L'Histoire d'Évreux

1852 - 1853

L'Histoire d'Évreux où l'on verra, entre autres, que les opposants au coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte sont placés sous surveillance.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1852


En 1852
Naissance à Évreux de Désiré Honoré, jésuite, vétéran des missions catholiques en Inde et fondateur de la Malabar Catholic Youth League.

La même année
Rédaction d'un inventaire des archives de la municipalité d'Évreux.

La même année
Fondation à Évreux de la Maison Paul Bourdon, commerce de confection qui fermera au début du XXIe siècle.

La même année
Amédée Deschamps est maire d'Évreux.
Photo

Signature d'Amédée Deschamps dans le registre des mariages (1843-1852) de la ville d'Évreux
© Archives départementales de l'Eure, État-Civil, 8Mi 1621
Voir Mentions légales


La même année
Suppression de l'unique fanfare ébroïcienne qui était rattachée à la garde nationale.

La même année
Concours régional d'animaux reproducteurs, d'instruments, machines, ustensiles ou appareils à l'usage de l'industrie agricole.

La même année
Le pont du Bois-Jollet, situé au croisement des actuels avenue Aristide-Briand et boulevard de La Buffardière, est reconstruit et élargi.

En janvier 1852
Ancien préfet de l'Eure, ancien administrateur de la ville d'Évreux et avocat, Alexandre-Denis Fléau est accusé d'avoir tenu « de mauvais propos ».

Le 7 janvier 1852
Le ministre de l'Intérieur obtient un budget de 252 571 francs pour l'installation d'une ligne de « télégraphie électrique » sur la ligne de chemin de fer allant de Paris à Cherbourg, et passant par Évreux et Caen.

Le 18 janvier 1852
Le préfet de l'Eure M. Guyot est élu président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure et succède à Antoine Passy.

Le 17 février 1852
Naissance au domicile de ses parents situé rue de la Préfecture à Évreux d'Adolphe Jules Villerel, capitaine à la compagnie de gendarmerie de la Guadeloupe et chevalier de la Légion d'honneur.

Le 15 avril 1852
Substitut du procureur à Évreux, Louis Boivin-Champeaux est nommé procureur à Neuchâtel en remplacement de M. de Maupas.

Le même jour
Substitut du procureur à Louviers, M. Thil est nommé procureur d'Évreux en remplacement de Louis Boivin-Champeaux.

Fin avril 1852
Ayant refusé de prêter serment car opposés au coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte, le président du tribunal de commerce d'Évreux et ses membres sont interdits de siège.

Le 25 avril 1852
Ancien président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure, l'Ébroïcien Hébert reçoit une mention honorable pour son Questionnaire de statistique agricole, au cours de la séance solennelle de la Société centrale d'agriculture qui se tient au grand amphithéâtre de la Sorbonne, à Paris.

Le 29 avril 1852
Deux gendarmes se présentent au tribunal de commerce d'Évreux afin de s'assurer que le président et ses membres ne siègent pas, après leur refus de prêter serment.

Le 8 mai 1852
M. Verney, président déchu du tribunal de commerce d'Évreux, est traduit devant le tribunal correctionnel pour « excitation à la haine et au mépris du gouvernement ».

Le 17 mai 1852
Louis Marie Renouard de Sainte-Croix succède à Paul Louis Marie Vallon à la préfecture de l'Eure.

Le 20 mai 1852
Une lettre ouverte – que l’on dit par ailleurs antidatée – de l’archéologue et historien local Théodose Bonnin met fin, pour plusieurs dizaines d’années, à la prétention du site archéologique du Vieil-Évreux d’être la capitale des Aulerques Eburovices.

Le 1er juin 1852
Si l’on souhaite gagner une médaille d’une valeur de 400 francs, il ne reste plus que ce jour pour participer au concours organisé par la Société libre d’agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l’Eure, et qui consiste en la rédaction d’un mémoire sur l’industrie et le commerce en Normandie au cours du Moyen Âge.

Fin juin 1852
Un certain Marche est poursuivi pour « distribution d'écrits sans autorisation » et pour « excitation à la haine et au mépris du gouvernement ».

Le 5 juillet 1852
Le lieutenant de la gendarmerie d'Évreux accompagne les autorités judiciaire de Vernon lors de la saisie, légèrement mouvementée, du château de Bizy appartenant à la famille d'Orléans.
Le 9 août 1852
Naissance à Évreux de Maurice Auguste Ambroise Régimbart, répétiteur au lycée d'Évreux, entomologiste spécialiste des coléoptères aquatiques et auteur de nombreuses publications scientifiques dont Révision des Dytiscidae et Gyrinidae d'Afrique, Madagascar et îles voisines, en contribution à la faune entomologique du Congo pour la Société royale belge d’entomologie.

Le 14 septembre 1852
Le préfet de l'Eure place sous surveillance, de la haute police, dix-huit Ébroïciens qui avaient manifesté leur opposition au coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte, le 2 décembre 1851.

Le 29 septembre 1852
Ed(...) Houillier, condamné politique natif d'Évreux, disparaît d'une colonie pénitentiaire algérienne.

Le 1er octobre 1852
Parmi les dix-huit Ébroïciens placés sous la surveillance de la haute police, et qui devaient se soumettre à un arrêté pour leur opposition au coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte en décembre 1851, quatre refusent catégoriquement : MM. Davy, Fléau, Papon et Verney devront donc quitter Évreux dans les vingt-quatre heures et rejoindre d'autres départements où ils seront assignés à résidence.

Le 19 novembre 1852
Réclamant la propriété d'une place contiguë à l'abreuvoir, le propriétaire du moulin de la Planche annonce au conseil municipal qu'il portera l'affaire devant les tribunaux.
Photo

Vue sur le moulin de la Planche avec la cathédrale Notre-Dame d'Évreux en arrière-plan en février 2017
© ND / evreux-histoire.com
Libre de droits avec mention du site


Le 1er décembre 1852
Un décret annonce la création d'un syndicat des riverains de l'Iton, composé de quinze membres et divisé en trois sections correspondant aux trois sections de la rivière.

Le 15 décembre 1852
Mort à Évreux de l'archéologue Stanislas de Gaillard de Saint-Germain.

Le 23 décembre 1852
MM. Dauphin, Biquet et Richard, propriétaires ébroïciens, s'unissent et portent les enchères à 4 445 000 francs sur le domaine de Breteuil, bien de la succession de Louis-Philippe, ancien roi de France.

Le 31 décembre 1852
Depuis le premier jour de l'année, ce sont précisément 92 personnes qui ont été jugées, à Évreux, par la cour d'assises de l'Eure.

1853


En 1853
Le préfet de l'Eure Louis-Napoléon Suchet est élu président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure, et succède à Louis Marie Renouard de Sainte-Croix.

La même année
Inspecteur général des monuments historiques, Eugène Viollet-le-Duc est chargé des travaux de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux, qu'il finira par grandement modifier.

La même année
Le conseil municipal d’Évreux décide de doter la ville d’un lycée impérial pour les garçons scolarisés au collège communal.

La même année
Parution chez Le Drument de Monstres générales de la noblesse du bailliage d'Évreux de Théodose Bonnin.

La même année
L'imprimeur Hérissey publie un recueil poétique d'Eugène Mordret dont l'un des textes commence ainsi :
« Souvent, le samedi, quand le marché d'Évreux
Couvrait de paysans son pavé raboteux
Voyant partout la foul' interminable, immense
Partout la plénitude et partout l'abondance... »

Le 18 janvier 1853
L'Iton sort de son lit et recouvre l'avenue de Cambolle d'environ 35 centimètres.

Le 10 février 1853
Naissance à Évreux, au domicile de ses parents situé rue Ferrée (actuelle rue de la Harpe), du peintre Charles Clément Denet.
Photo

Le peintre ébroïcien Charles Denet
© Daniel Robin / Geneanet
Avec son aimable autorisation


En mars 1853
Dix-sept propriétaires ou habitants de la rue Trianon présentent une pétition pour la fermeture de la ruelle du même nom, ou dite de « Chambeaudouin », envahie par les immondices.

Le 22 mars 1853
Suite à la pétition de dix-sept propriétaires ou habitants de la rue Trianon, la municipalité décrète la fermeture de la ruelle dite de « Chambeaudouin », envahie par les immondices.

Le même jour
Rue particulière, la rue Hervieu est cédée à la municipalité qui la nomme « rue Neuve-Saint-Germain », future rue Aumont.

Le 7 avril 1853
Juge suppléant au siège d'Évreux, M. Parye est nommé substitut au tribunal de Bernay.

Le 2 juin 1853
Substitut au tribunal d'Évreux, M. Thieullen est nommé substitut à la cour impériale de Colmar.

Le 8 juin 1853
Louis Antoine d'Imbleval est nommé juge-suppléant chargé de l'instruction auprès du tribunal civil d'Évreux.

Le 23 juin 1853
L'avocat Bérenger est nommé substitut au tribunal d'Évreux.

Le 26 juin 1853
Bâtonnier de l'ordre des avocats au barreau d'Évreux, M. Bordeaux reçoit un prix de l'Académie des sciences morales et politiques.

Début juillet 1853
Le tracé de chemin de fer officiellement adopté est celui souhaité ardemment par la ville d'Évreux.

Le 17 octobre 1853
Un sarcophage est découvert dans la propriété Lambert, lors du creusement des fondations d'une pile du viaduc de chemin de fer.

Le 29 octobre 1853
Un nouveau sarcophage est découvert lors du chantier de la future gare.

Le 10 novembre 1853
Le théâtre d'Évreux donne quatre représentations en soirée : Bonsoir Monsieur Pantalon de MM. Grisar et Loceroy, Pauvre Jacques de M. Bayard, La fille de Dominique de M. Dumanois, puis La fiole de Cagliostro de M. Siraudin.

Le 31 décembre 1853
Depuis le début de l'année, ce sont 106 personnes qui ont été jugées par la cour d'assises de l'Eure siégeant à Évreux.

< avant après>