L'Histoire d'Évreux

1923 - 1924

L'Histoire d'Evreux depuis le remplacement de la passerelle de la rue éponyme jusqu'à la nouvelle de l'invention d'une astucieuse machine à botteler le foin par l'Ebroïcien Micheau.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1923


En 1923
La passerelle en bois et fer de la rue de la Passerelle est remplacée par une passerelle moderne en fer et ciment armé.

La même année
François Merlet est nommé directeur des Archives départementales de l'Eure en remplacement de Maurice Béguin.

La même année
Lors du raccord au réseau électrique des établissements Arpajou du 47 rue Saint-Germain, les ouvriers creusent une tranchée de plus d’un mètre de profondeur devant la porte d’entrée de l’école normale d’instituteurs, et mettent au jour ce qui semble être la voie romaine allant de Mediolanum à Suindinum et à Noedunum par Condate. ; soit la route d’Evreux au Mans et Jublains par Condé-sur-Iton.

Le 8 janvier 1923
Mort à Evreux d’Etienne Isidore Pitoiset, proviseur honoreur du lycée de la ville, officier de l’Instruction publique et membre de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département de l'Eure.

Le 10 janvier 1923
Mort à Evreux de l’abbé Auguste-Isidore-Marie Levasseur, chanoine honoraire de la cathédrale, curé de Saint-Germain-de-Navarre et membre de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département de l'Eure.

Vers le 10 février 1923
Jeune ouvrier maçon d'Evreux, Eugène Lemarié est très grièvement blessé lorsqu'il manie un culos d'obus de 105, exhumé lors de travaux sur un mur.

Le 21 février 1923
Un certain Digat est l'orateur lors d'un meeting à Evreux où l'on proteste contre l'occupation française et belge de la Ruhr en Allemagne.

Le 5 mars 1923
Dans le train spécial Paris-Cherbourg, un escroc se fait passer pour un contrôleur des passeports et soutire 75 dollars à un voyageur en partance pour New-York par paquebot, avant de descendre en gare d'Evreux et d'échapper à la police.

Le 25 mars 1923
Licencié au Vélo-Club de Levallois, Achille Souchard remporte sur le fil la course cycliste Paris-Evreux devant Leguay et Combescot.
voir partie icono >

Le même jour
Licencié à l'Union sportive de la Banque de France, M. Jolly remporte le tour pédestre d'Evreux devant Georges Paul de l'Union sportive de Neuilly, son collègue Honoré terminant troisième.

Le 14 avril 1923
Etablissement de la Mutuelle d'allocations familiales au 9 rue de la Petite-Cité à Evreux.

Le 22 avril 1923
Acquitté en première instance, un chirurgien d'Evreux est condamné pour erreur de diagnostic par la cour de Rouen, ayant soigné Mme Jouenne pour un fibrome alors qu'elle était enceinte.

Le 29 avril 1923
Membre de la chambre de commerce de l'Eure, Paul Labbé est élu président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département de l'Eure et succède à Maurice de Broglie.

Le 16 juin 1923
Domiciliée 33 rue de Pannette à Evreux, Mme Floret apporte son témoignage à une réclame pour un médicament qui se dit miraculeux :
Je souffrais de maux de reins, bouffées de chaleur, palpitations, pesanteur dans le bas-ventre. Après quelques semaines de traitement par les Pilules Foster, j'ai retrouvé ma santé d'autrefois.

Le 24 juin 1923
Devant plusieurs milliers de spectateurs, la parachutiste Peuillot effectue son trentième saut au meeting d'Evreux qu'organise la Propagande aérienne du Bourget.

Vers juillet 1923
Le préfet de l’Eure fait partir depuis le terrain d’aviation d’Evreux un courrier important destiné à une personnalité se trouvant dans la capitale britannique.

Le 15 juillet 1923
L'édition normande du quotidien Le Petit Parisien publie dans ses colonnes un article du chanoine ébroïcien Charles-Arthur Guéry intitulé « Une vente artistique à Evreux ».

Le 16 juillet 1923
L'édition normande du quotidien Le Petit Parisien publie dans ses colonnes un article du chanoine ébroïcien Charles-Arthur Guéry consacré au député ébroïcien François Buzot : « L'épée de Buzot ».

Le 23 juillet 1909
Quatre parisiens blessés dans un accident impliquant deux automobiles, lequel a également fait cinq morts, à Chavigny-Bailleul, sont transportés à l'hôpital d'Evreux par une ambulance du 7e régiment de chasseurs à cheval.

Le 29 juillet 1923
Le congrès trimestriel du parti communiste se tient salle Larcier au restaurant de l'Agriculture situé 22 rue Edouard-Féray à Evreux.

Le 30 juillet 1923
L'édition normande du quotidien Le Petit Parisien publie dans ses colonnes un article du chanoine ébroïcien Charles-Arthur Guéry intitulé « Joséphine à Evreux ».

Le 5 août 1923
L'édition normande du quotidien Le Petit Parisien publie dans ses colonnes un article du chanoine ébroïcien Charles-Arthur Guéry intitulé « Un bal tragi-comique à Navarre en 1811 ».

Le 12 août 1923
Mort à Evreux de Jules Albert Voxeur, ancien agriculteur, ancien maire de Thomer-la-Sôgne, chevalier du Mérite agricole et membre de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département de l'Eure.

Le 15 août 1923
Un congrès fédéral du parti communiste se tient à Evreux sous la présidence de M. Lespagnol-Lepez, secrétaire de l'interfédération du nord-ouest.

Le 29 août 1923
L'édition normande du quotidien Le Petit Parisien publie dans ses colonnes un article du chanoine ébroïcien Charles-Arthur Guéry intitulé « Evreux-Arnières ».

Le 3 septembre 1923
Domiciliées à Evreux ou dans son arrondissement, Mmes Colombel, Le Moël, Le Bliguet, Lefèvre, Briand, Pivaut, Roulland, Savoye, Beauvallet, Tricheux, Déchamps, Delouye, Nigaize, Choulet, Le Guen font partie des candidates passant, jusqu’au lendemain à Rouen, un concours de dame employée.

Le 6 septembre 1923
Récemment acquis par l’Aéro-club rouennais, un Caudron G3 piloté par le chef-pilote Théry fait une courte escale sur le terrain d’aviation d’Evreux.

Le 19 septembre 1923
Les ouvriers boulangers de la ville cessent le travail tant qu'une augmentation de 50 centimes par fournée ne leur est pas garantie.

Le 25 septembre 1923
L'instituteur Camille Pillard est arrêté puis incarcéré à la prison d'Evreux après la mort de son père, tué d'un coup de fusil alors qu'ils chassaient ensemble la perdrix.

Le 27 septembre 1923
Mort à Evreux de Léon Leduc, agent général d’assurances et membre de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département de l'Eure.

Le 29 septembre 1923
Représentant de commerce à La Madeleine, Léon Leduc fait une très violente embardée en voiture alors qu'il rentre de la chasse avec deux de ses amis. Il meurt à l'hôpital d'Evreux.

Le 4 octobre 1923
Une tempête inhabituellement violente frappe la ville d'Evreux après avoir fait un mort à Caen.

Le 7 octobre 1923
C'est un véritable convoi qui emmène le capitaine de la gendarmerie d'Evreux, le procureur et le juge d'instruction vers Sainte-Marthe où se déroulera la reconstitution du meurtre de M. Pillard, père du chef de gare de cette dernière commune.

Le 13 octobre 1923
La croix de la Légion d'honneur est remise à Albert Doucerain, secrétaire perpétuel de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département de l'Eure, dans la pavillon des Amis des arts du département de l'Eure, situé rue Victor-Hugo.

Le 14 octobre 1923
Visite à Evreux et célèbre discours d’Alexandre Millerand, président de la République, sur son intention de réduire le rôle de l'Assemblée nationale et de renforcer le pouvoir exécutif.
voir partie icono >

Le 21 octobre 1923
Le congrès fédéral de l'Eure de la Section française de l'Internationale ouvrière se réunit à la bourse du travail de la rue de Pannette.

Le 27 octobre 1923
Mort à Evreux de Léon Monnier, homme politique et ancien sénateur de l'Eure.
voir partie icono >

Le 28 octobre 1923
L'équipe de « football-rugby » d'Evreux bat Caen 11-0 au stade Malherbe.

Le 29 octobre 1923
Domicilié rue du Meilet à Evreux, Louis Régnier est tué dans un accident de voiture devant la gare de Vernon.

Le 2 novembre 1923
La ville d'Evreux est mentionnée dans Le Cavalier rouge, feuilleton de Claude Rémy paraissant dans le quotidien Paris-Soir :
Il y avait le comte d'Evreux, fort joli garçon, qui prostituait sa femme et dont on affirmait qu'il se prostituait lui-même.

Le 17 novembre 1923
Depuis le 11 du mois, les 100 kilogrammes de blé se vendent entre 92 et 93 francs au marché d’Evreux.

Le 20 novembre 1923
L'édition normande du quotidien Le Petit Parisien publie dans ses colonnes un article du chanoine ébroïcien Charles-Arthur Guéry intitulé « Le Puy de Saint-Cécile à Evreux et à Caen ».

Le 23 novembre 1923
Mort à Evreux de Paul Hérissey, maître imprimeur, docteur en médecine, président de l’Union des ouvriers d’Evreux, décoré de la croix de guerre 1914-1918 et membre de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département de l'Eure.

Le 1er décembre 1923
Domiciliées à Evreux ou dans son arrondissement, Mmes Colombel, Le Moël, Le Bliguet, Lefèvre, Briand, Pivaut, Roulland, Savoye, Beauvallet, Tricheux, Déchamps, Delouye, Nigaize, Choulet, Le Guen peuvent lire leur nom dans le Journal officiel, lequel énonce la liste des candidates reçues au concours de dame employée qui s’était tenu à Rouen au mois de septembre précédent.

Le 14 décembre 1923
Mort à Thiberville de Paul Labbé, ancien industirel, président en exercice de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département de l'Eure, membre de la chambre de commerce d’Evreux, membre de la chambre consultative des arts et manufactures de Bernay, et conseiller municipal de Thiberville.

Le 23 décembre 1923
Après celui du 15 août, un nouveau congrès fédéral du parti communiste se tient à Evreux sous la présidence de M. Lespagnol-Lepez, secrétaire de l'interfédération du nord-ouest.

1924


En 1924
La châsse de Saint-Taurin contenant les reliques de l'évangélisateur historique d'Evreux est restaurée.

La même année
L'église de Navarre et le terrain attenant deviennent la propriété de la Société immobilière de Saint-Germain.

La même année
Toujours privés de piste décente à cause du manque d’intérêt des autorités locales et suite au refus par l’armée de prêter occasionnellement son champ de manoeuvre, les membres de l’Aéro-club de Rouen sont contraints de se rendre sur le terrain d’aviation d’Evreux et d’y laisser leur monomoteur biplan Caudron G.3.

Le 6 janvier 1924
L'équipe de l'Evreux Athletic Club est battue 11 à 6 par le RC Compiègne au championnat de France de rugby.

Le 7 janvier 1924
Mort à Neuilly-sur-Seine de Léon Bagot, ancien magistrat, avocat au tribunal civil d’Evreux, ancien bâtonnier de l’ordre et membre de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département de l'Eure.

Le même jour
Mort à Evreux de Charles Laignel-Lavastine, vice-président honoraire du conseil de préfecture de l’Eure, président honoraire de l’Orphéon d’Evreux, officier de l’Instruction publique et membre de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département de l'Eure.

Le 11 janvier 1924
Mort à Evreux de Charles Lapeltey, ancien horticulteur, ancien trésorier du Syndicat agricole de l’arrondissement d’Evreux et membre de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département de l'Eure.

Le 20 janvier 1924
Une des équipes ébroïciennes de rugby rencontre le Paris UC pour la Coupe de promotion qui se tient au stade de la porte Dorée.

Le 21 janvier 1924
Au moins deux cents personnes se présentent au palais de Justice d'Evreux pour assister au procès de Camille Pillard, instituteur accusé de parricide.

Le 27 janvier 1924
Les ouvriers et employés des services publics tiennent un meeting à Evreux.

Le 18 février 1924
Parmi les candidates ébroïciennes se présentant jusqu'au lendemain à un concours pour un « emploi de dame » dans la région de Rouen, et placé sous la tutelle du ministère du Commerce et de l’Industrie, figurent V.C.E. Audibert, T.A. Bunel, R.B. Boissée, A.M. Dubos, G.M. Denis, R. Denis, R.M. Boismain, R.C. Sédille, M.O. Engelhard, S.V. Lejeune, R.A. Dailly, B.M. Hervé, H.J. Dugard, L.F. Greuillet, G.M. Tabourier, et Y.M. Le Restif . La première de ces candidates terminera major de l’épreuve.

Le 22 février 1924
Quatre membres de la « bande des Polonais », auteurs de nombreux cambriolages sur plusieurs parties du territoire, sont déférés au parquet d'Evreux.

Le 25 février 1924
Les ouvrières ébroïciennes en tissage de coton se mettent en grève et exigent une augmentation de salaire.

Le 26 février 1924
La municipalité d'Evreux semble décidée à faire démolir la maison du Grand Veneur de la rue de l'Horloge en raison de son état très délabré et du risque d'éboulement qu'elle présente.

Le 1er mars 1924
Eliminatoires pour la région d'Evreux du Premier Pas Dunlop, première forme du championnat de France de cyclisme sur route.

Le 5 mars 1924
La municipalité d'Evreux interdit au concierge du musée de faire visiter la maison du Grand Veneur de la rue de l'Horloge en raison de son état très délabré et du risque d'éboulement qu'elle présente.

Le 30 mars 1924
Alexis Blanc-Garin remporte la course cycliste Paris-Evreux devant Georges Leblanc et André Vugé.

Vers le 3 mars 1924
La Société des courses d'Evreux annonce qu'elle se dote de 100.000 francs de prix pour ses quatre réunions dont les dates ne sont toutefois pas encore connues.

En avril 1924
Les Ebroïciens Charles Martin, courtier en grains, et L. Vavasseur, président de la Chambre syndicale de la meunerie de l'Eure, sont membres de la toute récente chambre de commerce de Rouen.

Le 3 avril 1924
Parmi les musiciens et membres de sociétés musicales et chorales récompensées d’une médaille d’honneur par le ministre de l’Instruiction publique et des Beaux-arts figurent les Ebroïciens Adrien Blot, Eugène Blot, René Bonnet, André Bretêcher, Gaston Fortier, Frédéric Fouasse, Louis Gastine, Henri Harel, Alexandre Lair, Eugène Langlois, Ferdinand Langlois, Désiré Leboulanger, Armand Murat, Léon Noyon, Armand Palmentier, Auguste Schwander, Louis Toutain, et Gabriel Van Peteghem.

Le 13 avril 1924
A Paris, à la caserne du Prince-Eugène, un match de basket-ball oppose l'équipe de l'Ecole des arts et métiers de Lille à celle de la Jeanne d'Arc d'Evreux.

Le 21 avril 1924
Mort à Evreux de Pierre-Henri Izarn, secrétaire du comité de la Croix-Rouge et membre de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département de l'Eure.

Le 8 mai 1924
L’adjudant et pilote Le Boucher réalise les 1.200 kilomètres de l’itinéraire Le Bourget-Le Crotoy-Evreux-Le Bourget en 7 heures de vol.

Le 11 mai 1924
Profondément anticommuniste et conviant les électeurs à refuser la « révolution », l'Union générale des syndicats réformés participe à sa manière aux élections municipales et placarde des affiches annonçant :
Nous avons trois programmes qui s'unissent comme les trois couleurs du drapeau : Strasbourg, Ba-Ta-Clan, Evreux !

Vers le 20 mai 1924
Concourant pour le prix aéronautique Aumont-Thiéville qui s'achève à Stansfield en Angleterre, le ballon Charles, piloté par MM. Ravaine et Latu, lance un message lorsqu'il se trouve à une altitude de 500 mètres au-dessus de la ville d'Evreux, dans le milieu de la soirée.

Le 18 mai 1924
Le journaliste et écrivain André Hallays est élu président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département de l'Eure et succède à Paul Labbé.

Le 27 mai 1924
Le cadavre du jeune René Serin, ouvrier peintre à Evreux, est découvert à l'embouchure de la Touque à Trouville.

Le 6 juin 1924
Le syndicat lainier de l'Eure met en vente, à l'hôtel syndical du 9 rue de la Petite-Cité, de nombreux lots que les acheteurs ont pu apercevoir à la salle Varillon de la rue Passot.

Le 10 juin 1924
La voiture de M. Prévot, négociant parisien, est percutée par une autre voiture qui prend la fuite, laissant un mort et deux blessés graves.

Le 1er juillet 1924
Le Club des Purs-Cent propose dans les pages du magazine Vogue plusieurs étapes gastronomiques en province, et recommande notamment l’Hôtel de la Biche ou l’hôtel du Grand-Cerf, ce dernier étant jugé plus distingué.

Le 9 juillet 1924
Accusés de vol suivi de meurtre devant la cour d'assises à Evreux, les jeunes Roger Houel et Robert Béquet sont, pour l'un, condamné à dix ans de travaux forcés et, pour l'autre, acquitté mais envoyé en maison de correction jusqu'à sa majorité.

En août 1924
Ernest André Augustin Beauguitte succède à Michel Maestracci à la préfecture de l'Eure.

Le 15 août 1924
Sous la houlette d’André Boulard, l’Union nationale des combattants réunit pour trois jours les groupes de la Seine-Inférieure et de l’Eure en congrès devant de très nombreux vétérans à l’amphithéâtre du lycée d’Evreux. MM. Bellenger et Galopin, respectivement représentant de la branche ébroïcienne de l’organisation et président des Mutilés d’Evreux, assistent à la réunion inaugurale.

Le 17 août 1924
Course cycliste entre Paris et Cherbourg aller-retour, le Critérium des Aiglons compte Evreux sur son itinéraire. Un ravitaillement et un contrôle des temps de passage sont organisés à l'Hôtel de Lisieux par les membres du Véloce-Club de la ville.
voir partie icono >

Le 24 août 1924
Ministre des Pensions, Edouard Bovier-Lapierre préside à Evreux la séance plénière du congrès du groupe de l'Union nationale des combattants de Normandie.

Fin septembre 1924
Chef de bureau à la direction générale des contributions directes, M. Queureux est nommé directeur de 1re classe à Evreux.

Le 26 octobre 1924
Championne régionale, l'équipe ébroïcienne de rugby est battue 3 à 0 à domicile par l'Union sportive de la Banque de France.

Le 8 novembre 1924
Ingénieur des travaux publics de l’Etat en retraite, conseiller municipal puis adjoint au maire d’Evreux, Théophile-Hector Ridel est fait chevalier de la Légion d’honneur sur proposition du ministère de l’Intérieur.

Le 13 novembre 1924
La revue d’aviation Les Ailes publie dans ses colonnes l’annonce suivante :
Jeune fonctionnaire cherche constructeur qui, à titre [de] propagande, voudrait lui confier avionnette pour effectuer tous ses déplacements. Ecrire : 22 boul. de la Buffardière, à Evreux.

Le 20 novembre 1924
La ville d'Evreux est mentionnée dans La Bête cruelle, feuilleton du quotidien national Paris-Soir :
Pourquoi me dites-vous toujours la même chose, monsieur Julien ? Faut-il encore vous le répéter ? Mon père est à Evreux. Il a pris la voiture de Benoît, le forgeron, et ne rentrera pas avant la nuit, c'est probable.

Le 30 novembre 1924
L'équipe de football de l'Evreux Athletic Club rencontre à domicile l'équipe réserve du groupe sportif du Crédit lyonnais, venue de Paris.

Le 12 décembre 1924
La presse régionale informe qu'un Ebroïcien nommé Micheau a mis au point une astucieuse machine à botteler le foin.

Le 14 décembre 1924
Mort à Graveron d’Edgar Chevalier, agriculteur et maire de Graveron-Sémerville, chevalier du Mérite agricole, secrétaire du comité agricole des deux cantons d’Evreux et membre de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département de l'Eure.

< avant après>