit depuis Sidi-Fatallah en Tunisie son testament par lequel elle déshérite tous ses proches mais lègue sa fortune pour l'éducation jusqu'à ses dix-huit ans d'un orphelin ou d'une orpheline du département de l'Eure.

Le 15 août 1906
La Compagnie des chemins de fer de l'Ouest met en circulation des trains spéciaux au départ de la gare d'Evreux pour la fête de l'Assomption.
voir partie icono >

Le 21 août 1906
Un employé de la gare d'Evreux est pris à partie lorsqu'il fait descendre d'un wagon de première classe cinq réservistes d'un train convoyant environ quatre cents de leurs camarades de l'infanterie coloniale. L'incident au cours duquel un autre employé ferroviaire est sérieusement blessé se transforme en bagarre générale, ce qui conduit le chef de gare à faire intervenir les gendarmes manu militari.

Le 22 août 1906
Professeur chargé de cours au lycée d'Evreux, M. Barnaud est proposé au titre d'agrégé d'histoire par le ministère de l'Instruction publique, des Beaux-arts et des Cultes.

Le 25 août 1906
Le 6e régiment de dragons d'Evreux participe jusqu'au 1er septembre à des manoeuvres militaires dans l'Eure avec plusieurs autres régiments.

Le 28 août 1906
Nouveau préfet de l'Eure depuis le mois de juin, Paul Léon Hyérard reçoit à Evreux une délégation du bureau de l'Union départementale des sapeurs-pompiers.

Vers le 29 août 1906
Après l'avoir arrêté à Bernay pour un vol commis à Evreux, la gendarmerie trouve sur un certain Berthier un courrier militaire jugé sensible et appartenant à un officier étranger.

Le 31 août 1906
La rue Neuve-Saint-Germain est nommée rue Aumont par la municipalité, en l'honneur des bienfaiteurs du quartier de Navarre dont le legs considérable du 21 novembre 1865 montait à 60.000 francs.

Le même jour
La voie publique reliant la rue Saint-Louis à la rue Chartraine devient rue Charles-Corbeau, du nom d'un ancien maire.

Le même jour
La rue Millet bénéficie d'un classement, ce que souhaitaient les riverains depuis février 1849.

Le 1er septembre 1906
Un incendie détruit le chantier de M. Croisy, marchand de bois, et endommage plusieurs maisons voisines.

Vers le 10 septembre 1906
Un détenu de la prison d'Evreux déclare connaître l'identité de l'assassin de l'ancien maire de Montalet-le-Bois.

Le 13 septembre 1906
Le petit André Pelnier meurt de ses blessures après avoir été percuté par une voiture occupée par M. Galtier, son chauffeur et l'artiste peintre Abel Faivre.

Le 19 septembre 1906
Un décret présidentiel autorise la chambre de commerce d'Evreux à contracter un emprunt de 69.195 francs en vue de l'extension du réseau téléphonique départemental.

Le 21 septembre 1906
Notaire ébroïcien, Me Lemperière fait passer une annonce dans Le Petit Parisien pour retrouver les enfants ou descendants de Rosalie Dupuis, épouse Barrette.

Le 1er octobre 1906
Alors qu'il participe à la course aérienne de la Coupe Gordon-Bennett, un ballon éclairé à l'électricité passe au-dessus d'Evreux en appelant du secours puis disparaît dans la brume.

Le 2 octobre 1906
Parti à 7h55, l'express de Paris est contraint de s'arrêter en gare d'Evreux à la suite d'une avarie de machine.

Le 12 octobre 1906
Garnie d’oriflammes, de banderolles diverses, de guirlandes de verdure et de massifs de plantes, la cathédrale Notre-Dame d’Evreux accueille jusqu’au surlendemain une série d’hommages en l’honneur des carmélites de Compiègne, guillotinées sous la Terreur et qui comptait, parmi ses rangs, l’Ebroïcienne Rose Chrétien.

Le 13 octobre 1906
Dirigés par l’abbé Gamard et accompagnés à l’orgue par l’abbé Haumey, des élèves des deux séminaires de la ville chantent à la messe des Vêpres pontificales, lors de la deuxième journée d’hommage aux carmélites de Compiègne guillotinées sous la Terreur, parmi lesquelles figuraient l’Ebroïcienne Rose Chrétien et Marie Brard, originaire de Bourth. Les familles des deux religieuses occupent les places d’honneur dans le choeur même de la cathédrale Notre-Dame d’Evreux.

Le 14 octobre 1906
Coadjuteur de Paris et ancien vicaire général d’Evreux, Léon-Adolphe Amette officie aux Vêpres pontificales en la cathédrale Notre-Dame d’Evreux puis achève cette troisième et dernière journée d’hommages par le récit du martyr des carmélites de Compiègne, guillotinées sous la Terreur et qui comptaient, parmi ses membres, l'Ebroïcienne Rose Chrétien.

Le 15 octobre 1906
Le ministre de la Guerre, Eugène Etienne, se rend à la caserne Amey d'Evreux où il assiste à des manoeuvres de ravitaillement en compagnie de son chef de cabinet et du commandant Jouinot-Gambetta.
voir partie icono >

Le même jour
A partir de ce jour, le train à destination de La Loupe est quotidiennement au départ de la gare d'Evreux à 4h37, 7h55, 9h45, 16h34 et 19h08.

Le 23 octobre 1906
Après perdu connaissance dans le wagon-restaurant du train allant de Paris à Cherbourg, le député de Falaise est conduit à l'hôpital d'Evreux.

Le 26 octobre 1906
Un décret du ministère du Commerce, de l'Industrie et du Travail autorise la chambre de commerce d'Evreux à avancer à l'Etat une somme de 35.250 francs pour l'établissement d'un circuit téléphonique entre Vernon et Paris, ainsi qu'à emprunter la somme correspondante.

Le 27 octobre 1906
Accusé de meurtre, François Auzoux est condamné à mort par la cour d'assises d'Evreux.

Vers le 24 novembre 1906
Procureur de la République à Evreux, Louis Jousselin est nommé secrétaire en chef du parquet de la Seine.

Le 24 novembre 1906
Agent d'affaires à Evreux, Louis Ango meurt d'une rupture d'anévrisme en sortant de la salle du tribunal correctionnel où il comparaissait pour tentative d'escroquerie.

Le même jour
Le chanoine Porée donne une conférence intitulée La Renaissance et l'architecte normande au grand séminaire d'Evreux.

Le même jour
Datant du XIIIe siècle, le bénitier de l'église Saint-Taurin d'Evreux fait l'objet d'un classement au titre du patrimoine mobilier.

Le même jour
Datant du XVIe siècle, le groupe sculpté représentant la Crucifixion et situé dans l’église Saint-Taurin d’Evreux, bénéficie d’un classement au titre du patrimoine mobilier.

Le même jour
Datant du XVe siècle, la miséricorde de stalle connue sous le nom du Renard prêchant les poules, placée dans les murs de l’église Saint-Taurin d’Evreux, bénéficie d’un classement au titre du patrimoine mobilier.

Le même jour
Datant du XVIe siècle, la statue de la Vierge et l’Enfant de l’église Saint-Taurin d’Evreux bénéficie d’un classement au titre du patrimoine mobilier.

Le 25 novembre 1906
Plusieurs sociétés sont invitées à assister à la salle de l'amphithéâtre à l'assemblée générale de la Fédération des sociétés de libre pensée de l'Eure.

En décembre 1906
De nombreux usagers de la Compagnie de l'Ouest s'étant plaint, des carnets de 25 et 50 tickets sont désormais mis à disposition en gare d'Evreux.

Le 3 décembre 1906
Membre du conseil d’administration de la Société de secours mutuels des instituteurs de l’Eure à Evreux, Alphonse Désiré Bourdon voit sa médaille d’argent, antérieurement décernée par le ministère du Travail et de la Prévoyance sociale, rappelée dans un décret du président Armand Fallières.

Le 6 décembre 1906
Plusieurs ébroïciens figurent dans la liste des médaillés d'argent et de bronze, honorés sur recommandation du ministère du Travail et de la Prévoyance sociale, et que publie Le Journal officiel : César Lemaître, Ernest Arsène Mesnil et Edmond Mary Ledanois, membres du conseil d'administration de la Société de secours mutuels des instituteurs de l’Eure ; Alexandre Aubé, Anatole Etienne Fouquet et Maurice Auguste Régimbart, administrateurs de L'Ebroïcienne ; Félix Bigot, secrétaire du Secours immédiat des postes et des télégraphes ; Eugène Oserine Boquet et Joseph Albert Masqueray, visiteurs et membres du conseil d'administration de la Société de secours mutuels des cantonniers du service vicinal de l'Eure, Marie François Boquet, président de l'Union à la Saussaye ; Médéric Honorat Carrière, trésorier de la Société de secours mutuels des usines de Navarre ; Victor Fichot, membre du comité de section de l'Union fraternelle ébroïcienne des ouvriers et employés de chemins de fer ; Gaston Auguste Galle, secrétaire de l'Amicale mutuelle ; Eugène Louis Martin et Maxime Alfred Pessard, respectivement vice-président et administrateur de l'Union des ouvriers ; et Désiré Henry Vallée, membre du conseil d'administration de la Société de secours mutuels des ouvriers du tissage Malatiré.

Le même jour
Plusieurs ébroïciens reçoivent une mention honorable sur recommandation du ministère du Travail et de la Prévoyance sociale : Edouard Morel, membre du conseil d'administration de l'Ebroïcienne, Georges Eugène Aubin et Louis Eugène Flaitgen, visiteurs et membres du conseil d'administration de la Société de secours mutuels des cantonniers du service vicinal de l'Eure ; Louis François Boucher et Théodore Emile Auriau, respectivement président et trésorier adjoint du Secours immédiat des postes et des télégraphes ; Louis Jules Duperron, trésorier de l'Union des ouvriers d'Evreux ; ainsi qu'Anne Rose Han née Portier et Jeanne Lenoir née Renard, membres du conseil d'administration de la Mutualité scolaire entre les cantons nord et sud d'Evreux.

Le 8 décembre 1906
Mort à Gravigny de Paul Auguste Cauchois, ancien architecte de la ville d'Evreux et membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure.

Le 13 décembre 1906
Conséquence de la loi de séparation des Eglises et de l'Etat, l'évêque d'Evreux est contraint de quitter l'évêché et de s'installer au collège Saint-François-de-Sales.

Le 15 décembre 1906
Procureur de la République à Mortagne, M. Friederich est nommé aux mêmes fonctions à Evreux.

Le 19 décembre 1906
Alors qu'ils traversent les voies de la gare d'Evreux, M. et Mme Dauvel sont percutés par une locomotive qui tue le mari sur le coup. Son épouse n'est que légèrement blessée.

Le 24 décembre 1906
Mort à Paris d'André Dupuis, juge au tribunal de première instance de Dreux et légateur testamentaire en faveur de la ville d'Evreux dont il est natif.

Le 28 décembre 1906
Mort quatre jours auparavant à Paris, le corps du magistrat André Dupuis est rapatrié à Evreux puis inhumé dans le caveau famililal du cimetière Saint-Louis.

Le 31 décembre 1906
Au cours de l'année écoulée, la Société des courses d'Evreux aura versé 9.600 francs aux courses au trot, 7.200 francs aux courses plates et 8.400 francs aux courses d'obstacles pour trois journées.

< avant après>