L'Histoire d'Évreux

1821

L'Histoire d'Évreux où l'on verra, entre autres, que le nommé Bruno est conduit sous bonne escorte vers la prison d'État du Mont-Saint-Michel.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1821


En 1821
La commune d'Évreux compte désormais 9 728 habitants selon le dernier recensement.

Le 8 janvier 1821
L'inscription à la conscription militaire des jeunes hommes de la classe 1820 est annoncée pour le 15 du mois.
Photo

Fusilier d'infanterie de 1821, dans "Uniformes militaires sous la Restauration 1814-1830"
© BNF-Gallica, Département Estampes et photographie, PET FOL-OA-426(1)
Domaine public


Le 14 janvier 1821
Une prière de Quarante-heures est donné en la cathédrale Notre-Dame en l'honneur de l'évêque d'Évreux, malade depuis la fin du mois de décembre.

Le 15 janvier 1821
L'inscription à la conscription militaire des jeunes hommes de la classe 1820 est ouverte jusqu'au 31 du mois.

Le 20 janvier 1821
Les frères de la Charité installent un échevin et un prévôt dans leur ordre, ce qui surprend nombre d'observateurs.

Le même jour
Naissance à Cintray dans l'Eure de Jean-Louis Lepouzé, avoué, conseiller général du canton de Saint-André, député de l'Eure, signataire du manifeste des 363 et maire d'Évreux de 1870 à 1882.

Le même jour
Le service anniversaire à la mémoire de Louis XVI est donné exceptionnellement ce jour, sans l'orchestre de la garde nationale qui semble vivre une crise interne.

Le 31 janvier 1821
La période d'inscription à la conscription militaire des jeunes hommes de la classe 1820 est terminée.

Le 18 février 1821
Mort à Évreux de l'ancien chanoine Delangle.

Le 20 février 1821
Mort à Évreux du chanoine honoraire Duci, le soir même de l'inhumation de l'ancien chanoine Delangle à laquelle il avait lui-même assisté.

Le 28 février 1821
Jean-Jacques Roussel est nommé avoué auprès du tribunal de première instance d'Évreux, suite à la démission de M. Picard.

Le 11 mars 1821
L'orchestre réorganisé de la garde nationale et la compagnie de pompiers, également réorganisée, assistent pour la première fois à la messe du premier dimanche du mois.

Le 19 avril 1821
M. Vallée, chapelain des lieux, est chargé de la cérémonie de bénédiction de la chapelle de la prison.

Le 25 avril 1821
Natif d'Évreux et sergent major à la 18e compagnie de fusiliers volontaires, Louis-Baptiste Bence est fait chevalier de l'Ordre royal de la Légion d'honneur.

Le 30 avril 1821
À la tombée de la nuit, le son des cloches et une salve de coups de canon annoncent, pour le lendemain, la fête de baptême du duc de Bordeaux, fils de Charles-Ferdinand d’Artois, duc de Berry, qui avait été assassiné à Paris en février 1820.
Photo

Portrait de Charles Ferdinand d'Artois, duc de Berry, dessiné par Bourdon et gravé par François-Jacques Dequevauviller, 1820
© BNF-Gallica, Rés. QB-370(77)-FT4. De Vinck
Domaine public


Le 1er mai 1821
La fête de baptême du duc de Bordeaux, fils de Charles-Ferdinand d’Artois, duc de Berry, assassiné à Paris en février 1820, donne lieu à de nombreuses réjouissances qui durent jusque tard dans la nuit.

Le 3 mai 1821
Secrétaire de plusieurs sociétés savantes, Louis-Henri Delarue suggère au maire d'Évreux de déplacer, au jardin botanique, les statues provenant des biens de la duchesse douairière d'Orléans, où elles subiront moins les intempéries.

Le 4 mai 1821
Les travaux du pont situé au bout de la rue Gasville nécessitent de faire une retenue d'eau, ce qui occasionnera rapidement des odeurs pestilentielles pour les riverains.

Le 9 mai 1821
Deux gendarmes à cheval amènent à Évreux, depuis Gaillon, le nommé Bruno qui doit ensuite être conduit à la prison d'État du Mont-Saint-Michel.

Le 10 mai 1821
Plusieurs personnes se rendent à la prison d'Évreux pour apercevoir ou avoir des informations sur le nommé Bruno qui doit être conduit, le lendemain, à la prison d'État du Mont-Saint-Michel.

Le 11 mai 1821
Arrivé l'avant-veille de Gaillon, le nommé Bruno est conduit en charrette par deux gendarmes à cheval vers la prison d'État du Mont-Saint-Michel.
Photo

Le mont Saint-Michel de nos jours
© ND / evreux-histoire.com
Libre de droits avec mention du site


En juin 1821
La rue Eugène reprend sa dénomination initiale de « rue du Château ».

Le 2 juin 1821
Accompagnés de la garde nationale, le préfet de l'Eure et le maire d'Évreux inaugurent le nouveau pont de la rue Gasville, et font placer des inscriptions sur les clefs des arches.

Le 3 juin 1821
Hector-Pierre de Barrey des Authieux, maire d'Évreux, remet les croix d'honneur qu'il avait obtenues à Paris pour plusieurs Ébroïciens.

Le 10 juin 1821
Hector-Pierre de Barrey des Authieux, maire d'Évreux, remet la croix d'honneur, qu'il lui avait obtenue à Paris, à M. Lacraie, commandant de la garde nationale.

Fin juin 1821
L'adjudication des travaux de restauration de la flèche de la cathédrale étant fixée à 12,883 francs, certains paroissiens comptent sur la générosité des fidèles, et proposent une souscription à hauteur de 12.000 francs.

En juillet 1821
Jean-Baptiste Bourlier, évêque d'Évreux, rétablit la communauté des Soeurs de la Providence qu'il installe dans une maison de l'ancienne abbaye de Saint-Taurin.

Le 8 août 1821
Les officiers de la garde nationale d'Évreux participent à hauteur de 142,56 francs à la souscription nationale permettant l'acquisition du château de Chambord, domaine privé placé sous séquestre depuis le mois de juin 1815.

Le 21 août 1821
Les autorités de la ville apprenant la visite, pour le lendemain, des duchesses d'Angoulême et de Berry au château de Navarre, se hâtent de donner les instructions nécessaires à la garde nationale et d'organiser cette réception imprévue.

Le 22 août 1821
Annoncées la veille, les duchesses d'Angoulême et de Berry entrent à Évreux au son des cloches et au bruit d'une salve de coups de canon, tandis que les rues par lesquelles elles passent sont parées de blanc.
Photo

Portrait de la duchesse d'Angoulême, par Alexandre-François Caminade, Joconde 00000106467
© Hervé Lewandowski / Réunion des musées nationaux
Domaine public


Le 23 août 1821
Les autorités annoncent que le marché de samedi sera avancé d'un jour, à cause de la fête en l'honneur de saint Louis qui tombe ce jour-là.

Le 24 août 1821
Le marché de samedi a lieu ce vendredi à cause de la fête de Saint-Louis qui se tient le lendemain.

Le même jour
La fête de Saint-Louis est annoncée dans la soirée, pour le lendemain, par le son des cloches et une salve de coups de canon.

Le 25 août 1821
Comme la veille au soir, la fête de Saint-Louis est annoncée par le son des cloches et une salve de coups de canon. De nombreuses réjouissances ont lieu jusqu'à la tombée de la nuit.

Vers le 20 septembre 1821
Ancien jurisconsulte et avocat au conseil souverain de la Martinique, ancien député des autorités colonial puis désormais maire de Verneuil, M. de Villette est nommé juge au tribunal d'Évreux, ce qui n'est pas du goût de ses administrés qui le lui font savoir.

Le 21 septembre 1821
Naissance à Évreux de Jules Bougarel, ingénieur en chef des ponts et chaussées et chevalier de la Légion d'honneur.

Le 16 octobre 1821
Un service funèbre est donné pour le repos de l'âme de Marie-Antoinette, épouse de Louis XVI et dernière reine de France avant l'instauration de la République.

Le 21 octobre 1821
Le pain de 8 livres est taxé à 23 sous.

Le 31 octobre 1821
Mort en son palais épiscopal de Jean-Baptiste Bourlier, pair de France et évêque d'Évreux depuis 1802.
Photo

Portrait à l'encre de l'évêque Jean-Baptiste Bourlier
© Sénat
Voir mentions légales


Le 1er novembre 1821
Le corps de Jean-Baptiste Bourlier, évêque d'Évreux mort la veille, est placé dans un cercueil en plomb, à son tour placé dans un cercueil en chêne, lequel est présenté dans la chapelle ardente de la cathédrale.

Le 2 novembre 1821
De nombreuses messes se succèdent jusqu'au 5 du mois à la chapelle ardente, depuis la mort de l'évêque Jean-Baptiste Bourlier, et un catafalque est installé dans une cathédrale toute vêtue de noir.

Le 5 novembre 1821
Naissance à Évreux d'Alexandre Papon, riche négociant en dentelles, homme politique et membre historique de la Société des amis des arts du département de l'Eure.

Le 6 novembre 1821
Plusieurs coups de canon sont tirés à la levée du corps de Jean-Baptiste Bourlier, évêque d'Évreux mort le 31 octobre à l'évêché. Le cortège passe par la rue Joséphine, la rue aux Fèvres, la Grande-Rue, la rue de l'Horloge, puis entre dans la cathédrale.
Photo

La rue aux Fèvres sur un plan de ville d'Évreux daté de 1845
© BNF-Gallica, GED-2201
Domaine public


Début décembre 1821
Le comte de La Tour-d'Auvergne Lauraguais est nommé commandant de la subdivision militaire d'Évreux en remplacement du baron de La Pointe, muté en Seine-Inférieure.

Le 2 décembre 1821
Le pain de huit livres est taxé à 21 sous.

Le 9 décembre 1821
Hector-Pierre de Barrey des Authieux est réélu maire d'Évreux.

Le 30 décembre 1821
Avoué exerçant rue de la Petite-Cité, Maître Chapelain fait paraître une annonce dans le Journal de Rouen :
« À vendre un très-bel établissement à usage de filature hydraulique, sis à Évreux, sur la rivière d'Iton, rue de Gasville. Cette filandre, mue par une très-forte chute d'eau, consiste (...) en un corps de bâtiment de 60 pieds de long sur 25 de large, deux étages sont pratiqués au-dessus du rez-de-chaussée, et grenier pouvant être utilisé (...), une cour entourée de bâtiments employés à l'usage de la filature, dont un logement de contre-maître, un atelier de tour et menuiserie, un autre bâtiment [pour] tous les accessoires, tels que dévideuses, éplucheuses, batteur, [et] un terrain d'environ un acre attenant à la cour au dessous de l'hydraulique, bien planté tout autour, et entouré par de très-bons murs. (...) »

< avant après>