L'Histoire d'Évreux

1885 - 1886

L'Histoire d'Evreux depuis la construction d'édifices publics grâce au legs Aumont jusqu'à la mort à Evreux du sous-chef de bureau à l'administration centrale des finances du département de l'Eure.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1885


En 1885
Exploitation des marchés couverts situés entre la rue du Duc-de-Bouillon et la rue Chartraine.

La même année
Le docteur Léon-Joachim Oursel, futur maire d'Evreux, ouvre son cabinet au 49 rue Joséphine.

La même année
Vice-président de la section de sylviculture de la Société nationale d'agriculture de France, Barbé du Bocage est élu président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure et succède à Emile Hébert.

Le 3 janvier 1885
Une réunion préparatoire des délégués sénatoriaux de l'arrondissement d'Evreux adopte la candidature du comte d'Osmoy et celle du général Alphonse Théodore Lecointe, natif de la ville et ancien gouverneur de Paris.
voir partie icono >

Le 31 janvier 1885
Le ministère de la Guerre prend un arrêté pour honorer, dans le Journal militaire officiel, le nom des médecins et pharmaciens militaires ayant produit les meilleurs travaux scientifiques au cours de l’année précédente, et honore ainsi le médecin major Marie Louis Léo Aubert pour ses Recherches statistiques et médicales sur Evreux.

Le 11 avril 1885
Mort à Evreux de Joseph-Hippolyte Chérel, ancien entrepreneur de travaux publics et membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure.

Le 16 avril 1885
Naissance à Evreux de Louis André Théodule Dureau, fondateur et président de la chambre des métiers de l'Eure, fondateur et président d'honneur de l'Union départementale des artisans et artisanes de l'Eure, fondateur du Comité départemental d'action artisanale, titulaire de la croix de guerre 1914-1918, et chevalier de la Légion d'honneur.

Le 17 avril 1885
Accusés de meurtre et tentative de meurtre, Edouard Leroy et Louis-Auguste Semelaigne sont condamnés à mort par la cour d'assises d'Evreux.

Le 25 avril 1885
Secrétaire général de la Sarthe, M. Girod est nommé au même poste à Evreux.

Le 26 avril 1885
La gendarmerie conduit à la prison d'Evreux l'ancien militaire Louis Gobert qui avait très sauvagement assassiné son jeune frère de 10 ans à Pacy.

Le 22 mai 1885
Nouvelle édition du concours régional agricole d'Evreux qui se tient jusqu'au 30 mai.

Le 26 mai 1885
Accusé d'avoir volé 118 volumes et 27 gravures à caractère érotique, le capitaine Grandmange est condamné à un an de prison par le conseil de guerre d'Amiens. Il est également contraint de restituer les ouvrages à son propriétaire, la bibliothèque d'Evreux.

Le 22 juin 1885
Le conseil municipal accepte la proposition de la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest de construire un boulevard, futur boulevard Gambetta, entre la place de la Gare et le boulevard de La Buffardière.

Le 4 juillet 1885
Un inconnu de forte corpulence et bien vêtu, qui s'était réfugié dans l'église Saint-Taurin et menaçait d'un revolver quiconque l'approcherait, est finalement maîtrisé par des gendarmes qui le conduisent à « l'asile d'aliénés » de Navarre.

Le 22 juillet 1885
La ville d'Evreux est mentionnée dans La fille de M. Lecoq, feuilleton de W. Busnach et H. Chabrillat paraissant dans le quotidien Le Petit Parisien :
Vers la fin du mois, on reçut une note confidentielle du commissaire d'Evreux, relatant les faits suivants (...)

Mi-août 1885
Accompagnés de MM. Barbès et Batty sur un tricycle à roues motrices, V. Renard et sa coéquipière vont de Courseulles-sur-Mer en tricycle à parallélogramme jusqu'à la société vélocipédique d'Evreux où ils prennent un verre d'amitié.

Le 17 août 1885
A la demande de la société des courses, la voiture-restaurant du Trouville-Express est attachée au train spécial qui part de Trouville à 10h15 et arrive à Evreux à 12h50.

Le même jour
Partis de Versailles pour un périple de plusieurs jours à travers la Normandie, Frédéric et Henri Ledieu arrivent à bicyclette à Evreux.

Le 20 août 1885
Chargé de cours à Evreux, M. Hirsch fait partie des 19 candidats définitivement admis à l'agrégation d'allemand.

Le 24 août 1885
Un arrêté municipal valide la décision prise en février 1860 de nommer une rue Passot, en mémoire du fabricant ébroïcien de coutil qui avait offert une médaille de concours à la ville.

Le 2 septembre 1885
M. Chauvel, propriétaire des usines de Navarre, et M. Fauchet, le directeur, vendent une grande partie du matériel de la papeterie à M. Leroux, marchand de métaux à Rouen.

Le 7 septembre 1885
Mort à Evreux de Louis-François-Jules Chefdeville, ancien notaire de la commune, ancien adjoint au maire, chevalier de la Légion d'honneur et membre de la Société des amis des arts du département de l'Eure.

Le même jour
Riche négociant ébroïcien en dentelles, Alexandre Papon est une nouvelle fois réélu député de l'Eure.

Le 23 septembre 1885
D'après une déclaration de M. Morillon, chef du service des halles et marchés à la préfecture de la Seine, la ville d'Evreux est la huitième de France pour la consommation de pain, avec 253 kilos par habitant et par an. Elle est dévancée par Le Puy, Mende, Saint-Lô, Clermont-Ferrand et Tarbes à égalité, Tourcoing, La Roche-sur-Yon et Nantes.

Le 12 octobre 1885
Louis-Antoine d'Imbleval est nommé président honoraire du tribunal civil d'Evreux.

Le 3 novembre 1885
Les examens d'admission à la nouvelle école pratique d'agriculture du Neubourg ont lieu à la préfecture d'Evreux.

Le 25 novembre 1885
Directrice d'une école publique d'Evreux, Octavie Delamarre est nommée officier d'académie par le ministre de l'Instruction publique et des Beaux-arts.

Le 27 novembre 1885
Sortant du café de M. Boucher situé rue Cambolle, deux journaliers en viennent aux mains pour des futilités. L'un des deux, Alexandre Odinal, porte sept coups de couteau au dénommé Mercier qui meurt sur le trottoir. Le meurtrier s'en retourne tranquillement finir son verre dans l'établissement.

Le 4 décembre 1885
Le préfet de l'Eure Jules Barrême valide la pose de deux grilles aux extrémités de la ruelle Saint-Denis, jugée insalubre depuis plusieurs décennies.
voir partie icono >

Le 31 décembre 1885
Depuis le premier jour de l'année, ce sont 71 personnes ont été jugées par la cour d'assises d'Evreux.

Le même jour
« L'asile d'aliénés » de Navarre compte 630 pensionnaires dont 350 hommes et 337 femmes.

1886


En 1886
La commune d'Evreux compte 16.755 habitants.
voir partie icono >

La même année
Largement évoqué en octobre 1878 puis en janvier 1883, le chantier du marché couvert entre la rue Chartraine prolongée et la rue du Duc-de-Bouillon est enfin lancé.

La même année
Député de l'Eure, secrétaire perpétuel de la Société nationale d’agriculture de France et membre du conseil général de l'Eure, Louis Passy est élu une deuxième fois président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure et succède à Barbé du Bocage.

La même année
La caserne d'infanterie est baptisée Caserne Amey.

La même année
Construction à la gare d'Evreux de la passerelle par Gustave Eiffel pour la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest.

En janvier 1886
Président honoraire du tribunal civil d'Evreux et membre de plusieurs conseils d'administration, Louis-Antoine d'Imbleval est nommé à la présidence de l'Union des ouvriers.

Le 13 janvier 1886
Alors qu'il se trouve dans le train sur la ligne ferroviaire Paris-Cherbourg, le préfet de l'Eure Jules Barrême est assassiné d'une balle de revolver dans la tête puis son corps est jeté par la portière du wagon en marche.
voir partie icono >

Le 15 janvier 1886
Secrétaire général de la préfecture de l'Eure, M. Girod quitte Evreux pour Maisons-Laffite afin d'assister à la mise en bière du corps de Jules Barrême, assassiné l'avant-veille d'une balle dans la tête alors qu'il se trouvait dans le train Paris-Cherbourg.

Le 18 janvier 1886
Une foule considérable assiste à l'inhumation du préfet de l'Eure Jules Barrême, assassiné dans le train Paris-Cherbourg le 13 du mois. Outre les anonymes sont présents le maire d'Evreux, les représentants des ministères de l'Agriculture et de l'Intérieur, le général de Quélen, le sénateur d'Osmoy, les députés Passy, Fouquet, Raoul-Duval et Papon, le président du conseil général de l'Eure, le président de la cour d'assises de l'Eure, le préfet de police Gragnon, les préfets de la Seine-Inférieure, de la Somme, le reicteur des Postes et Télégraphes, les sociétés de gymnastiques d'Evreux, les élèves des lycées et écoles de la ville, et bien d'autres.

Le 19 janvier 1886
Le brigadier Jaume est missionné par sa hiérarchie pour se rendre à Evreux et étudier les papiers et archives personnels de Jules Barrême, préfet de l'Eure assassiné le 13 du mois dans le train Paris-Cherbourg.

Le 30 janvier 1886
Le fils du préfet Jules Barrême, assassiné le 15 du mois dans le train Paris-Cherbourg, quitte le lycée d'Evreux pour rejoindre celui de Vanves dans le département de la Seine.

Le 1er février 1886
Un traité est signé entre la ville d'Evreux et la Compagnie continentale du gaz de la rue d'Anjou à Paris.

Vers février 1886
Alexis Antoine Galtié succède à la préfecture de l'Eure à Jules Barrême, assassiné le 13 janvier précédent.

Le 4 février 1886
En provenance de Joigny dans l'Yonne, le 6e régiment de dragons est transféré à Evreux où il permute avec le 21e régiment de dragons qui rejoindra Saint-Omer dans le Pas-de-Calais.

Le 9 février 1886
Le brigadier Lapoire est nommé maréchal des logis adjoint au trésorier de la brigade de gendarmerie d’Evreux.

Le 8 mars 1886
Le 21e régiment de dragons quitte la caserne Tilly d'Evreux pour rejoindre son affectation à Saint-Omer dans le Pas-de-Calais.

Le 20 mars 1886
La caserne de gendarmerie située 17 et 19 rue Victor-Hugo est inaugurée par le conseil général de l'Eure.
voir partie icono >

Le même jour
Annoncé officiellement le 4 février, le 6e régiment de dragons arrive en garnison à Evreux.

Le 22 avril 1886
Le corps pendu du jeune Isidore Launay, domicilié à Quillebeuf, est retrouvé dans la forêt d'Evreux.

En mai 1886
Domicilié 4 rue Désormeaux, M. A. cherche « un cocher montant bien à cheval ».

Le 4 mai 1886
Un pensionnaire de « l'asile d'aliénés » de Navarre assomme à coups de bâtons un des gardiens qui est laissé dans un état désespéré.

Le 22 mai 1886
La Société des amis des arts du département de l'Eure présente une exposition des oeuvres de ses membres jusqu'au 4 juillet au musée d'Evreux.
voir partie icono >

Le 23 mai 1886
Prévu jusqu'au 3 juin, le Concours régional agricole d'Evreux mobilise tous les corps de métier et pare la ville de ses plus beaux atours.

Le même jour
Dirigée par M. Herbet, la fanfare du Xe arrondissement de Paris remporte les principaux prix d'un concours de musique à Evreux.

Le 1er juin 1886
Substitut du procureur de la République à Evreux, M. Auger est nommé procureur auprès du tribunal de Neufchâtel en Seine-Inférieure, tandis que le substitut ébroïcien Niellon est nommé à Louviers.

Le 3 juin 1886
L'Avenir ébroïcien et la municipalité organisent leur premier concours de gymnastique et d'escrime dont la présidence d'honneur revient à M. Sansboeuf.

Le 7 juin 1886
Réuni au musée d'Evreux transformé pour l'occasion en salle d'exposition, le jury de la Société des amis des arts du département de l'Eure évalue et décerne des récompenses aux exposants.

Le 4 juillet 1886
Le Journal officiel publie le décret de loi autorisant la ville d'Evreux à souscrire un emprunt de 199.290 francs.

Le 11 juillet 1886
Lieutenant de cavalerie au 6e régiment de dragons, M. de Jessay est entraîné puis écrasé par son cheval lors d'une manoeuvre au pré du Bel-Ebat. De graves blessures internes sont immédiatement pronostiquées.

Le 16 juillet 1886
Le ministre du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes accordent des médailles d’honneur du travail à plusieurs personnels des usines de Navarre, lesquels sont les mécaniciens Eugène Boisnouvel et Clément Lecherpin, le polisseur Ferdinand Lecointre, l’employé Emile Lemeilleur, les ouvrières Joséphine Deshayes et Camille Piron, et les ouvriers Edmond Adolphe Duchesne, Charles Piron et Emile Blar.

Vers août 1886
Près de 2.000 jeunes saumons californiens de l'espèce Oncorhynchus tshawytscha sont lâchés dans l'Iton aux abords d'Evreux par MM. Jousset de Bellesme et Juillerat, engagés dans le repeuplement des espèces des affluents de la Seine.
voir partie icono >

Le 2 août 1886
La Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure organise un concours de moissonneuses-lieuses sur la propriété de M. Leblond, au hameau de La Madeleine.

Le 3 août 1886
Censeur au lycée de Mont-de-Marsan en Seine-Inférieure, Auguste-Joseph Planté prend ses fonctions à Evreux en replacement de M. Millot, nommé à Saint-Etienne.

Le 17 août 1886
Les Parisiens désireux d'assister à l'hippodrome d'Evreux aux courses hippiques du jour peuvent prendre le train depuis la gare Saint-Lazare à 8h20, 8h25, 9h20 ou 10h50, et doivent compter sur un trajet d'une durée de deux heures.

Le 19 août 1886
Le conseil municipal vote le déclassement de la rue des Rosiers qui est cédée aux riverains, la reconstruction du mur du jardin botanique, ainsi que l'installation d'une grille avec accès vers la future gare.

Le même jour
Naissance à Evreux d'Auguste Charles René Bessière, médecin militaire, médecin-chef à l'hôpital psychiatrique Saint-Anne de Paris, officier de la Légion d'honneur, croix de guerre 1914-1918 et chevalier de l'Ordre de la Santé publique.

Le 25 août 1886
La ville d'Evreux est mentionnée dans Sambo, feuilleton de Gustave Sauger et Firmin Javel paraissant dans le quotidien Le Petit Parisien :
Une fois au collège d'Evreux, le petit fit des progrès rapides. C'était un piocheur.

Vers le 28 août 1886
Chargé de cours de mathématiques au lycée d'Evreux, M. Le Coz est muté au lycée de Lorient dans le Morbihan.

Vers le même jour
Tout juste licencié en sciences mathématiques et physiques, M. Levavasseur est nommé professeur au lycée d'Evreux.

Vers le même jour
Agrégé de l'enseignement spécial et chargé de cours de mathématiques au lycée de Bar-le-Duc, M. Lamiral est nommé professeur pour l'enseignement secondaire spécial au lycée d'Evreux en remplacement de M. Bruyat, muté au Mans.

En septembre 1886
Adjoint au trésorier à la brigade de gendarme d’Evreux, le maréchal des logis Lapoire est affecté à Pont-en-Bessin dans le Calvados.

Le 5 septembre 1886
Ancien notaire ébroïcien, Auguste David lègue par testament sa fortune à quinze personnes d'Evreux, d'Arnières et de Saint-Sébastien-de-Morsent, ne pouvant subvenir à leurs besoins en raison de leur âge, de leur santé, ou d'une famille trop nombreuse.

Le 24 décembre 1886
Au cours de la séance annuelle de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale que préside à Paris le physicien Alexandre Edmond Becquerel, un prix et une enveloppe de 1.000 francs sont remis à M. Bourgne, professeur départemental d'agriculture à Evreux, pour son étude sur l'agriculture et l'économie rurale du département de l’Eure.

Le 30 décembre 1886
Le procureur de la République et le capitaine de gendarmerie d'Evreux se rendent à Gaillon où les détenus de la maison d'arrêt se révoltent pour protester contre la mort d'un des leurs, les mauvais traitements du gardien chef et la mauvaise qualité de la nourriture.

Le 31 décembre 1886
Depuis le premier jour de l'année, ce sont 62 personnes ont été jugées par la cour d'assises de l'Eure siégeant à Evreux.

Le même jour
« L'asile d'aliénés » de Navarre compte 646 pensionnaires dont 294 hommes et 352 femmes.

< avant après>