L'Histoire d'Évreux

1799

L'Histoire d'Evreux depuis la fête républicaine commémorant la mort de Louis XVi jusqu'à l'inquiétude de la ville à l'annonce de la présence de chouans royalistes à Pacy.

< >

logo

Les événements fondateurs, les petites et grandes péripéties de la ville, les personnages marquants, les anecdotes diverses, les informations les plus variées...

1799


En 1799
L'église Saint-Thomas est vendue à cinq particuliers : M. Désormeaux qui est déjà acquéreur de l'ancien couvent des Cordeliers, M. Rique qui est déjà acquéreur des églises Saint-Denis et Saint-Nicolas, le maçon Delaitre, M. Ducamp, commissaire du directoire exécutif auprès de l'administration centrale du canton, et M. Aubé, administrateur municipal de la ville.

Le 21 janvier 1799
Une fête républicaine commémore la mort de Louis XVI et la chute de la monarchie.

Le 2 février 1799
Naissance à Evreux de Victor Tavainy, fils d’un peintre italien installé dans cette ville depuis l’an 1778 pour participer à la restauration de sa cathédrale.

Le 4 février 1799
Naissance au domicile de ses parents situé rue Saint-Léger à Evreux de Joseph Romain Wampers, capitaine au 4e régiment de chasseurs d'Afrique et chevalier de la Légion d'honneur.

Le 20 mars 1799
Fête de la Souveraineté du peuple.

Le 30 mars 1799
Inauguration de l'Ecole centrale qui est installée au rez-de-chaussée de l'ancien séminaire, dont l'étage sert toujours de prison.

Le 21 avril 1799
De son vrai nom Pierre-François Crétien de Neufville, Pierre-François Crétien est élu président de l'administration municipale d'Evreux.
voir partie icono >

Le 28 avril 1799
Le tirage au sort de la conscription militaire oblige plusieurs infirmes et exemptés médicaux à passer de nouveaux contrôles, aussi rigoureux qu'inattendus.

Le 5 mai 1799
Facteur dans la forêt d'Evreux, Simon Lambert achète pour 7.500 francs, à Adrien Le Blanc, l'ancien fief de La Poterie, possession historique des Le Cousturier puis des Le Blanc.

Le 30 mai 1799
Suite à l'assassinat de deux plénipotentiaires français à Rastadt, vengeance est proclamée contre l'Autriche à tous les grands carrefours d'Evreux.

Le 18 juin 1799
Quatre émigrés royalistes devant être traduits devant une commission à Caen arrivent à Evreux.

Le 20 juin 1799
Le peloton de gendarmes, conduisant d'Evreux à Caen les émigrés royalistes arrivés l'avant-veille, ainsi que cinq autres malfaiteurs, tombe dans un guet-apens au détour du bois de Parville. Le gendarme Lemaitre est gravement touché et les prisonniers parviennent à s'enfuir, avant d'être rattrapés dans la nuit.
voir partie icono >

Le 21 juin 1799
Mort à Evreux du gendarme Lemaitre, gravement touché dans le guet-apens de la veille, près du bois de Parville, alors qu'il participait au transfert de détenus royalistes.

Le 14 juillet 1799
La fête de la fondation de la République se déroule sobrement sur la place Saint-Léger.

Le 28 juillet 1799
Alors que la fête de la Liberté donne lieu à ses réjouissances en ville, le général Larue et ses hommes en armes entrent dans Evreux, craignant une sédition.

Le 16 août 1799
Comme l'année précédente, une pétition des habitants du quartier de l'ancienne église permet à la foire de Saint-Taurin de ne pas se tenir allée des Soupirs, mais bien à son endroit habituel.

Le 22 août 1799
Les militaires en congé, les réquisitionnaires et les conscrits de toutes les classes passent une visite militaire en présence du commissaire du Directoire auprès du département.

Le 4 septembre 1799
La fête du 18-Fructidor mobilise nettement moins de monde que l'année précédente.

Le 29 septembre 1799
Juge de paix et officier de police judiciaire de la division de Thermes, M. Béhourt parvient à faire arrêter, à Evreux, Louis Brandouin dit Fortin, trésorier des « chauffeurs », bande criminelle célèbre pour son usage de la torture, et dont plusieurs membres viennent d'être guillotinés sur la place de Grève à Paris.

Le 3 octobre 1799
Provenant du château de Navarre, les serres et les plantes exotiques du citoyen Bouillon, ancien duc du même nom, sont installées dans le jardin des Capucins.

Le 10 novembre 1799
Inspecteur général de la police envoyé en mission secrète dans l'Eure, Jean-Vincent Le Canu écrit depuis Evreux un courrier à l'adresse du ministère de la Police à Paris :
La municipalité d'Evreux a reçu, par le courrier de ce jour, avis non officiel de la loi de translation du Corps législatif, du Directoire exécutif et par conséquent des ministres à Saint-Cloud.

Le 11 novembre 1799
L'imprimeur ébroïcien Jean-Jacques Ancelle travaille toute la nuit à sa presse, pour pouvoir livrer suffisamment d'exemplaires de la proclamation de Napoléon Bonaparte, relative au coup d'Etat du 18-Brumaire.

Le 18 novembre 1799
Naissance au domicile de M. Gouillart, situé 4 place d'Armes à Evreux, de Prosper Réjou, chirurgien de deuxième classe de la Marine, engagé dans des opérations militaires d'Afrique du Nord et chevalier de la Légion d'honneur.

Le 24 novembre 1799
Les autorités d'Evreux sont inquiètes d'apprendre la présence, au cours de la nuit, d'environ 150 à 600 chouans royalistes dans la forêt située près de Pacy, puis de leur incursion dans cette commune.

Le 25 novembre 1799
La population ébroïcienne est émue à l'annonce de l'attaque de la diligence de Caen à Paris, à hauteur de Miserey, par plusieurs dizaines de chouans qui n'auront cependant dérobé que quelques papiers sans grande valeur.

Le même jour
Prêts à répondre au coup de force mené contre la commune de Pacy par les chouans, une force armée composée d'une cinquantaine de cavaliers et de fantassins, un bataillon de conscrits et quelques éléments de la garde nationale se regroupent sur la place d'Armes à Evreux, en fin de matinée.

Le 28 décembre 1799
Dénoncé de façon calomnieuse par un camarade de régiment et accusé d'avoir tenu de graves propos contre-révolutionnaires, l'enseigne de vaisseau Louis-François-Martin Mucret voit son innocence reconnue et son honneur rétabli par le premier conseil de guerre se tenant à Evreux.

< avant après>